S’il y a bien un verset dans les prophéties qui fait parler c’est bien celui de Daniel et son verset du chapitre 9 au verset 27

Tout le monde s’attend à ce que l’antéchrist fasse son apparition  en confirma ou en faisant une alliance de Paix.  Voici l’interprétation que je donne sur ces passage sans oublier,  la ruine soudaine qui vient après Paix et sécurité…….

Prenons tout d’abord, la ruine soudaine. Lisons le passage dans la version Semeur.

1 Thessaloniciens 5; 2 vous savez fort bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra de façon aussi inattendue qu’un voleur en pleine nuit. 3 Lorsque les gens diront : « Maintenant règne la paix ! Maintenant nous sommes en sécurité !», alors précisément, la ruine fondra subitement sur eux, comme les douleurs saisissent la femme enceinte, et aucun n’échappera.

La première chose à dire, c’est que le jour du Seigneur, qui est celui ou il posera ses pieds sur le mont des oliviers, n’est pas le jour ou le Seigneur viendra chercher son épouse à la rencontre dans les nuées.

En ce jour-là, il posera ses pieds sur le mont des Oliviers, près de Jérusalem, du côté du levant. Le mont des Oliviers se fendra d’est en ouest en deux parties ; une immense vallée se creusera entre les deux. Une moitié du mont reculera au nord, l’autre moitié au sud.

Le jour du Seigneur viendra de manière inattendu et cela est normal puisqu’il n’y a que le Père qui connait ce  temps. Le meilleur exemple est dans celui de la Parole des dix vierges

C’est pourquoi, ajouta Jésus, tenez-vous en éveil, car vous ne savez ni le jour, ni l’heure de ma venue.
C’est la suite de Matthieu 24 qui suscite tant de commentaires, et le chapitre 25 n’est que sa continuité et commence par la Parabole des vierges, qui reprends exatement la déclaration de matthieu 24
Quant au jour et à l’heure où cela se produira, personne ne les connaît, ni les anges du ciel, ni même le Fils ; personne, sauf le Père, et lui seul.
C’est sans oublier le verset si compromettant pour que le jour du Seigneur soit celui de l’enlèvement.
Malheur à vous qui désirez que le jour de l’Eternel vienne ! Mais savez-vous ce qu’il sera pour vous, le jour de l’Eternel ? Ce sera un jour de ténèbres et non pas de lumière.
Mais vousmes frèresvous n’êtes pas dans les ténèbres pour que le jour du Seigneur vous surprenne comme un voleur.
Car Dieu ne nous a pas destinés à connaître sa colère, mais à posséder le salut par notre Seigneur Jésus-Christ :
Je connais tes oeuvres. Voici, parce que tu as peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n’as pas renié mon nom, j’ai mis devant toi une porteouverte, que personne ne peut fermer.
Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.
Nous pouvons ainsi rebondir sur 1Thessaloniciens 5 qui justement cadre la déclaration de « Paix et sécurité » ainsi que « le jour du Seigneur » qui est un jour de colère rendant aux nations leur salaire y compris Israel et les enfants de lumière qui ne sont pas destiné à sa colère.
On ne verra pas s’accomplir ce que vous imaginez, quand vous dites : Nous voulons être comme les nationscomme les familles des autres pays, nous voulonsservir le bois et la pierre.
La ruine soudaine est donc associée au jour du Seigneur car c’est un jour de ténèbres. Pour nous, frères,  nous serons comme les sauterelles qui se rassemble dans les airs dans les nuées après avoir mué en corps de gloire comme le font les sautrelles et nous règnerons avec lui. Jean Baptiste se nourrissait de sauterelle et de miel sauvage et il était habillé du manteau en poil de chameau avec une ceinture de cuir.
La compréhension des paramètres est très important. D’abord Jean signifie que « L’Eternel à fait Grâce », ensuite il est habillé de Poils de chameau, montrant par là que nous des pêcheurs car le chameau était un animal impur. Sur cette condition de Pêcheur la ceinture de cuir sur les reims symbolise la croix et la vérité que tous nous mettre pour continuer à marcher en nouvauté de vie. Le miel sauvage nous rappelle qu’il ne nous faut pas accepter un autre esprit que celui que nous avions au départ. et enfin la sauterelle qui est le dernier descriptif nous qu’ un jour cette grâce nous rassembleras sur les nuées et qu’ainsi nous jugerons le monde.
Ne savezvous pas que les saints jugeront le monde ? Et si c’est par vous que le monde est jugé, êtes-vous indignes de rendre les moindres jugements ?
Ne savezvous pas que nous jugerons les anges ? Et nous ne jugerions pas, à plus forte raison, les choses de cette vie ?
il en est de même de la condition de la sauterelle,  et nous pouvons admiré l’enseignement de la nature  a cet égard. La sauterelle mue puis se rassemble avce le reste du troupeau si on peut dire. Ainsi les enfants qui seront changer en corps céleste se rassembleront pour règner avec lui et nous jugerons le monde et les anges. Quelle prommesse mes amis……..!!!!!!!
Mais revenons à « paix et sécurité »; nous voyons qu’après cette déclaration c’est la ruine soudaine et donc fait partis du chaos auquel nous ne sommes destiné et ou Le Seigneur rendra ses jugements avec tous les saints
Vous fuirez alors dans la vallée de mes montagnes, Car la vallée des montagnes s’étendra jusqu’à Atzel; Vous fuirez comme vous avez fui devant le tremblement de terre, Au temps d’Ozias, roi de Juda. Et l’Eternel, mon Dieu, viendra, et tous ses saints avec lui.
Ce passage nous rappelle aussi la déclaration de Jésus Christ, quand il répond à ses disciples qu’ils l’avaient questioné sur son avènement et la fin du monde, « fuyez dans les montagnes ».
Après avoir fait ce panoramique sur la Parole de Dieu  nous sommes fixé sur  la notion d’enlèvement avant la dernière semaine de Daniel qui recevra le plan de restauration pour Jérusalem et non pour l’église qui n’en a pas besoin. Elle n’en a pas besoin, tout simplement parce que celui qui est en Christ,  n’a plus de condamnation demeurant sur lui.
Il faut donc attendre nos frères israélites  qui devront le reconnaître afin que des deux il ne fasse qu’un seul troupeau.  Le Christ a fait cette déclaration qu’il ne faut jamais oublié quand on parle d’escathologie.
Voici, votre maison vous sera laissée; mais, je vous le dis, vous ne me verrez plus, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !
 Il est donc évident que cela ne pourra se faire  que quand ils auront reconnu celui qu’ils ont percé.
De cette volonté nationaliste que le nouveau Israel veut montrer au monde, un reste seulement reviendra vers Elohim vers Christ. C’est ce qu’explique Paul qui nous donne des clefs de compréhensions de l’Ecriture.
Car même si ton peuple, ô Israël, était aussi nombreux que les grains de sable au bord de la mer, ce n’est qu’un reste qui reviendra, car Dieu a décidé la destruction du peuple : il fera venir la justice comme une inondation.
Et pour ce qui concerne Israël, Esaïe déclare de son côté : Même si les descendants d’Israël étaient aussi nombreux que les grains de sable au bord de la mer, seul un reste sera sauvé.
Nous comprenons donc que la destruction est sans appelle pour Israel et Juda ainsi que les nations
Pour cela visionner la vidéo sur les oracles des 8 royaumes  reprenant les prophéties d’Amos.

Le rétablissement d’Israel et Jérusalem se fera au bout de 70 septaines (semaine d’année)

Une période de soixantedix septaines a été fixée pour ton peuple et pour ta ville sainte, pour mettre un terme à la révolte contre Dieu, et pour en finir avec les péchés, pour expier la faute et pour instaurer une justice éternelle, pour accomplir vision et prophétie, et pour conférer l’onction au Saint des saints.
Daniel 9:25
Voici donc ce que tu dois savoir et comprendre : Depuis le moment où le décret ordonnant de restaurer et de rebâtir Jérusalem a été promulgué jusqu’à l’avènement d’un chef ayant reçu l’onction, il s’écoulera sept septaines et soixantedeux septaines. La ville sera rebâtie et rétablie avec ses places et ses remparts, en des temps de détresse.
A la fin des soixantedeux septaines, un homme ayant reçu l’onction sera mis à mort, bien qu’on ne puisse rien lui reprocher. Quant à la ville et au sanctuaire, ils seront détruits par le peuple d’un chef qui viendra, mais sa fin arrivera, provoquée comme par une inondation, et jusqu’à la fin, séviront la guerre et les dévastations qui ont été décrétées.
L’oint conclura une alliance ferme avec un grand nombrependant une septaine et, à la moitié de la septaine, il fera cesser le sacrifice et l’offrande. Dans le Temple sera établie l’abominable profanation, et cela durera jusqu’à ce que l’entière destruction qui a été décrétée s’abatte sur le dévastateur.

