Les festins de Noël

Pour montrer le rapport qu’il y a entre une contrée et une autre, et la persistance invétérée des anciennes coutumes, il est bon de remarquer que Jérôme, commentant les paroles d’Ésaïe que nous venons de citer, sur l’usage de dresser une table pour Gad et d’offrir des libations à Meni, déclare que de son temps (au IVe siècle), c’était encore la coutume dans toutes les villes et surtout en Égypte et à Alexandrie, de préparer des tables et de les charger de toutes sortes de mets recherchés et des coupes contenant du vin nouveau, le dernier jour du mois et de l’année: la foule en tirait des présages sur la fertilité de l’année.
L’année égyptienne commençait à une époque différente de la nôtre; mais c’est aussi exactement que possible (en remplaçant seulement le vin par le whisky) la manière dont on observe encore Hogmanay en Écosse, le dernier jour du mois de l’année. Je ne sais pas si on tire aucun présage de ce qui se fait alors, mais tout le monde, dans le sud de l’Écosse, sait parfaitement qu’à Hogmanay, ou la veille du nouvel an, parmi ceux qui observent encore les vieilles coutumes, on prépare une table, et que pendant qu’on offre des gâteaux et autres friandises, on distribue des galettes de gruau et de fromage à ceux qui n’en voient jamais qu’à cette occasion, et que la boisson forte entre pour une large part dans le menu du jour.
Là même où le soleil était l’objet favori du culte, comme à Babylone et ailleurs, il était adoré à cette fête, non seulement comme le globe du jour, mais comme le dieu incarné. – C’était un principe essentiel du système Babylonien, que le soleil ou Baal était le seul Dieu. Lors donc qu’on adorait Tammuz comme étant le Dieu incarné, cela voulait dire aussi qu’il était une incarnation du soleil. Dans la mythologie Hindoue, qui, on le sait, est essentiellement Babylonienne, ce fait ressort distinctement. Surya, ou le soleil, y est représenté comme étant incarné, et venant dans le monde pour soumettre les ennemis des dieux qui, sans cette naissance, n’auraient jamais été soumis.

Ce n’était donc pas une fête astronomique que les païens célébraient au solstice d’hiver. Cette fête s’appelait à Rome la fête de Saturne et la manière dont on la célébrait montre bien son origine.

Organisée par Caligula, elle durait cinq jours. L’ivrognerie et la débauche se donnaient libre carrière, les esclaves étaient provisoirement émancipés et avaient avec leurs maîtres toutes sortes de libertés. – C’était précisément de cette manière qu’on célébrait à Babylone, suivant Berose, la fête du mois Thebeth, correspondant à notre mois de décembre, ou en d’autres termes, la fête de Bacchus: C’était l’usage, dit-il, pendant les cinq jours qu’elle durait, que les maîtres fussent soumis à leurs serviteurs, et que l’un d’eux, vêtu comme un roi d’une robe de pourpre, gouvernât la maison. On appelait ce domestique ainsi vêtu, Zoganes, l’homme du plaisir et de la dissipation; il correspondait exactement au « dieu du tumulte » qui dans les époques de ténèbres, fut choisi dans tous les pays catholiques pour présider aux fêtes de Noël. La coupe des festins de Noël a son contrepied dans « le festin de l’ivresse » à Babylone, et plusieurs autres coutumes encore observées à Noël ont la même origine.

Les bougies à Noël

Les bougies qu’on allume la veille de Noël dans quelques parties de l’Angleterre et qu’on garde pendant toute la durée des fêtes, étaient aussi allumées par les païens la veille de la fête de la naissance du dieu Babylonien et en son honneur; car c’était l’une des particularités de son culte d’avoir des bougies allumées sur ses autels.

