DÉTOX : INFUSION 100% MAISON

Détox : infusion 100% maison
🙂

De plus en plus on achète des thés, tisanes, boissons détox. A la pharmacie, suite à une publicité que l’on a vu sur internet, à la télé ou tout simplement suite à une recommandation d’une copine. C’est vrai avec tout ce que l’on s’envoie dans le gosier une bonne cure détox ça fait du bien à notre corps et à notre esprit. Ca tombe bien car j’ai la solution qu’il  vous faut. La prochaine fois que vous irez aux courses, ajoutez ces quelques petites choses à votre liste de course ainsi vous pourrez faire une infusion et une cure détox 100% made in VOUS-MÊME 

INFUSION DETOX MAISON

CE QU’IL VOUS FAUT : 

Curcuma / Gingembre / Cannelle / Citron jaune (Il est préférable de tout prendre frais et en bâtonnet pour la cannelle)

CE QUE VOUS DEVEZ FAIRE :

  1. Dans une casserole, mettre l’équivalent d’1/2 litre d’eau,
  2. Râpez le curcuma (l’équivalent de 4 CAC) ainsi que le gingembre (l’équivalent de 2 CAC),
  3. Portez l’eau à ébullition, stoppez le feu et ensuite ajoutez le bâtonnet de cannelle,
  4. Laissez infuser 10 minutes,
  5. Filtrez la préparation. (pour enlever gingembre, curcuma et la cannelle),
  6. Faites légèrement réchauffer (si c’est trop froid) et ensuite ajoutez le jus d’1/2 citron jaune,
  7. Versez-vous en une belle tasse.

C’EST PRÊT!

Vous pouvez très bien y ajouter 1 CAC de miel ou de sirop d’agave bio. Perso je bois cette infusion le matin ou le soir par exemple devant la télé quand je ne suis pas au top ça me requinque c’est génial!

Vous pouvez maintenant faire vous-même votre cure détox.

Publicités

Schéma, à l’eau de rose, d’une ligature-section tubaire (Ph. Health Reflect)

Le jihad islamique peut revêtir une foule de variantes qui permettent d’aller jusqu’à dire que chacun individuellement ou chaque groupe peut choisir son propre jihad. Seule compte la victoire de l’islam.

Parmi ces types de jihad, nous connaissons déjà le jihad terroriste qui nous a meurtris en France avec Charlie-Hebdo, le Bataclan, Nice etc., le jihad par l’immigration musulmane de masse en Europe, le jihad pour instaurer le califat, le jihad de fornication pour assurer le « repos du guerrier » des jihadistes d’Irak et de Syrie, le jihad de civilisation ou de ruse par l’islamisation progressive des sociétés occidentales, le jihad des « ventres » pour assurer à la oumma musulmane une croissance démographique telle qu’elle garantirait la pérennité du recrutement pour les diverses formes de jihad et que surtout assurerait un pouvoir islamique planétaire.

Une nouvelle variante du jihad démographique a vu le jour récemment au Sri Lanka : un chirurgien musulman, faute de pouvoir augmenter directement le nombre de musulmans, aurait choisi, à sa manière et grâce à ses compétences, de contribuer à la croissance proportionnelle des musulmans dans la population en réduisant la natalité des femmes non-musulmanes. Il aurait stérilisé à leur insu des femmes qu’il avait accouchées par césarienne. Et hop ! avec deux boucles et en deux coups de ciseaux (*) il empêchait ces jeunes femmes de continuer à procréer, ce qui pouvait faire le bonheur de la oumma dont il est membre. Si les faits sont avérés, quel dédain, quel mépris ce chirurgien musulman aurait témoigné envers les femmes et quelle perversité il y aurait chez lui dans son exercice médical, dont l’objectif ne serait pas le bien-être du patient, mais la prééminence de l’islam.

Qu’on se rappelle que le Sri Lanka a subi deux attaques de jihad terroriste dans deux églises et des hôtels, à Pâques 2019, faisant 290 morts et 500 blessés, ce qui a choqué le pays et la planète et fait encore trembler toute la population.