 

Ce dernier verset, a fait  réfléchir plus d’un lecteur car selon les diverses traductions certains pensent qu’il s’agit de l’antéchrist et quand nous consultons les différentes traductions cela est beaucoup moins évident. Ici sur cette artcile je n’ai employé que la version Semeur. Voyons d’autres traduction de ce dernier verset

Bible Segond 21
© 2007 – Société Biblique de Genève
Il imposera une alliance d’une semaine à beaucoup, et au milieu de la semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande. Le dévastateur commettra les pires monstruosités jusqu’à ce que l’anéantissement et ce qui a été décidé se déversent sur lui.» (Daniel 9:27
Bible des Peuples
© 2005 – Editions du Jubilé
Durant une semaine il consolidera son alliance avec beaucoup ; le temps d’une demi-semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande. Sur le côté du Temple se dressera l’Abomination de la Désolation jusqu’au temps fixé pour la ruine du dévastateur. (Daniel 9:27)
Bible Parole de vie
© 2000 PDV – Société Biblique Française
Pendant la dernière période de sept ans, il obligera beaucoup de gens à faire ce qu’ils ne veulent pas. Après trois ans et demi, il fera cesser les sacrifices et les offrandes. Cet homme destructeur commettra ses actions horribles avec rapidité jusqu’à ce que lui-même soit détruit comme cela a été décidé. » (Daniel 9:27)
Bible en français courant
© 1982 BFC – Société Biblique française
Pendant la dernière période de sept ans, il imposera de dures obligations à un grand nombre de gens. Au bout de trois ans et demi, il fera même cesser les sacrifices et les offrandes. Ce dévastateur accomplira ses oeuvres abominables avec rapidité, jusqu’à ce que la fin qui a été décidée s’abatte sur lui.› » (Daniel 9:27)
Bible à la Colombe
© 1978 – Société Biblique française
Il fera avec beaucoup une solide alliance d’une semaine,
Et durant la moitié de la semaine
Il fera cesser le sacrifice et l’offrande ;
Le dévastateur ira à l’extrême des abominations,
Jusqu’à ce que la ruine et ce qui a été résolu
Fondent sur le dévastateur. (Daniel 9:27)
Bible Chouraqui
© 1977 – Editions Desclée de Brouwer
Il consolidera le pacte avec des multitudes, une septaine et une demi-septaine; il fera cesser le sacrifice et l’offrande. Sous l’aile sera l’abjection de la désolation, jusqu’à ce que, l’achèvement décrété, la désolation se déverse. (Daniél 9:27)
Traduction Œcuménique de la Bible
© 1976 TOB – Les Editions du Cerf
Il imposera une alliance à une multitude pendant un septénaire, et pendant la moitié du septénaire, il fera cesser sacrifice et oblation; sur l’aile des abominations, il y aura un dévastateur et cela, jusqu’à ce que l’anéantissement décrété fonde sur le dévastateur.» (Daniel 9:27)
Bible de Jérusalem
© 1973 – Les Editions du Cerf
Et il consolidera une alliance avec un grand nombre. Le temps d’une semaine; et le temps d’une demi- semaine il fera cesser le sacrifice et l’oblation, et sur l’aile du Temple sera l’abomination de la désolation jusqu’à la fin, jusqu’au terme assigné pour le désolateur. » (Daniel 9:27)
Bible du Rabbinat Français
Zadoc Kahn
© 1966 – Editions Colbo
Pendant une semaine, il fera prédominer son alliance avec un grand nombre, et pendant une demi-semaine, il abolira sacrifices et oblations et placera sur le flanc de l’autel d’horribles abominations, jusqu’à ce qu’un arrêt de destruction s’abatte sur l’auteur de ces horreurs. (Daniel 9:27)
Traduction Abbé Crampon
• 1923 – Libre de droit
Il conclura une alliance ferme avec un grand nombre pendant une semaine; et, au milieu de la semaine, il fera cesser le sacrifice et l’oblation, et sur l’aile des abominations viendra un dévastateur, et cela jusqu’à ce que la destruction et ce qui a été décrété se répandent sur le dévasté. (Daniel 9:27)
Bible Annotée de Neufchâtel
• 1899 – Libre de droit
Il concluera une alliance ferme avec un grand nombre pendant une semaine, et à la moitié de la semaine il fera cesser sacrifice et oblation, et sur l’aile des abominations [vient] un désolateur, et cela jusqu’à ce que l’entière destruction qui a été décrétée fonde sur le désolé. (Daniel 9:27)
Traduction John Nelson Darby
• 1885 – Libre de droit
Et il confirmera une alliance avec la multitude [pour] une semaine ; et au milieu de la semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande ; et à cause de la protection des abominations [il y aura] un désolateur, et jusqu’à ce que la consomption et [ce qui est] décrété soient versés sur la désolée. (Daniel 9:27)
Bible d’Ostervald
• 1881 – Libre de droit
Il confirmera l’alliance avec plusieurs pendant une semaine; et à la moitié de la semaine, il fera cesser le sacrifice et l’oblation; et sur l’aile des abominations viendra le désolateur, jusqu’à ce que la ruine qui a été déterminée fonde sur le désolé. (Daniel 9:27)
Traduction Samuel Cahen
• 1831-1851 – Transcription DJEP 2014
Une semaine confirmera l’alliance à plusieurs; la moitié de la semaine fera cesser le sacrifice et l’offrande, et sur l’aile (du temple sera) l’horreur du dévastateur, jusqu’à ce que la consommation et le châtiment se répandent sur le dévastateur. (Daniel 9:27)
Traduction David Martin
• 1744 – Libre de droit
Et il confirmera l’alliance à plusieurs dans une semaine, et à la moitié de cette semaine il fera cesser le sacrifice, et l’oblation ; puis par le moyen des ailes abominables, qui causeront la désolation, même jusqu’à une consomption déterminée, [la désolation] fondra sur le désolé. (Daniel 9:27)
Traduction King James
• 1611 – traduction française, Bible des réformateurs 2006
Et lui, le Messie, confirmera l’alliance avec beaucoup pendant une semaine; et au milieu de la semaine, il fera cesser le sacrifice et l’oblation; et à cause du déploiement des abominations il le rendra désolé, même jusqu’à la consumation, et cela étant déterminé sera versée sur le désolé. (Daniel 9:27)

Vous avez presque toutes les traductions de ce texte qui effectivement pr^tent a équivoque mais considéré que celui qui fait l’alliance dans cete dernière  traduction celle des anglais l’appelle directement le Messie et que la semeur l’appelle l’oint  Nous voyons bien aussi que dans ce passage on parle deux personnes celui qui a fait l’alliance et celui qui s’appelle le dévastateur sur qui un décret ira à terme pour sa destruction.

Que pensez donc des idées qui circulent pour savoir qui fera l’alliance de paix  en pensant que ce sera l’antéchrist ??? il me semble au vue des différentes traductions que l’alliance qui est la dernière septaine soit effectivement appliqué par celui qui a donné le message des 7 septaines, à savoir l’oint le Mesie mais voilà à la moitié de la semaine le dévastateur fera son apparition sur une aile du temple. Le messie décrétera alors sa destruction . N’est il pas donné 1260 jours  au dévastateur ??? cela ne fait’il pas la moitié de la septaine ???

 

Guillaume Bourin

Guillaume Bourin est pasteur de l’Église réformée baptiste de la Trinité, à Montréal (Québec, Canada), et le fondateur du site leboncombat.fr. Il s’intéresse particulièrement à l’exégèse et à l’intertextualité de l’Ancien Testament, à la théologie biblique, et à l’ecclésiologie. Guillaume est l’auteur du livre « Je vous purifierai d’une eau pure » : perspectives bibliques sur la régénération baptismale. Il est titulaire de deux masters en théologie (M.Div., Th.M., Southwestern Baptist Theological Seminary, USA) et il est actuellement candidat au doctorat à l’Université d’Aberdeen (Ecosse).

 

Commençons par le commencement : depuis ma conversion, j’ai toujours été baptiste. Je n’ai jamais varié dans mes positions à ce sujet, malgré mon adhésion de longue date à la théologie réformé et les pressions récentes de la blogosphère pédobaptiste francophone (!). Nombre de mes amis pasteurs sont pédobaptistes, ils m’invitent d’ailleurs à prêcher dans leurs Églises et sont invités à prêcher dans la mienne. Je me sens généralement bien plus proche d’eux que de certains collègues baptistes. Ce n’est donc pas un sujet de division, même s’il est cependant significatif.

Oui mais voilà, ce cher Maxime Georgel a récemment entamé sur son blog une apologie du pédobaptême en 497 articles. Comment vous pouvez l’imaginer, je ne compte plus le nombre de personnes me demandant d’y répondre… Et c’est hors de question : je n’ai ni le temps, ni l’énergie pour une telle entreprise. Et puisque nous avons déjà beaucoup écrit à ce sujet sur Le Bon Combat, je renvoie les lecteurs à notre discussion en cours avec Alexandre Sarran.

Dans cet article, je me limite donc à lister une fois pour toutes les dix principales raisons pour lesquelles, après tant d’années, je ne suis toujours pas devenu pédobaptiste.