L’arbre de Noël

L’arbre de Noël, si connu aujourd’hui parmi nous, était aussi connu dans la Rome et dans l’Égypte païennes. En Égypte c’était le palmier, à Rome le sapin; le palmier dénotait le Messie païen, Baal-Tkmar, le sapin se rapportait à lui sous son caractère de Baal-Berith. La mère d’Adonis, le dieu soleil, la divinité médiatrice avait été, disait-on, changée en arbre, et dans cet état elle avait enfanté son fils. Si la mère était un arbre, le fils doit avoir été reconnu comme l’homme-branche. Et c’est ce qui explique pourquoi on mettait au feu la bûche de Yule la veille de Noël, et pourquoi le lendemain on trouvait l’arbre de Noël. En qualité de Zero-ashta, la semence de la femme, qui signifie aussi Ignigena, ou né du feu, il doit entrer dans le feu pendant la nuit de la Mère, afin de pouvoir naître le lendemain, comme branche de Dieu, ou l’arbre qui donne aux hommes tous les dons célestes.
Mais pourquoi, demandera-t-on, entre-t-il dans le feu sous le symbole d’une bûche? Pour le comprendre, il faut se rappeler que le divin enfant né au solstice d’hiver était comme une nouvelle incarnation du grand dieu (après que ce dieu eut été mis en pièces) afin de venger sa mort sur ses meurtriers. Or, le grand dieu, brisé au milieu de son pouvoir et de sa gloire, était représente sous la forme d’un gros arbre, dépouillé de ses branches, et coupé presque à hauteur de terre. Mais le grand serpent, symbole d’Esculape qui rend la vie, s’enroule autour du tronc sans vie, et voici (fig. 27) qu’à ses côtés surgit un jeune arbre, un arbre d’une espèce entièrement différente, qui ne doit jamais être abattu par aucune puissance ennemie, un palmier, symbole bien connu de la victoire.
L’arbre de Noël, comme on l’a déjà vu, était ordinairement à Rome un arbre différent, c’était le sapin; mais le palmier rappelait la même idée que le sapin de Noël; car il symbolisait mystérieusement le dieu né de nouveau, Baal-Berith, le Seigneur de l’alliance, et ainsi témoignait de la perpétuité et de la nature de son pouvoir, maintenant qu’après avoir succombé sous ses ennemis, il s’était élevé en triomphe au-dessus d’eux. Aussi le 25 décembre, jour qu’on observait à Rome comme le jour où le dieu victorieux était réapparu sur la terre, était-il considéré comme « natalis invicti solis », le jour de naissance du soleil invaincu. Or, la bûche de Yule est le tronc mort de Nemrod, déifié comme dieu-soleil, mais renversé par ses ennemis; l’arbre de Noël est Nemrod redivivus, le dieu mis à mort rendu de nouveau à la vie. À la lumière jetée par ce fait sur les coutumes qui persistent encore en Angleterre, et dont l’origine s’est perdue au milieu d’une antiquité reculée, que le lecteur considère la singulière pratique encore en usage dans le sud la veille de Noël, celle de s’embrasser sous la branche de gui. La branche de gui, dans la superstition druidique, qui nous l’avons vu, venait de Babylone, était une représentation du Messie, l’homme-branche. Le gui passait pour une branche divine , une branche qui venait du ciel et poussait sur un arbre qui sortait de la terre. Ainsi en greffant la branche céleste sur un arbre terrestre, le ciel et la terre que le péché avait séparés, étaient réunis, et ainsi la branche de gui devint le gage de la réconciliation de Dieu avec l’homme; le baiser en effet, est le gage bien connu du pardon et de la réconciliation.
D’où pouvait venir une pareille idée? Ne serait-ce pas des versets du psaume 85: « La grâce et la vérité se sont rencontrées; la justice et la paix se sont entrebaisées; la vérité jaillira de la terre (à cause de la venue du Sauveur promis) et la justice regardera du haut des cieux? » (Psaumes LXXXV, 10, 11). C’est possible; mais il est certain que ce psaume fut écrit bientôt après la captivité de Babylone, et comme des foules de Juifs, après cet événement, demeuraient à Babylone sous la direction d’hommes inspirés, comme Daniel, il doit leur avoir été communiqué comme partie de la Parole divine aussi bien qu’à leurs frères de Palestine.

Le sanglier aux dîners de Noël en Angleterre

Babylone était à cette époque le centre du monde civilisé, et ainsi le paganisme, corrompant le divin symbole comme il l’a toujours fait, avait des facilités pour propager jusqu’aux extrémités de la terre son odieuse contrefaçon de la vérité, grâce aux mystères affiliés avec le grand système qui avait son centre à Babylone. Ainsi les coutumes de Noël qui existent encore jettent une lumière étonnante sur les révélations de la grâce faite à toute la terre, et sur les efforts tentés par Satan et ses émissaires pour les matérialiser et les rabaisser!
Dans bien des pays, on sacrifiait au dieu un sanglier pour expier l’injure que, d’après la légende, un sanglier lui avait faite. Suivant une version de l’histoire de la mort d’Adonis, ou Tammuz, ce dieu mourut de la blessure faite par la dent d’un sanglier. La fable raconte que le Phrygien Attès, le bien-aimé de Cybèle, dont l’histoire était identifiée à celle d’Adonis, mourut de la même manière . Aussi Diane qui, représentée ordinairement dans les mythes populaires comme une chasseresse, était en réalité la grande mère des dieux, a-t-elle souvent près d’elle une tête de sanglier, non pas en signe d’une chasse heureuse, mais bien de triomphe, sur le grand ennemi du système idolâtre dans lequel elle occupait une place si importante. D’après Théocrite, Vénus se réconcilia avec le sanglier qui tua Adonis, parce que le jour où on l’amena enchaîné à ses pieds, il se défendit éloquemment, en disant qu’il n’avait point tué son époux par méchanceté, mais simplement par accident. Cependant, en souvenir de la mort causée par le sanglier du mythe, plus d’un sanglier perdit sa tête ou fut offert en sacrifice à la déesse irritée. Smith nous représente Diane avec une tête de sanglier auprès d’elle, au haut d’un monceau de pierres où l’on représente l’empereur Trajan brûlant de l’encens à cette même déesse, et où la tête du sanglier est très apparente. Le jour de Noël, les Saxons du continent offraient un sanglier en sacrifice au soleil pour se rendre propice cette déesse, à cause de la perte de son bien-aimé Adonis. À Rome il y avait une coutume semblable; le sanglier formait le centre principal de la fête de Saturne, comme le prouve ce vers de Martial:Ce sanglier te fera une bonne saturnale. C’est pour cela que la tête du sanglier est encore un plat important en Angleterre aux dîners de Noël, alors que la raison en est depuis longtemps oubliée..