Cinquante-et-une plaintes ont été déposées contre le Dr Seigu Shiyabdeen Mohamed Shafi de l’hôpital de la ville de Kurunegala par des patientes qui pensent avoir subi une stérilisation abusive car, depuis l’intervention du chirurgien, elles ont tenté une nouvelle grossesse, sans résultat. L’affaire devient plus obscure car le ministre de la Santé, Rajah Senaratne, doute de ces « allégations », arguant que les procédures de stérilisation ne peuvent être pratiquées sans la présence d’aides opératoires assistant à l’intervention. Pour lui, cette stérilisation est impossible.

Face à la presse qui le harcelait, le ministre semblait contrarié. Il rétorqua aux médias en disant : « Vous tous, vous ne seriez pas si intéressés par le sujet si le chirurgien était cinghalais, mais, parce qu’il est musulman, vous avez de quoi publier ».

La police a arrêté le chirurgien de 42 ans qui se trouve avoir amassé un capital confortable. Il est sous investigation car la police veut savoir si l’argent accumulé a été obtenu grâce à une organisation terroriste.

L’hôpital a déclaré n’avoir aucune confiance dans l’investigation conduite par le ministère de la Santé. Les enquêteurs saisiront tous les documents médicaux et administratifs de l’hôpital. Car toute intervention chirurgicale doit s’accompagner d’un compte-rendu opératoire (CRO) mentionnant le nom du chirurgien, les noms de l’anesthésiste et des aides et tous les gestes accomplis lors de l’intervention. Ce compte-rendu doit aussi préciser le temps opératoire qui figure aussi sur le dossier de l’anesthésiste. De même, le bloc opératoire doit consigner l’intervention sur un registre à la disposition la justice.

Si le compte-rendu opératoire ne mentionne pas la ligature des trompes, il y a absence de stérilisation ou bien cette stérilisation a bien eu lieu mais, frauduleusement et n’a pas été mentionnée.

L’assistant, en l’absence d’un compte-rendu opératoire clair, ne peut, a posteriori, affirmer ou infirmer que la stérilisation a eu lieu ou non. Car, le CRO est fait, par définition, en décalé, et l’assistant, en général, n’y a pas accès. Même si une ligature tubaire est pratiquée, l’assistant ne se pose pas de questions car il est présumé que le chirurgien, qui a toute la confiance de sa patiente, a recueilli auprès d’elle (et de son conjoint) un consentement éclairé et écrit.

La seule preuve tangible serait de pratiquer une radiographie des voies génitales avec injection d’un produit de contraste (hystéro-salpingographie, HSG) qui montrerait si les trompes sont obstruées en plein milieu de leur parcours. Il faut cependant exclure le cas d’une infection génitale intercurrente qui pourrait affecter les trompes et les boucher. Mais, dans ce cas précis, l’hystérographie ne peut pas être pratiquée.

Affaire à suivre …

Bernard Dick

Harold Spoto11 h

Si l’enlèvement était une doctrine fondée sur les écritures, ca ne l’aurait pas dit qu’une seule fois dans la bible.

Elle aurait été adressé a toutes les eglises.
Ont ne peut faire une doctrine d’un verset seulement….le reste n’est que spéculation .

Un événement d’une tel ampleur aurait été répété plusieurs fois.
Le seul mystère caché , c’est Christ en nous, l’espérance de la gloire !!!!!

Le reste n’est que fourberie …en déplaise !!

Malachie 3:16
Alors ceux qui craignent l’Eternel se parlèrent l’un à l’autre; L’Eternel fut attentif, et il écouta; Et un livre de souvenir fut écrit devant lui Pour ceux qui craignent l’Eternel Et qui honorent son nom.

Eloignez vous de cet individu et de ses adeptes 
Tu es un faux ouvrier décrit par la Parole de Dieu.

Hébreux 11:5
C’est par la foi qu’Enoch fut enlevé pour qu’il ne vît point la mort, et qu’il ne parut plus parce que Dieu l’avait enlevé; car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu.

2 Rois 2:1
Lorsque l’Eternel fit monter Elie au ciel dans un tourbillon, Elie partait de Guilgal avec Elisée.

1 Corinthiens 15:51
Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés,

1 Thessaloniciens 4:17
Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur.

Genèse 5:24
Hénoc marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit.