 

 

#1- Parce qu’il n’y a aucun commandement positif concernant le baptême de nourrissons

Et c’est l’un des grands paradoxes de la position pédobaptiste. En effet, l’un des mécanismes majeurs de l’ecclésiologie réformée —le principe régulateur— se base sur le fait que “tout ce qui n’est pas expressément commandé est proscrit”. On peut bien sûr discuter de l’application et de l’étendue de ce principe. Mais il est tout de même frappant que nos amis pédobaptistes adoptent cette pratique alors que nous ne trouvons aucun commandement positif de baptiser des enfants dans le Nouveau Testament.

LISEZ >> Quand devrions-nous baptiser les nouveaux convertis ?

 

 

#2- Parce qu’il n’y a aucune donnée biblique directe appuyant le pédobaptisme

Cette deuxième raison complète la première : malgré les tentatives récentes de la blogosphère pédobaptiste francophone de prouver le contraire, il n’existe aucun exemple direct de baptême d’enfant dans les lignes du Nouveau Testament. Tout juste pouvons-nous leur concéder un argument du silence dans le cas du geôlier de Philippes (Ac 16:31–33).

Toutefois, sur ce cas je tiens à rappeler :

(1) Que si l’on suit la logique pédobaptiste sur Ac 16.33, la régénération baptismale est inévitable d’un point de vue exégétique (voir point 10 ci-dessous)
(2) Le baptême de la « maison » du geôlier de Philippe s’explique beaucoup mieux en la comparant à la situation quasi-identique de la maison de Crispus, le chef de la synagogue de Corinthe (Ac 18.8). Dans cet exemple, toute la famille a été baptisée parce qu’elle a cru.

LISEZ >> Conversion et baptême du Saint Esprit : deux expériences différentes ?

 

 

#3- Parce que Paul n’a jamais utilisé l’argument pédobaptiste de manière apologétique, alors qu’il lui aurait été très utile !

Actes 15 rapporte que quelques hommes venus de Judée cherchaient à forcer les païens chrétiens à se faire circoncire et à observer la loi de Moïse dans son intégralité (commandements cérémoniels et civils inclus) pour être sauvés. Paul et Barnabas, radicalement opposés cette position, eurent avec eux un débat très vif, et l’Église d’Antioche les envoya vers les apôtres et les anciens de Jérusalem pour régler cette question (Ac 15.2). À Jérusalem, Pierre et Jacques suivirent la position de Paul et gagnèrent toute l’assemblée, de sorte qu’une lettre fut rédigée à l’attention de toutes les Églises existant à cette époque (cf. “à Antioche, en Syrie, et en Cilicie”, Ac 16.23).

L’argument clé de cette lettre, celui réglant le débat une fois pour toute, est finalement très simple : il s’agit d’une révélation spéciale du Saint Esprit (Ac 16.28) accordée à Pierre “depuis longtemps” (Ac 16.7) et corroborée d’avance par les paroles des prophètes (Ac 16.14–18). Paul, Barnabas, Jude, et Silas furent chargés de remettre cette lettre à l’Église d’Antioche (Ac 16.22). Mais Paul ne comptait pas en rester là : il souhaitait rapidement visiter les Églises qu’il avait implantées en Galatie, très probablement afin de leur faire connaître le contenu de la missive apostolique (Ac 16.36).

Voici où je veux en venir : l’argument apologétique invoqué par les apôtres est celui d’une révélation spéciale du Saint Esprit. Pourtant, si l’on suit la logique pédobaptiste, la controverse aurait pu être réglée très simplement, sans faire appel à un concile : il aurait suffit d’affirmer aux judaïsants que le baptême reprend la fonction de la circoncision dans le cadre de la nouvelle alliance. Si cela ne les avait pas fait taire, cela aurait sans doute convaincu les chrétiens locaux qui, selon la position pédobaptiste, étaient déjà baptisés avec leurs enfants de longue date sur la base de cet argument. Et si la circoncision n’était plus nécessaire, les pratiques cérémonielles qui en découlaient devenaient elles aussi superflues.

Cependant, Paul n’a jamais utilisé une telle rhétorique, pourtant sans appel. Pourquoi ? Tout simplement parce que les baptêmes de maisonnée n’étaient pas pratiqués à l’époque du Nouveau Testament.

Mes amis pédobaptistes balaieront cet argument du revers de la main au motif qu’il exploite un silence du Nouveau Testament. Mais n’est-ce pas exactement ce sur quoi leur position est basée ? Du reste, d’un point de vue exégétique, certains silences sont plus significatifs que d’autres.

 

#4- Parce que le pédobaptisme ne respecte pas la diversité des alliances bibliques que l’on retrouve dans la Bible

Je ne vais pas revenir sur ce que nous avons déjà développé en long, en large, et en travers sur Le Bon Combat. Notez simplement que, dans le cadre interprétatif du pédobaptisme, nos amis considèrent l’ensemble des alliances bibliques dans une perspective unifiée. Bien sur, il existe des nuances entre les différents positions pédobaptistes (lisez l’excellent livre de Pascal Denault à ce sujet).

Un point d’accord néanmoins : l’écrasante majorité des pédobaptistes estiment que les alliances bibliques sont conditionnelles, construites sur le modèle suzerain-vassal très répandu dans le Proche Orient ancien. Ce n’est cependant pas le cas de toutes les alliances bibliques : par exemple, l’alliance avec Noé est clairement inconditionnelle, inviolable, et ne témoigne d’aucune obligation de Noé en tant que vassal. C’est plutôt Dieu qui s’engage unilatéralement par serment. Avec les baptistes qui ont rédigé la Confession de Londres de 1689, j’estime qu’il en est de même pour la nouvelle alliance.

Le débat est technique, je ne souhaite pas m’étendre sur le sujet. Nous reviendrons sans doute dans un article ultérieur sur le cas de l’alliance nohahique.

ÉCOUTEZ >> Discussion autour de la doctrine des alliances avec « Fred le néophyte » 🙂

 

#5- Parce que le pédobaptisme accorde à des personnes irrégénérées le statut de membre de la nouvelle alliance

Selon la position pédobaptiste, la nouvelle alliance reflète la composition de l’Église visible : certains de ses membres sont régénérés, tandis que d’autres ne le sont pas. Cela ne s’accorde pas, cependant, avec les promesses vétérotestamentaires relatives à la nouvelle alliance qui sont largement reprises dans le Nouveau Testament :

(1) Dans la nouvelle alliance, tous connaissent Dieu et sont pardonnés (Jer 31.34, cf. Hébreux 8.11–12 ; 10.16ss; Jn 6.45 ; 1 Jn 2.20)
(2) Tous sont régénérés (Ez 36.25–26; cf. Jean 3 ; Tite 3.5)
(3) Tous ont les lois de Dieu dans leur coeur et souhaitent y obéir (Éz 36.27)

 

Selon ma conscience, encore une fois, il s’agit là du principal problème que me pose la position pédobaptiste : elle accorde à des personnes non-régénérées le statut de membre de la nouvelle alliance, de membre de la famille de Dieu. Certes, il existe des personnes non-régénérées dans nos Églises baptistes, mais conformément au modèle du Nouveau Testament, nous cherchons à valider l’authenticité de la profession de foi avant de leur accorder le baptême.

LISEZ >> Débat sur la relation entre le baptême et la nouvelle alliance

 

#6- Parce que la circoncision et le baptême sont deux signes de deux alliances différentes

L’alliance mosaïque, c’est à dire l’alliance avec la postérité naturelle d’Abraham, n’est pas l’alliance de grâce : elle ne contient aucune promesse de grâce, aucune garantie d’accès à la vie éternelle. La circoncision a servi de sceau de la justice qu’Abraham avait obtenue par sa foi (Rm 4.11) car elle venait marquer l’accumulation des promesses qui lui avaient été faites. Mais elle n’a jamais été le sceau de la justice d’Ismaël, d’Esaü, ou des membres incrédules du peuple d’Israël. Ce sceau si cher aux pédobaptistes ne concernait que la situation particulière d’Abraham, et non la votre.

Notez également l’asymétrie du système pédobaptiste : si le baptême est le parallèle de la circoncision, pourquoi est-il étendu à des personnes qui n’étaient pas circoncises sous l’ancienne alliance et refusé à des personnes qui l’auraient été ?

  • Par exemple, pourquoi baptiser les nourrissons de sexe féminin alors qu’aucune “circoncision féminine” (excision) n’était pratiquée par Israël (alors que les peuples du Proche Orient ancien la pratiquait très probablement) ?
  • Et pourquoi ne pas baptiser les petits-enfants ou les arrières-petits enfants d’un homme agé se convertissant, ou ses employés, ou tous ceux qui vivent éventuellement sous toit ? La circoncision n’était-elle pas pour ces personnes également ? Etc.

 

On pourrait également discuter de l’origine du baptême chrétien, qui reprend la pratique du baptême de repentance de Jean-Baptiste. L’émergence de cette dernière est très discutée, mais il est assez clair qu’elle ne s’appuit pas sur un parallèle avec la circoncision.

LISEZ >> En quoi la nouvelle alliance est-elle nouvelle ?

