Thalassa a diffusé une enquête sur le saumon qui se décline en 3 sortes dans le commerce: sauvage (de plus en plus rare), d’élevage conventionnel et enfin bio.
Commence on pouvait s’en douter, le saumon d’élevage est une catastrophe, bourré de médicaments et dives polluants. Le saumon sauvage, plus cher, contient aussi des polluants puisque nos mers ressemblent de plus à des poubelles à ciel ouvert mais celui-ci a le mérite de ne pas contenir d’antibiotiques notamment.
Enfin, vu la réputation qualitative du bio et son prix encore plus élevé que le saumon sauvage, on pouvait s’attendre à des niveaux de pollution résiduels bien inférieurs dans les poissons proposés aux consommateurs. Eh bien, pas du tout. Comme cet extrait le démontre, le saumon bio semble au contraire être encore plus pollué que les poissons du circuit traditionnel: mercure (2 fois plus), arsenic, PCB, dioxines et pesticides entre autre (même certains que l’on ne retrouve pas dans le non bio…un comble).
En cause, leur alimentation qui n’est pas si bio que ça…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.