Archives quotidiennes :

Le département d’État américain met en garde contre des attentats terroristes que Daech pourrait perpétrer en Europe pendant les vacances de Noël.

Dans une interview accordée à Sputnik, Alexander Cerny, député communiste du parlement tchèque et vice-président de la commission parlementaire de la défense, confirme que la menace est réelle et conseille aux services secrets et à la population d’être très vigilants. Tour Eiffel © Flickr/ Doc Searls

La France menacée par les drones de Daech Les positions de l’État islamique se rétrécissent et les attaques permanentes contre cette organisation terroriste ne demeurent pas sans effet. Les partisans de cette idéologie perverse restent en Europe et se cachent sur son territoire.

« À l’heure actuelle, jusqu’à 80 terroristes partageant les idées de l’État islamique se trouvent dans des pays de l’UE. Ce chiffre a été cité par Dick Schoof du Centre néerlandais de coordination pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme. Cela veut dire que nous tous et, au premier chef, nos services de sécurité devons être on ne peut plus vigilants.

Car les jours précédant Noël, des foules immenses se réunissent partout en Europe sur les places, où sont organisées des foires de Noël », explique le député tchèque représentant le Parti communiste de Bohême et Moravie. Paris © Flickr/ Daxis Suspect: «L’Angleterre n’est pas la cible, la France déclarée ennemie de Daech»

Il estime qu’absolument tous doivent garder à l’esprit cette information parce que le danger ne peut pas être identifié à l’avance et il est impossible de prendre des mesures préventives à son encontre. « Les gens qui travaillent pour Daech ont déjà perdu leur image humaine et sèment sans scrupules mort et haine, devenues le sens de leur vie.

Il y a encore deux ans, nous n’avions pas des problèmes de ce genre. À présent, il est nécessaire de faire tout notre possible, avec le concours de l’UE et des puissances mondiales, pour affronter la menace terroriste », a conclu M. Cerny

Thalassa a diffusé une enquête sur le saumon qui se décline en 3 sortes dans le commerce: sauvage (de plus en plus rare), d’élevage conventionnel et enfin bio.
Commence on pouvait s’en douter, le saumon d’élevage est une catastrophe, bourré de médicaments et dives polluants. Le saumon sauvage, plus cher, contient aussi des polluants puisque nos mers ressemblent de plus à des poubelles à ciel ouvert mais celui-ci a le mérite de ne pas contenir d’antibiotiques notamment.
Enfin, vu la réputation qualitative du bio et son prix encore plus élevé que le saumon sauvage, on pouvait s’attendre à des niveaux de pollution résiduels bien inférieurs dans les poissons proposés aux consommateurs. Eh bien, pas du tout. Comme cet extrait le démontre, le saumon bio semble au contraire être encore plus pollué que les poissons du circuit traditionnel: mercure (2 fois plus), arsenic, PCB, dioxines et pesticides entre autre (même certains que l’on ne retrouve pas dans le non bio…un comble).
En cause, leur alimentation qui n’est pas si bio que ça…

 

En Arctique, il fait en moyenne 20°C de plus que les normales saisonnières, du jamais vu. À l’heure où la glace de mer devrait être en expansion, elle s’est contractée sous l’effet d’une exceptionnelle douceur. Conséquence directe, l’étendue de la banquise n’a jamais été aussi faible depuis le début des mesures et enregistre un retard de 2 millions de km² par rapport à la moyenne 1981-2010. 

capture-2016-11-23-a-17-41-35