 

 

#7- Parce que le statut spécial des enfants de croyant n’implique pas leur participation à l’alliance de grâce

Avec les pédobaptistes, je crois que les enfants d’au moins un parent chrétien sont “saints” (1 Cor 7.14), c’est à dire mis à part d’une manière spéciale. J’entends enseigner mes enfants —si Dieu m’en accorde— dans la foi chrétienne et j’incite les membres de mon Église à en faire de même. Cependant, ce statut spécial ne signifie pas que les nourrissons sont automatiquement membres de la nouvelle alliance ou qu’ils doivent être baptisés.

Le pédobaptisme gomme la polysémie du terme agios (saint) et de ses dérivés. Je ne crois pas que Paul s’adresse à des nourrissons lorsqu’il écrit aux enfants dans les sections appelées “codes de maisonnées” (Ép. 6.1–4, par ex.). Il s’agit vraissemblablement d’enfants convertis ou à minima instruit dans la voie chrétienne, comme le terme utilisé (teknon) l’atteste. D’ailleurs, là encore, une telle adresse ne présumme pas de leur baptême préalable.

LISEZ >> 5 raisons pour lesquelles les Églises devraient enseigner la théologie aux enfants

 

 

#8- Parce que, dans le Nouveau Testament, le baptême est un élément clé de la profession de foi

Dans le Nouveau Testament, on retrouve douze récits de baptêmes plus ou moins développés, certains portant sur le même évènement. Dans neuf d’entre eux, le baptême suit immédiatement la profession de foi, j’estime même qu’il s’agit d’un élément clé de celle-ci (lisez mon livre sur ce sujet si vous voulez savoir pourquoi !). Les trois autres désignent des baptêmes de maisonnée (oikos) :

(1) Dans Ac 16.13–15, Lydie est clairement baptisée sur la base de sa profession de foi, et il est assez clair que sa “maison” (selon toute vraissemblance, ses employés) a cru également.
(2) Le cas du geôlier de Philippes (Ac 16.33), déjà discuté plus haut, indique également certainement que les membres de sa maison ont cru (cf. Ac 16.31)
(3) Aucune donnée ne permet de statuer sur le cas de la maison de Stephanas (1 Co 1.16)

LISEZ >> Qui doit baptiser les nouveaux convertis ?

 

 

#9- Parce que l’histoire de l’Église n’a jamais appuyé la position pédobaptiste

Ici encore, j’enfonce des portes ouvertes maintes fois sur Le Bon Combat. Quoi qu’on en dise, aucun témoignage pédobaptiste n’existe dans la littérature patristique avant le début du IIIème siècle. Le premier témoignage direct en est même une réfutation en règle (Tertullien, De Baptismo, ch. 18).

J’estime à titre personnel que la pratique pédobaptiste est plus ancienne. Elle est apeut être apparue dès le premier siècle. Son émergence est directement liée au développement de la doctrine de la régénération baptismale. Ici encore, je vous renvoie vers mon livre, Je répandrai sur vous une eau pure.

LISEZ >> Tertullien et le baptême d’enfants

 

 

#10- Parce que le pédobaptisme réformé flirte parfois (souvent) avec la régénération baptismale

Soyons clairs : nos amis pédobaptistes sont incapables de produire un seul exemple historique de pédobaptême non-régénérant avant Ulrich Zwingli (1484–1531). Et encore : je suis plutôt d’avis que Zwingli croyait à la régénération baptismale. Je l’ai déjà dit et je le maintiens : le pédobaptisme historique nait de l’expansion de la régénération baptismale, une doctrine déjà profondément influente à la fin du IIème siècle et qui a marqué l’ensemble du la théologie médiévale. Le pédobaptisme presbytérien est une position tardive, une innovation dans l’histoire de l’Église.

Dans mes recherches, j’ai été particulièrement étonné de noter des formulations frisant la régénération baptismale chez Herman Bavinck (« le baptême régénère… et brise le pouvoir du péché originel », Reformed Dogmatics, vol. IV, p. 520) et même dans le Grand Catéchisme de Westminster (cf. Q.165). De telles affirmations pour le moins ambiguës sont courantes dans la littérature presbytérienne.

Je n’accuse pas mes amis presbytériens de défendre la régénération baptismale (quoi que… que penser de Federal Vision ?), mais j’estime que ces formulations témoignent de l’équilibre précaire de leur ecclésiologie. Car, en réalité, la régénération baptismale est la conséquence logique d’une exégèse pédobaptiste cohérente.

LISEZ >> Que signifie naître d’eau en Jean 3.5 ?

Alexandre Heimig son commentaire.

Avatar

Les presbytériens font le baptême d’aspersion, alors que dans la loi Mosaïque l’aspersion concerne toujours le sang, le baptême concerne toujours l’eau; à ce verset près que, c’est dans sa mort que nous sommes baptisés. Etant plongez dans sa mort nous ressuscitons en nouveauté de vie laver par une eau pure. C’est bien quand on sort de l’eau que le symbole de la résurrection est visible dans l’acte du baptême. C’est sans oublier Matthieu 3.16 qui nous dit « Jésus sortit de l’eau et les cieux s’ouvrirent ». L’aspersion concerne le sang de Jésus, qu’il est allé offrir dans le temple céleste devant la face de Dieu, étant passé du ministère de prophète à celui de souverain sacrificateur. Voilà pour le baptême selon l’aspersion qui est caduque.
Pour ce qui du pédobaptisme, toutes les arguments de Guillaume sont recevable et on peut ajouter la différence qu’il y a entre le mot Grec « bapto » qui est une immersion temporaire et le mot « baptizo » qui est une immersion définitive ( lire mon article tout simple en consultant les valeurs strongs)…… Le baptême presbytérien ou réformé n’a pas franchement coupé les ponts avec le catholicisme babylonien dont le presbytérien Alexander Hislop a su démanteler tous ses aspects. Néanmoins Alexander Hislop, qui a une très grande connaissance, se permet de croire que le baptême des enfants est une présentation une déclaration de sainteté a cause des Parents ou d’un parent qui sont saint et qu’ainsi il sera propre la consécration ce qui équivaut chez les catholique à la confirmation. Là encore, bien que son enseignement soit extraordinaires dans son livre « les deux Babylones » je ne cautionne absolument l’acte pédobaptiste qui est une hybridation entre une vraie réforme et le catholicisme. Alexander Hislop reprends les passages d’Abraham et de la circoncision…… dans le mécanisme il a tout à fait raison Abraham cru et après il reçu le signe de l’alliance. Le baptême il est vrai réagit de la même manière on croit puis on se fait baptiser. Simplement il a manqué de perspicacité sur la circoncision, car celui ci, est l’analogie de la croix et non du baptême. L’enfant, circoncis au 8ème jour, a trois jours de souffrance et de fièvre et il y a effusion de sang. Cela rappelle effectivement les trois jours du Seigneur avant sa résurrection mais il faut comprendre le signe……. pourquoi la circoncision concerne t’elle le prépuce de l’enfant Mâle ???cet enfant symbolise le Christ qui devra souffrir, comme il le dit lui même, et qu’il ressuscite. La croix l’Adam qui s’est endormis profondément et dont Elohim a fait de telles sortes qu’une côte lui soit arraché pour en faire une femme qui est l’église invisible mais dont le Christ connaît ses membres. C’est ce qu’il s’est passé à la croix ou le centurion plante la lance dans la côte et ou, comme le dis Jean dans ses épîtres, il n’est pas venu avec simplement venu avec l’eau mais aussi avec le sang……………………………………………………………………………………….. 1 Jean 5:6

C’est lui, Jésus-Christ, qui est venu avec de l’eau et du sang; non avec l’eau seulement, mais avec l’eau et avec le sang; et c’est l’Esprit qui rend témoignage, parce que l’Esprit est la vérité. …………………………………… C’est à ce moment là qu’il y a union, ou l’église ne fait qu’un avec le Christ, comme il est dit les deux ne feront qu’un en genèse. C’est à dire que la croix est la réalisation de l’union par le sang avec son épouse, L’église invisible mais visible pour le Seigneur. La circoncision du prépuce de l’enfant exprime justement cette notion par le sexe coupé, la souffrance et le sang, cette union sanglante entre le Christ et son église. Séphora ne dit elle pas  » tu es un époux de sang » quand elle circoncis son Fils ???…Exode 4:25
Séphora prit une pierre aiguë, coupa le prépuce de son fils, et le jeta aux pieds de Moïse, en disant : Tu es pour moi un époux de sang !………..Exode 4:26
Et l’Eternel le laissa. C’est alors qu’elle dit : Epoux de sang ! à cause de la circoncision.
Ce passage montre clairement que la circoncision est en analogie avec la croix et non avec le baptême, mais vous me direz peut être: oui mais nous sommes justement baptisé dans sa mort? à quoi je répond: que Christ en tant qu’homme a accomplis la loi qu’il était impossible à l’homme d’exécuter et que nous sommes par la circoncision au 8ème du Christ circoncis de coeur….Galates 3:27
vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Est ce qu’un enfant au baptême peut être revêtu de Christ ??? Si nous avons revêtus alors nous avons revêtus un Christ circoncis au 8ème jour. Qu’est ce que nous avons encore besoin de dialoguer sur ce sujet ??? l’analogie de la circoncision avec le baptême est une hérésie, tout simplement inutile de débattre sur cette analogie.
J’ai été traité d’iconolâtre à cause de mon avatar du Christ représentant l’image de celui qui s’appelle la Parole en apocalypse 19 à cause du second commandement. Pour moi les presbytériens sont des hybrido babylo catho romain réformé. Une enseigne canadry des catholiques ….. ils ont la couleur des catholique sans l’être.