L’oie de Noël et les gâteaux de Yule

Bien plus, l’oie de Noël et les gâteaux de Yule, étaient des articles essentiels du culte du Messie Babylonien, tel qu’il était pratiqué en Égypte et à Rome. Wilkinson, parlant de l’Égypte, nous apprend que l’offrande préférée d’Osiris était une oie , et de plus que l’oie ne pouvait se manger que dans le coeur de l’hiver. À Rome, nous dit Juvénal, si l’on offensait Osiris, on ne pouvait l’apaiser que par une belle oie et un gâteau mince. Dans bien des pays, nous en avons la preuve, l’oie avait un caractère sacré. On sait fort bien que le Capitule de Rome fut sauvé, au moment où les Gaulois allaient le prendre au milieu de la nuit, par les cris des oies sacrées de Junon qu’on gardait dans le temple de Jupiter.  L’oie en Asie Mineure était le symbole de Cupidon, comme elle était aussi le symbole de Seb en Égypte. Dans l’Inde, l’oie occupait une position semblable; on nous dit qu’il y avait dans ce pays des oies de Brahma, ou des oies consacrées à ce dieu. Enfin les monuments de Babylone nous apprennent que l’oie avait en Chaldée un caractère mystique, et qu’on l’y offrait en sacrifice aussi bien qu’à Rome ou en Égypte, car on y voit le prêtre tenant dans une main une oie, et dans l’autre son couteau de sacrifice. Il n’y a donc pas à douter que la fête païenne du solstice d’hiver, en d’autres termes, Noël, ne fût observée en l’honneur du Messie Babylonien

La fête de l’Annonciation

Si nous passons maintenant à la grande fête suivante du calendrier romain, nous avons la confirmation de ce qui vient d’être dit. Cette fête, appelée l’Annonciation, se célèbre à Rome le 25 mars, en souvenir, dit-on, de la conception miraculeuse de notre Seigneur dans le sein de la Vierge, le jour où l’ange vint lui annoncer l’honneur éclatant qui lui serait accordé, comme mère du Messie. Mais qui pourrait dire à quelle époque cette nouvelle lui fut apportée? L’Écriture ne donne aucun renseignement là-dessus. Mais cela importait peu. Avant la conception ou la naissance de notre Seigneur, ce jour qui est marqué dans le calendrier papal pour l’annonciation de la Vierge était observé dans la Rome païenne en l’honneur de Cybèle, la mère du Messie Babylonien . Or, il est évident qu’il y a une relation étroite entre le jour de l’Annonciation et celui de Noël. Entre le 25 mars et le 25 décembre, il y a juste 9 mois. Si donc, le faux Messie fut conçu en mars et naquit en décembre, peut-on croire un seul instant que la conception et la naissance du véritable Messie aient pu s’accorder d’elles-mêmes avec ces deux dates d’une manière si exacte, non seulement pour le mois, mais même pour le jour? Non, la chose est impossible. L’Annonciation et la fête de Noël sont donc des fêtes Babyloniennes.

Note de ma part et de mon amie chantal a ce sujet.

Jésus étant l’agneau d’un an, sans défaut, sacrifié le 14 du premier mois de Nisan mais pris dans le troupeau le 10 du premier mois, ce qui correspond au 25 mars de notre calendrier, on ne peut que considérer que sa naissance fut donc le 14 de ce mois donc le jour de la Pâques. c’est ce que nous comprenons sans vouloir l’imposer. Que chacun donc se fasse son idée.

820f447a

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.