Selon une source internationale, le Vatican est le principal destinataire de plus de 55 milliards de dollars US d’argent sale italien et se place à la huitième place des destinations utilisées à travers le monde pour le blanchiment d’argent, devant des paradis fiscaux comme les Bahamas, la Suisse, ou le Liechtenstein. Une enquête récente du « London Telegraph » et du « Inside Fraud Bulletin », cite la Cité du Vatican comme étant un des principaux Etats « cut out » au même titre que des paradis fiscaux tels que Nauru, Macao et l’Ile Maurice. Un Etat « cut out » est un Etat dans lequel la législation sur le secret bancaire rend impossible la traçabilité de l’origine des fonds qui y sont déposés.
La Banque du Vatican tente désespérément de s’opposer à une plainte en justice déposée par des survivants serbes et juifs de la Shoah devant la cour fédérale de San Fancisco ( Affaire « Alperin contre la banque du Vatican ») et visant à obliger à rendre compte de fonds spoliés lors de la Deuxième Guerre Mondiale. S’opposant à ces accusations l’avocat de la Banque du Vatican, Franzo Grande Stevens a déclaré sous serment devant la Cour, que la « raison d’être fondamentale [ de la Banque du Vatican ] est de promouvoir des actes de piété » et que ses clients dépositaires sont « essentiellement des employés de l’Etat de la Cité du Vatican, des membres du Saint-Siège ; des congrégations religieuses ainsi que des personnes déposant des sommes destinées pour une part au moins à des oeuvres de piété ».
Stevens a également déclaré à la cour que la Banque du Vatican est sous le contrôle du Pape et que les registres de la Banque ne sont conservés au-delà d’une période de dix ans . Il semblerait que la Banque du Vatican utilise l’image positive du Pape Jean Paul II pour masquer une opération de blanchiment d’argent de grande envergure .La Banque du Vatican a déjà été accusée par le passé d’heberger des fonds spoliés par les Nazis et est actuellment soupçonnée d’entretenir des liens avec le milieu du crime organisé en conséquence le moment où elle devra rendre des comptes semble ne plus être loin .Les preuves s’empilent et tendent à démontrer que des activités de la banque s’apparentaient plus à des actes de piraterie que des oeuvres de piété. Le patrimoine mobilier du Saint-Siège est géré par l’APSA Son patrimoine immobilier, bien que lui aussi couvert par le secret, étant matériel est plus facile à déterminer.
Les 44 hectares proprement dits du Vatican (constitués par des appartements, les musées, les jardins, et la basilique Saint-Pierre), ainsi que 688.000 m² de terrains construits à usage administratif, plus les universités pontificales, plus les quelques 40 hectares de la villa d’été du pape à Castelgandolfo, plus encore 550 hectares d’exploitations agricoles, 200 hectares en bordures de mer et 1.200 hectares en périphérie de Rome, constituent ce que l’on appelle l’extraterritorialité du Vatican et échappent à la juridiction italienne. Il n’en va pas de même pour les 325 ordres féminins (19.812 membres) et les 87 ordres masculins (5.730 membres) représentés à Rome, avec 600 maisons-mère, 306 paroisses, 30 cloîtres et 1.700 communautés, qui possèdent d’énormes propriétés dont une bonne part est constituée par des immeubles de rapport. Ces propriétés ne sont pas – s’en étonnera-t-on ? – recensées comme telles, mais sont enregistrées auprès du cadastre de l’Etat italien sous les dénominations les plus diverses comme : chapitres, confraternités, archiconfraternités, congrégations, vicariats, provinces ecclésiastiques, diocèse, archidiocèse, basiliques, archibasiliques, secrétariats, hospices, athénées, collèges, instituts, procures, cures, fondations, sociétés, oeuvres pieuses, missions, personnes morales gérées par des congrégations, maisons d’exercices spirituels, conservatoires, séminaires, comités, etc. Une véritable jungle de noms et prête – noms – car il faut savoir qu’une ’maison pieuse’ n’entre pas dans le même registre qu’une ’pieuse maison’…
Quelques exemples : le Collège ecclésiastique belge possède un grand immeuble face au palais présidentiel ; les soeurs de Notre Seigneur de Namur, deux immeubles pour un total de 43.000 m’ dans une zone centrale de la ville ; tandis que l’Ordre Hospitalier de Saint-Jean détient l’entièreté de l’île sur le Tibre. Ces propriétés sont dites improductives, et le sont au moins en partie, puisqu’elles servent à l’exercice des ordres mentionnés (tout comme les 792 instituts d’éducation et les 325 maisons de bienfaisance dispersés dans la cité).