Le sens éthymologique du mot baptème

Valeur strong
baptizo 907

Définition de « Baptizo »
Plonger, immerger, submerger (d’un navire coulé)
Purifier en plongeant ou submergeant, laver, rendre pur avec de l’eau, se laver, se baigner
Accabler

Le mot « baptizo » ne doit pas être confondu avec le strong 911, « bapto ». L’exemple le plus simple a été donné par un physicien et poète Grec (Nicander), vers 200 AV.J.-C. Il parle de la recette pour faire des conserves au vinaigre, et pour ceci utilise les deux mots : le légume doit d’abord être plongé (bapto) dans de l’eau bouillante, puis immergé (baptizo) dans le vinaigre. Les deux verbes concernent une immersion, mais la première est temporaire et brève, la seconde est une action de longue durée, considérée comme définitive. Dans le Nouveau Testament, on trouve plus souvent la référence à notre union et notre identification à Christ qu’au passage dans l’eau du baptême. Marc 16.16 Christ nous dit là qu’un simple accord intellectuel n’est pas suffisant, il faut une réelle union, un réel changement, comme le légume dans le vinaigre! (Bible Study Magazine, James Montgomery Boice, Mai 1989)

Mon commentaire

Le baptême des enfants est un signe temporaire et ne correspond pas au sens étymologique du vrai baptême. Le vrai baptême se fait par immersion représentant, quand on descend dans l’eau, la mort en Christ, et quand on ressort de l’eau, à la résurrection comme pour Christ. Ce baptême ne peut se faire que si L’esprit nous a convaincu de pêché et que nous croyons en son oeuvre salutaire et rédemptrice……..Les églises presbytériennes, catho, réformé, et les autres font donc un bapto pour les enfants et selon le rite de l’aspersion celui ci n’a aucune valeur. Il ne caractérise pas le sens du mot qui est une immersion total et permanente………L’exemple est toujours celui du Seigneur Jésus Christ……….
Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.
le Seigneur lui même est entré dans l’eau pour en sortir et ce n’est qu’une fois sortit de l’eau que le Saint Esprit descendis sur lui.

Dans la ligne de Jean Calvin et de John Knox, les presbytériens sont unis sur la question des sacrements au nombre de deux :

le baptême, généralement pratiqué par aspersion ou effusion plutôt que par immersion, sur les enfants. On recueille alors les engagements des parents , parrain et marraine.

La sainte cène (ou communion), dans lequel ils croient que le Christ est présent par le Saint-Esprit, par opposition à la présence matérielle.

Le livre « Les deux Babylones », du révérend Alexander Hislop, est encore une fois à la pointe de l’enseignement et ne laisse aucune polémique sur l’origine du baptème des enfants. Lisons donc le chapitre 4 de son livre  » les deux Babylones » pour comprendre d’ou vient le baptème des enfants et sa philosophie antichrétienne.

 

Page 97

CHAPITRE 4

Doctrine et discipline

Lorsque Linacer, médecin distingué et catholique bigot du règne d’Henri VIII, tomba pour la première fois sur le Nouveau Testament, après l’avoir lu il le rejeta avec impatience et poussant un gros juron, s’écria: « Ou
ce livre n’est pas vrai, ou nous ne sommes pas chrétiens. » Il vit tout de suite que le système de Rome et le système du Nouveau Testament sont directement opposés: celui qui les compare avec impartialité ne peut
arriver à une autre conclusion. En passant de la Bible au bréviaire, on semble passer de la lumière aux ténèbres. Tandis que l’un proclame: « Gloire à Dieu dans les lieux très-hauts, paix sur la terre et bienveillance
envers les hommes », l’autre enseigne ce qui est déshonorant pour le Très-haut et pernicieux pour le bien-être moral et spirituel de l’humanité. Comment des doctrines et des pratiques si funestes ont-elles été embrassées, adoptées par la papauté? La Bible est-elle si obscure ou équivoque que les hommes aient pu supposer qu’elle
leur demandait de croire et de pratiquer le contraire de ce qu’elle disait? Non, la doctrine et la discipline de la papauté n’ont jamais été empruntées à la Bible. Ce qui le prouve c’est que partout où elle le peut, elle anathématise la lecture de la Bible, condamne aux flammes ce don de l’amour céleste ou le ferme sous clef. Mais on peut l’établir encore plus catégoriquement en examinant les principales colonnes de l’édifice papal empruntées à Babylone. Que le lecteur en examine maintenant les preuves.

Page 98

Article 1 – Régénération par le baptême

On sait que la régénération par le baptême est un article fondamental de Rome et qu’il se trouve à l’entrée même du système Romain. Suivant  elle-même, le baptême est si important dans ce but, que d’un côté
on déclare qu’il est absolument nécessaire pour être sauvé1, tellement qu’un enfant mort sans baptême ne peut pas être reçu dans la gloire; et de l’autre, ses vertus sont si grandes qu’on le déclare dans tous les cas infaillible pour nous régénérer par une nouvelle naissance spirituelle en nous faisant enfants de Dieu2. On l’appelle la première porte par laquelle nous entrons dans le bercail de Jésus-Christ, le premier moyen par lequel nous recevons la grâce de la réconciliation avec Dieu. Aussi les mérites de Jésus sont-ils appliqués par là à nos âmes d’une manière si surabondante, qu’ils satisfont pleinement la justice divine pour tout ce qu’elle exige de nous, soit à cause du péché originel, soit à cause du péché actuel3. Or, des deux côtés cette doctrine est antiscripturaire;
des deux côtés elle est purement païenne. Elle est anti-scripturaire, car le Seigneur Jésus-Christ a expressément déclaré que ces enfants, sans le baptême, ou sans aucune autre loi, peuvent être admis dans
la gloire céleste. « Laissez les petits enfants venir à moi et ne les empêchez point: car le royaume des cieux
est pour ceux qui leur ressemblent. » (Matthieu XIX, 14). Jean-Baptiste, étant encore dans le sein de sa mère, fut si rempli de joie à la nouvelle de la naissance du Sauveur, que la salutation de Marie ayant frappé les oreilles de sa mère, l’enfant tressaillit dans le sein maternel (Luc I, 41, 44).

Si cet enfant était mort en venant au monde, qu’est-ce qui aurait pu l’exclure de l’héritage des saints dans la lumière pour lequel il avait été si
évidemment préparé? Cependant l’évêque catholique romain Hay, se défiant de tout principe de la Parole de Dieu, n’hésite pas à poser la question suivante: « Que devient l’enfant mort sans baptême? » Réponse: « Si un jeune enfant était mis à mort pour l’amour du Christ, ce serait le baptême de sang, et il irait au ciel; mais excepté ce cas, comme ces enfants ne peuvent pas désirer le baptême avec les autres dispositions nécessaires, s’ils ne sont pas baptisés d’eau ils ne peuvent pas aller au ciel4. » Cette doctrine n’a jamais pu venir de la Bible, d’où vient-elle donc? Elle est venue du paganisme. Le lecteur au courant des classiques se rappellera certainement dans quel état Énée, alors qu’il visitait les régions de l’enfer, trouva les âmes des malheureux enfants morts sans avoir été administrés selon les rites de l’Église: « Il entend les voix plaintives des enfants dont les âmes pleurent à l’entrée des enfers: infortunés qui, entrés dans la vie, n’en ont point connu les
douceurs, et qu’une mort prématurée a ravis au sein maternel5. » Ces malheureux enfants, afin de glorifier la vertu et l’efficace des rites mystérieux du paganisme, sont exclus des Champs-Élysées, le paradis des païens, et n’ont chez leurs compagnons les plus rapprochés de meilleure compagnie que celle des suicidés: « Près d’eux, tristes et abattus, sont les mortels qui sans avoir commis de crimes se sont donné la mort de leur propre main, et qui, désertant le jour, ont rejeté leurs âmes loin de leurs corps6. »
Voilà pour le manque de baptême. Quant à son efficacité positive, lorsqu’on l’a obtenu, la doctrine papale est aussi anti-scripturaire. Il y a des protestants déclarés qui croient à la doctrine de la régénération baptismale; mais la Parole de Dieu n’en dit rien. Voici la déclaration de l’Écriture sur le baptême: il ne donne pas une naissance nouvelle, mais c’est un moyen désigné pour signifier et sceller cette nouvelle naissance là où elle existe déjà. À cet égard le baptême repose sur le même fondement que la circoncision. Or qu’est-ce que la Parole de Dieu nous dit de l’efficace de la circoncision? Elle dit, parlant d’Abraham: « Il reçut le signe de la…………………….

1 L’évêque HAY, Le Chrétien sincère, vol. I, p. 363. Il y a deux exceptions à cette déclaration: le cas d’un
infidèle converti dans un pays païen où il est impossible de recevoir le baptême, et le cas d’un martyr
baptisé, comme on dit, dans son propre sang; mais dans tous les autres cas, pour les jeunes comme pour
les vieux, la nécessité est absolue.
2 ibid. p. 356.
3 ibid. p. 358.
4 Le Chrétien sincère, vol. I, p. 362.
5 VIRGILE, Enéide, liv. VI, v. 427-429.
6 ibid. v. 436. Entre les enfants et les suicidés il y a une autre catégorie, ceux qui sur terre ont été
injustement condamnés à mort et pour qui il n’y a plus d’espoir.

Page 99

…………………..circoncision comme sceau de la justification par la foi bien qu’il fût encore incirconcis. » (Romains IV, 11).
La circoncision ne devait donc pas faire d’Abraham un juste: il était juste déjà avant d’avoir été circoncis. Mais elle devait le déclarer juste afin de lui mieux démontrer sa justice. Si Abraham n’avait pas été juste avant sa
circoncision, sa circoncision n’aurait pas été un sceau et n’aurait pu confirmer ce qui n’existait pas. Il en est de même du baptême, c’est un sceau de la justification par la foi que l’homme possède avant d’être baptisé. Car il est dit: « Celui qui croit et qui est baptisé sera sauvé. » (Marc XVI, 16). Là où la foi existe, si elle est sincère, c’est la preuve d’un coeur nouveau, d’une nature régénérée, et c’est seulement sur la profession de cette foi et de la régénération, s’il s’agit d’un adulte, qu’il est admis au baptême. Même s’il s’agit d’enfants incapables de faire profession de foi ou de sainteté, l’administration du baptême n’a pas pour but de les régénérer, ou de les sanctifier, mais de les déclarer saints, c’est-à-dire propres à être consacrés, même dans l’enfance, au service
du Christ, comme toute la nation d’Israël, à cause de sa parenté avec Abraham, suivant la chair, était sanctifiée pour le Seigneur. S’ils n’étaient pas saints dans ce sens figuré, ils n’étaient pas propres pour le baptême qui est le sceau d’un état de sainteté. Mais la Bible les déclare saints, à cause de leur descendance de parents croyants et cela même lorsqu’un seul des parents est fidèle: « Le mari infidèle est sanctifié par sa femme et la femme infidèle est sanctifiée par son mari, – autrement vos enfants seraient impurs, tandis qu’ils sont saints. »
(I Corinthiens VII, 14). Ils sont donc baptisés à cause de leur sainteté et pour la proclamer solennellement,
avec toutes les responsabilités qui en découlent. Cette sainteté cependant, est bien différente de la sainteté de la nouvelle nature; et quoique le fait du baptême, si on le considère au point de vue scripturaire et qu’on l’améliore en conséquence, soit dans la main de Dieu, un moyen important de faire de cette sainteté une
glorieuse réalité dans le sens le plus élevé du mot, cependant il n’assure pas nécessairement dans tous les cas la régénération spirituelle. Dieu peut donner ou ne pas donner, suivant qu’il lui plaît, un coeur nouveau avant, pendant ou après le baptême; mais il est évident que des milliers qui ont été baptisés sont encore irrégénérés;
ils sont encore exactement dans la même position que Simon le magicien qui, après avoir été baptisé par
Philippe, était encore « dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité » (Actes VIII, 23).
La doctrine de Rome, cependant, est que tous ceux qui sont canoniquement baptisés, quoique ignorants,
quoique immoraux, pourvu qu’ils croient implicitement à l’Église, et livrent leur conscience aux prêtres, sont aussi régénérés que jamais ils pourront l’être, et que les enfants sortant de l’eau du baptême sont entièrement purifiés du péché originel. Aussi voyons-nous que les missionnaires jésuites de l’Inde se vantent de faire des convertis par milliers, en les baptisant simplement, sans leur donner la moindre instruction préalable, alors qu’ils sont encore dans l’ignorance la plus complète des vérités du christianisme et sur leur simple promesse
d’être soumis à Rome. Cette doctrine de la régénération baptismale est aussi essentiellement Babylonienne.
On s’étonnera, peut-être, à l’idée que la régénération ait été connue dans le monde païen; mais qu’on aille
seulement dans l’Inde on trouvera aujourd’hui les bigots Hindous, qui n’ont jamais prêté l’oreille à une instruction chrétienne, aussi familiarisés que nous-mêmes à cette expression et à cette idée.

Les Brahmanes se vantent d’être des hommes nés deux fois7 et dans cette condition, ils se disent assurés d’un bonheur éternel.
Or, il en était de même à Babylone et la nouvelle naissance y était conférée par le baptême. Dans les mystères
Chaldéens, avant de donner aucune instruction, on demandait avant tout à ceux qu’on allait initier, de recevoir
le baptême en signe d’une obéissance aveugle et complète. Nous lisons dans des auteurs anciens un témoignage direct du double fait du baptême et de sa signification. Dans certains rites sacrés des païens, dit
Tertullien, faisant spécialement allusion au culte d’Isis et de Mithra, l’initiation se fait par le baptême8. Le mot initiation signifie clairement qu’il fait allusion aux mystères de ces divinités. Ce baptême se faisait par immersion.
Et il paraît que c’était une cérémonie difficile et périlleuse, car nous lisons que celui qui passait dans les eaux de purification et subissait diverses épreuves nécessaires était admis, s’il survivait, à la connaissance des mystères9. Il fallait pour affronter cette initiation un courage peu ordinaire. Il y avait cependant cette raison………………

7 Voir Recherches asiatiques, vol. VII, p. 271.
8 TERTULLIEN, De Baptismo, vol. I, p. 1204.
9 Elioe Comment, dans GREG. NAZ. Orat. IV. GREGORII NAZIANZENI, Opera, p. 245.

Page 100

…………………………………puissante pour les déterminer, c’est que tous ceux qui étaient ainsi baptisés, nous dit Tertullien, avaient la
promesse de la régénération et le pardon de tous leurs parjures10. Les adorateurs d’Odin pratiquaient le rite du baptême, qui, si on le rapproche de leur but avoué, montre qu’au moins à l’origine, ils ont dû croire qu’on pouvait purifier le péché naturel et la corruption de leurs nouveau-nés en les aspergeant d’eau ou en les plongeant immédiatement après leur naissance dans des lacs ou des rivières11. Il y a plus: de l’autre côté de l’Atlantique, à Mexico, on trouva la même doctrine de régénération par le baptême en vigueur chez les
indigènes, lorsque Cortez et ses guerriers débarquèrent sur leurs rivages12.

La cérémonie du baptême mexicain, que les missionnaires catholiques romains de l’Espagne contemplaient avec étonnement, est décrite de la manière suivante dans la Conquête du Mexique de Prescott: « Lorsqu’on avait achevé tous les préparatifs du baptême, on réunissait tous les parents de l’enfant et on faisait venir la sage-femme qui devait accomplir
la cérémonie du baptême13. Au point du jour tous s’assemblaient dans la cour de la maison; au lever du soleil, la sage-femme prenant l’enfant dans ses bras demandait un petit plat de terre rempli d’eau, pendant que ceux qui l’assistaient plaçaient dans la cour les ornements préparés pour le baptême. Pour accomplir la cérémonie, elle tournait le visage vers l’occident et commençait aussitôt certaines formalités. Ensuite elle aspergeait d’eau la tête de l’enfant et disait: « Ô mon enfant, prends et reçois l’eau du Seigneur du monde qui est notre vie et qui est donnée pour faire croître et renouveler notre corps. Elle est destinée à nous laver et à nous purifier. Puissent ces gouttes célestes entrer dans ton corps et y demeurer, puissent-elles détruire et éloigner de toi tout
le mal et tout le péché qui t’a été transmis avant le commencement du monde, puisque tous nous sommes sous son pouvoir! » Alors elle lavait avec l’eau le corps de l’enfant et parlait ainsi: « D’où que tu viennes, toi qui es funeste à cet enfant, laisse-le et éloigne-toi de lui, car maintenant il a une nouvelle vie et il est né de nouveau, maintenant il est purifié et nettoyé de nouveau et notre mère Chalchivitlycue (la déesse de l’eau)
l’amène dans le monde. » Ayant ainsi prié, la sage-femme prend l’enfant dans ses mains et l’élevant vers le ciel dit: « O Seigneur, tu vois cette créature que tu as envoyée dans le monde, ce lieu de chagrin, de souffrance et de pénitence, accorde-lui, ô Seigneur, tes dons et ton inspiration, car tu es le grand Dieu et avec toi est la
grande Déesse14» » Voilà bien certainement l’opus operatum. Voilà aussi la régénération par le baptême et l’exorcisme15 aussi parfaits et aussi complets que pourrait le désirer un prêtre romain ou un partisan du Tractarianisme.
Le lecteur demandera-t-il quelles preuves démontrent que le Mexique a emprunté cette doctrine à la Chaldée?
La preuve est décisive. Nous savons, d’après les recherches d’Humboldt, que les Mexicains honoraient Wodan comme le chef de leur race; exactement comme les anciens Anglais le faisaient. Le Wodan ou Odin de Scandinavie est le même, on peut le prouver, que l’Adon de Babylone16. Le Wodan du Mexique, on le verra par la citation suivante, est absolument le même. D’après les anciennes traditions réunies par l’évêque Francis Munez de la Vega, dit Humboldt, le Wodan des Chiapanais (Mexicains) était petit-fils de ce vieillard illustre,
qui, à l’époque du grand déluge, où périt la plus grande partie de l’humanité, fut sauvé sur un radeau avec sa famille. Wodan contribua à la construction de ce grand édifice que les hommes tentèrent d’élever jusqu’aux cieux. L’exécution de ce projet téméraire fut interrompue; chaque famille eut dès lors un langage différent; et le grand esprit Teotl ordonna à Wodan d’aller peupler la contrée d’Anahuac17. Voilà qui démontre d’une…………………………………

10 TERTULLIEN, De Baptismo, vol. I, p. 1205.
11 Voir MALLET, Le baptême anglo-saxon, Antiquités, vol. I, p. 335.
12 HUMBOLDT, Recherches Mexicaines, vol. I, p. 185.
13 Comme le baptême est absolument nécessaire au salut, Rome autorisa les sages-femmes à l’administrer.
Au Mexique, la sage-femme paraît avoir été une prêtresse.
14 PRESCOTT, Le Mexique, vol. III, p. 339-340.
15 Dans la cérémonie romaine du baptême la première chose que le prêtre doive faire, c’est d’exorciser le
diable pour le chasser de l’enfant qu’on va baptiser, au moyen de ces paroles: « Sors de cet enfant, esprit
impur, fais place à l’Esprit-Saint le conso lateur. » Le Chrétien sincère, vol. I, p. 365. Dans le Nouveau
Testament, il n’y a pas la moi ndre allusion à aucun exorcisme d e ce genre acco mpagnant le baptême
chrétien. Il est entièrement païen.
16 Pour les preuves, voir Appendice, note L.
17 HUMBOLT, Recherches Mexicaines, vol. I, p. 320.

Page 101

…………………………………….manière évidente l’origine de la mythologie Mexicaine et aussi de la régénération baptismale que les Mexicains avaient en commun avec les adorateurs égyptiens et perses de la reine chaldéenne du Ciel. Prescott, il est vrai, doute de l’authenticité de cette tradition, comme étant trop exactement analogue avec l’histoire
scripturaire pour être digne de foi. Mais le célèbre Humboldt qui avait examiné soigneusement le sujet et qui n’avait aucune raison pour le contredire, déclare qu’il croit entièrement à l’exactitude de cette tradition. Je dirai même qu’on peut le prouver, d’après les pages si intéressantes de Prescott, pour chaque trait essentiel, à la
seule exception du nom de Wodan auquel il ne fait aucune allusion. Mais heureusement, le fait que ce nom avait été porté par quelque illustre héros parmi les ancêtres supposés de la race Mexicaine est mis hors de
doute, par cette circonstance singulière que les Mexicains avaient un de leurs jours appelé Jour de Wodan, exactement comme les Anglais en ont un18. C’est là, si on la rapproche de toutes les circonstances, une preuve
frappante à la fois de l’unité de la race humaine et de la large diffusion du système qui commença à Babylone.
Si l’on demande: comment les Babyloniens eux-mêmes ont-ils adopté cette doctrine de la régénération par le baptême? C’est là une question qu’on peut élucider. Dans les mystères Babyloniens la commémoration du déluge, de l’arche et des grands événements de la vie de Noé, se mêlait au culte de la reine du ciel et de son fils. Noé, pour avoir vécu dans deux mondes, le monde avant le déluge et le monde après le déluge, était appelé Diphues ou celui qui est né deux fois19, et
était représenté sous les traits d’un dieu à deux têtes, tournées dans deux directions opposées, l’une jeune, l’autre vieille20. 

Nous avons vu que Janus, le dieu à deux
têtes, se rapportait en un sens à Cush et à son fils Nemrod, considérés comme un seul dieu, sous un double aspect, comme le dieu suprême, le père de tous les héros déifiés; et cependant pour lui acquérir l’autorité et le respect essentiels à son titre futur de chef du grand système d’idolâtrie inaugurée par les apostats, il était nécessaire de le représenter d’une manière ou de l’autre comme identique au grand patriarche qui était le père de tous et avait une histoire si merveilleuse. Aussi dans les légendes de Janus, nous voyons, mêlées à d’autres
traits provenant d’une source tout à fait différente, des déclarations non seulement sur ce fait qu’il était le père du monde, mais sur celui-ci qu’il était l’inventeur des navires21, ce qui est évidemment un emprunt à l’histoire de Noé; c’est pour cela que la manière étonnante dont il est représenté dans cette gravure (fig. 34) que nous mettons sous les yeux du lecteur, avait été inspirée par l’histoire du grand patriarche, à l’intégrité duquel l’Écriture fait si particulièrement allusion quand elle parle du double aspect de sa vie: « Noé fut un homme juste et intègre dans sa postérité » (Genèse VI, 9), c’est-à-dire dans sa vie avant et après le déluge.
Toute la mythologie de Grèce et de Rome, comme celle de l’Asie, est remplie de l’histoire et des exploits de Noé auxquels il est impossible de se méprendre. Dans l’Inde, le Dieu Vichnou, le conservateur, qu’on honore pour avoir miraculeusement sauvé une famille juste au moment où le monde fut submergé, offre l’histoire de Noé enveloppée dans cette légende; il est même appelé par son nom. Vichnou est exactement la forme sanscrite du Chaldéen Ishnuh, l’homme Noé ou l’homme de repos22. Quant à Indra, le roi des dieux et le dieu de la pluie, ce qui n’est évidemment qu’une autre forme du même dieu, on trouve ce nom sous la forme exacte d’Ishnu. Or, la légende même de Vichnou qui prétend faire de lui non une simple créature, mais le dieu suprême et éternel, montre que cette interprétation de son nom n’est pas une imagination sans fondement.
Voici comment il est célébré dans le Matsya Puran: « Le soleil, le vent, l’air, tous les éléments immatériels, étaient absorbés dans son essence divine et l’univers étant consumé, le Dieu éternel et tout-puissant, ayant
revêtu une ancienne forme, se reposa mystérieusement sur la surface du vaste océan. Mais nul ne peut savoir…………………………..

18 HUMBOLDT, vol. I, p. 319.
19 BRYANT, vol. XIV, p. 21.
20 ibid. p. 86.
21 BRYANT, vol. III, p. 78.
22 Le mot même, Ish, homme, usité dans le sanscrit avec le digamma préfixe: par exemple Vishampati, le
seigneur des hommes. WILSON, L’Inde il y a 3000 ans, p. 59.

Page 102

…………………………………………………..si cet être était alors visible ou invisible, quel était son saint nom, ou la cause de son mystérieux sommeil. Nul ne peut dire non plus combien il se reposa ainsi jusqu’à ce qu’il eût la pensée de créer; car nul ne l’a vu, nul ne s’est approché de lui, nul ne peut pénétrer le mystère de son essence réelle23. » Conformément à cette ancienne légende, Vichnou est encore représenté comme dormant quatre mois de l’année.
Maintenant rapprochez cette histoire du nom de Noé, l’homme du repos, et de son histoire personnelle pendant le déluge, lorsque le monde fut détruit, lorsque durant quarante jours et quarante nuits tout n’était que chaos, qu’on ne voyait ni soleil, ni lune, ni étoile scintillante, que la mer et le ciel étaient confondus et que tout n’était qu’un océan universel, sur la surface duquel flottait le patriarche; qu’il n’y avait nul être humain pour s’approcher de lui, sauf ceux qui étaient dans l’arche avec lui, et nous pénétrons aussitôt le mystère de son essence réelle, nous discernons le saint nom de cette personne et nous connaissons les causes de ce mystérieux sommeil. Or, partout on célèbre le nom de Noé soit sous le nom de Saturne le mystérieux24, car ce nom lui
était donné aussi bien qu’à Nemrod, parce qu’il fut caché dans l’arche, au jour de la terrible colère du Seigneur, soit sous celui d’Oannes ou Janus, l’homme de la mer; et il est généralement dépeint de manière à nous prouver qu’on le regardait comme Diphues, celui qui est né deux fois, ou le régénéré. Les Babyloniens nés deux fois, qui sont autant de dieux sur la terre, montrent bien par le titre qu’ils se décernent à eux-mêmes, que le dieu qu’ils représentent et dont ils réclament les prérogatives avait été connu comme celui qui est né deux fois.

Les rapports de la régénération avec l’histoire de Noé éclatent avec force dans les récits qui nous sont faits des mystères célébrés en Égypte. Les meilleurs savants versés dans les antiquités Égyptiennes, parmi lesquels
nous citerons Sir Gardiner Wilkinson, admettent que l’histoire de Noé se mêlait à celle d’Osiris25. Le vaisseau d’Isis et le cercueil d’Osiris flottant sur les eaux, se rapportent exclusivement à cet événement remarquable.
On déplorait la mort d’Osiris à différentes époques, dans diverses parties de l’Égypte, et à l’une de ces époques on célébrait plus particulièrement la mémoire du puissant chasseur devant l’Éternel, et à une autre, la
catastrophe terrible à laquelle Noé survécut. Dans la grande et solennelle fête appelée la disparition d’Osiris, il est évident que c’est Noé lui-même qui était censé s’être perdu. L’époque où Osiris fut enfermé dans son cercueil et où ce cercueil fut déposé à la surface de l’eau, d’après les déclarations de Plutarque, s’accorde exactement avec l’époque où Noé entra dans l’Arche. Ce fut le 17 du mois d’Athyr, alors que le Nil cesse de déborder, lorsque les nuits allongent et que les jours diminuent26. Le mois Athyr était le second mois après l’équinoxe d’automne, époque à laquelle commençait l’année des juifs et des patriarches. D’après cette déclaration donc, Osiris fut enfermé dans son cercueil le 17e jour du second mois de l’année patriarcale.
Comparez ce fait avec le récit scripturaire de l’entrée de Noé dans l’Arche, et vous verrez à quel point ils s’accordent: « l’an 600 de la vie de Noé, le deuxième mois, au 17e jour du mois, toutes les fontaines du grand abîme furent rompues,… ce jour-là Noé… entra dans l’Arche. » (Genèse VII, 11, 12); L’époque à laquelle, disait-on, Osiris (ou autrement Adonis) avait été renfermé dans son cercueil, était exactement la même que celle où Noé fut relégué dans l’Arche pendant une année27. Or, les déclarations de Plutarque démontrent que comme Osiris à cette fête était régale comme mort et enseveli quand il fut renfermé dans son arche ou dans son cercueil et confié à l’abîme, ainsi lorsqu’il en sortit, son nouvel état fut regardé comme celui d’une nouvelle vie, ou comme une régénération28……………………………………………..

23 Col. KENNEDY, La mythologie Hindoue, p. 228.
24 RYANT, vol. III, p. 75.
25 WILKINSON, vol. IV, p. 340.
26 PLUTARQUE, De Iside et Osiride, vol. II, p. 366. D.
27 POLLODORE, liv. III, c. X, IV, vol. I, p. 356-357. THÉOCRITE, Idylle, XV, 1. 103-104, p. 190-191;
Poetoe Groeci minores. Théocrite parle d’Adonis, délivré par Vénus, des régions infernales, après y être
demeuré pendant un an, mais comme cette scène se passe en Égypte, il est évident qu’il fait allusion à
Osiris, qui était l’Adonis des Égyptiens.
28 PLUTARQUE, De Iside et Osiride, p. 356, 367, etc. C’est sous les traits de Pthah-Sokari-Osiris, qu’il
était représenté comme ayant été enseveli sous les eaux (WILKINSON, vol. IV, p. 265). Sous son
caractère propre, simplement comme Osiris, il avait une tout autre sépulture.

Page 103

……………………………………….Nous avons toute raison de croire que par l’arche et le déluge, Dieu donna aux saints patriarches et principalement au juste Noé une représentation typique, vivante, du pouvoir du sang et de l’esprit de Christ, comme sauvant de son courroux et en même temps purifiant de tout péché, représentation qui était le sceau et la  confirmation la plus réjouissante de la foi des véritables croyants. Pierre semble y faire distinctement allusion lorsqu’il dit, parlant de cet événement: « C’est à cela que répond maintenant comme une figure le
baptême qui nous sauve. » (I Pierre III, 21). Les prêtres Chaldéens ont entièrement corrompu et dénaturé toutes les vérités primitives. Ils fermèrent volontairement les yeux sur ce fait, que c’est la justice par la foi que Noé avait avant le déluge qui lui permit de traverser sain et sauf les eaux vengeresses de cette terrible catastrophe, et l’introduisit du sein de l’arche, par une nouvelle naissance, dans un monde nouveau, lorsqu’arrêté sur le mont Ararat, il sortit de sa longue réclusion. Ils firent croire à leurs spectateurs qu’en passant seulement par les
eaux du baptême et les pénitences qui s’y rattachaient, cela suffisait pour faire d’eux, comme du second père de l’humanité, de Diphueis, nés deux fois ou régénérés, pour leur donner tous les privilèges du juste Noé et cette nouvelle naissance (palingenesia)29 dont leur conscience leur faisait sentir le pressant besoin. La papauté agit d’après le même principe, et c’est de cette source qu’elle a tiré sa doctrine de la régénération par le baptême, à propos de laquelle on a tant écrit et engagé tant de controverses, que l’on discute tant que l’on
voudra, c’est là et là seulement qu’on trouve la véritable origine de ce dogme anti-scripturaire30.
Le lecteur a déjà vu combien Rome a fidèlement copié l’exorcisme usité dans le baptême. Toutes les autres particularités qui se rattachent au baptême Romain, comme l’emploi du sel, de la salive, du chrême ou
l’onction avec l’huile, et la marque sur le front par le signe de la croix, sont également des usages païens.
Quelques partisans de Rome sur le continent, ont convenu que certains de ces usages n’ont pas été empruntés à l’Écriture. Jodocus Tiletanus de Louvain, défendant la doctrine de la tradition non écrite, n’hésite pas à dire:
« Nous ne sommes pas satisfaits de ce que l’Évangile ou les apôtres déclarent, mais nous disons avant comme après, qu’il y a plusieurs vérités graves et importantes qui sont acceptées et reçues par suite d’une doctrine qui n’est nulle part écrite. Car nous bénissons l’eau avec laquelle nous baptisons et l’huile dont nous oignons; et même nous bénissons celui que nous baptisons. Et, je vous le demande, dans quelle doctrine l’avons-nous appris? Ne le tenons-nous pas d’une ordonnance secrète et non écrite? Et de plus, quelle écriture nous enseigne à oindre avec l’huile? Oui, je vous le demande, d’où vient l’usage de plonger trois fois les enfants dans l’eau? Cela ne vient-il pas de cette doctrine cachée et mystérieuse que nos maîtres ont reçue en secret sans aucune autorité et qu’ils observent encore31. »

Ce savant théologien de Louvain maintient naturellement
que cette doctrine secrète et cachée dont il parle, était la parole non écrite, transmise par le canal de l’infaillibilité, depuis les apôtres du Christ jusqu’à son propre temps. Mais d’après ce que nous avons déjà vu, le lecteur aura une opinion différente sur la source de cette doctrine secrète et cachée. Le Père Newman admet pour l’eau sacrée (c’est-à-dire l’eau imprégnée de sel puis consacrée) et plusieurs autres choses qui étaient, comme il le dit lui-même, les instruments et les accessoires du culte du démon, que tous ces usages avaient leur origine païenne et qu’ils avaient été sanctifiés par leur introduction dans l’Église32. Quelle excuse, quel palliatif peut-il donc offrir pour une adoption si extraordinaire? Le voici: c’est que l’Église avait confiance
dans le pouvoir du christianisme pour résister à l’infection du mal, et pour faire servir cette doctrine à la cause de l’Évangile. Quel droit avait l’Église à entretenir une pareille confiance? Quelle union pouvait-il y avoir entre la lumière et les ténèbres? Quel accord entre Christ et Bélial? Que l’histoire de l’Église témoigne de la vanité, que dis-je, de l’impiété d’une semblable espérance! Que la suite de nos recherches verse sa lumière sur ce sujet!

29 PLUTARQUE, De Iside, vol. II, p. 36.
30 On s’est livré à beaucoup de spéculations sur le sens du nom de Shinar, appliqué à la région dont
Babylone était la capitale. Les faits ci-dessus mentionnés, ne jettent-ils pas de la lumière sur ce point? Ce
qui paraît le plus probable, c’est que ce nom vient de shenè, répéter, et naar, enfance. La pays de Shinar,
d’après cela, est donc exactement le pays du Régénérateur.
31 Revue du l’Épître du Dr. GENTIANUS HARVET, p. 19. B et 20. A.
32 NEWMAN, Développement, p. 359-360.

 

Le calvinisme (nommé ainsi d’après Jean Calvin et aussi appelé la tradition réformée, la foi réformée ou la théologie réformée) est une doctrine théologiqueprotestante et une approche de la vie chrétienne1 qui reposent sur le principe de la souveraineté de Dieu en toutes choses2. Bien qu’elle fût développée par plusieurs théologiens tels que Martin BucerWolfgang MusculusHeinrich Bullinger3,4Pierre Martyr Vermigli5Ulrich Zwingli6 et Théodore de Bèze, elle porte le nom du réformateur français Jean Calvin en raison de l’influence dominante qu’il eut sur elle et du rôle déterminant qu’il exerça dans les débats confessionnels et ecclésiastiques du xvie siècle. Aujourd’hui ce terme fait référence aux doctrines et aux pratiques des Églises réforméespresbytériennes et congrégationalistes. Plus rarement, il désigne l’enseignement de Calvin lui-même7. Le calvinisme est aussi connu pour les doctrines de la prédestination et de la corruption totale.

Nous scruterons donc les différentes théologies Calviniste pour en être informé

La tradition réformée, la foi réformé et la théologie réformée

La doctrine de la predestination

La doctrine de la corruption totale