Archives quotidiennes :

Lait maternisé pour bébé….DANGER!!!!

Partager
Savez-vous que les préparations de lait en poudre pour bébé que vous donnez à vos petits chéris sont toxiques et contiennent du MSG, de l’aluminium et du nickel …

 

De plus, les huiles végétales utilisées sont transformées en industrie et donc contiennent des traces de gras trans et des gras oxydés (ces mauvais gras sont la cause des maladies cardiaques, du diabète et du cancer entre autres).

Les vitamines et minéraux utilisés sont synthétiques, presque pas assimilées par le corps et sont toxiques.

Le petit lait utilisé est chauffé à haute température. Les protéines y sont donc dénaturées et elles ne sont donc presque pas assimilables.

Ces préparations contiennent aussi du soja qui est associé au cancer et aux troubles hormonaux. La carraghénane y est aussi souvent présente et cette molécule est très nocive pour le bon fonctionnement des intestins (vérifiez la liste des ingrédients!).

Comme substitut, ne donner jamais de lait pasteurisé à votre bébé mais utiliser plutôt cette recette!!!

Références:

– Children’s Health Introduction.
– Homemade Baby Formula Testimonials.
– Recipes for Homemade Baby Formula.
– A breastfeeding saga!
– Breastfeeding discussion.
– Successful breastfeeding…and successful alternatives.
– Nourishing a growing baby.
– Raw Milk Baby Formula.

Le lien de l’article:

http://nutritionetsante.blogspot.fr/2009/11/lait-pour-bebedanger.html

 

 

La Cour suprême fédérale allemande : Le virus de la rougeole n’existe pas

Les juges de la Cour suprême fédérale allemande ont confirmé que le virus de la rougeole n’existe pas, ce qui disculpe les théoriciens du complot qui disent qu’aucune étude n’a jamais prouvé l’existence des virus.

D’après ce jugement de la Cour suprême, la vaccination contre la rougeole a pu être injectée à des millions de citoyens allemands [et du monde entier] sans méfiance pour des raisons ténébreuses.

Anonhq.com rapporte :

La première séance civile de la Cour suprême fédérale allemande a confirmé le jugement rendu par le Haut Tribunal de Stuttgart du 16 février 2016. La somme de 100 000 euros, que j’avais [Dr Stefan Lanka] offerte en récompense de la preuve scientifique de l’existence du virus de la rougeole, n’a pas à être versée au demandeur. Le demandeur a aussi été condamné à supporter tous les frais de procédure.

Les cinq experts engagés dans l’affaire ont présenté les conclusions des études scientifiques. Chacun des cinq experts, dont le Professeur Dr Andreas Podbielski, nommés par le Haut Tribunal de Stuttgart, tout comme par la juridiction précédente, ont invariablement constaté qu’aucune des six publications présentées au procès n’apporte la preuve scientifique de l’existence du présumé virus de la rougeole.

La génétique réfute la thèse de l’existence [du virus]

Les résultats de la recherche sur la soi-disant carte peptidique du présumé virus de la rougeole, a été présentée au procès. Deux laboratoires reconnus, dont le plus grand et le plus important institut de génétique du monde, sont parvenus exactement aux mêmes conclusions de façon indépendante. Les conclusions prouvent que, dans l’affaire du virus de la rougeole, les auteurs des six publications se sont trompés, et tous les virologistes spécialistes de la rougeole se trompent toujours aujourd’hui : Ils prennent des constituants cellulaires ordinaires pour des parties du présumé virus de la rougeole.

À cause de cette erreur, pendant les décennies de développement du consensus, des constituants normaux de cellules ont été assemblés mentalement en un modèle de virus de la rougeole. À ce jour, aucune structure réelle correspondant à ce modèle n’a été trouvée, ni chez l’humain, ni chez l’animal. Avec les résultats des tests génétiques, toutes les thèses de l’existence du virus de la rougeole ont été réfutées scientifiquement.

Les auteurs des six publications et toutes les autres personnes impliquées ne se sont pas rendus compte de l’erreur parce qu’elles violaient un devoir scientifique fondamental : la nécessité de travailler « dans les règles de l’art », c’est-à-dire conformément aux règles définies au niveau international et aux meilleures pratiques scientifiques. Ils n’ont pas fait les expériences de contrôle. Les expériences de contrôle auraient prémuni les auteurs et l’humanité de cette erreur capitale. Cette erreur est devenue le fondement de la croyance en l’existence de chaque virus à l’origine de maladies. Répondant à la question pertinente du tribunal, conformément à la page 7 du protocole, l’expert désigné par le tribunal, le Prof Dr Podbielski, a confirmé explicitement que les auteurs n’ont fait aucune expérience de contrôle.

Le 16 février 2016, le Haut Tribunal de Stuttgart a cassé le jugement du tribunal de première instance, rejeté l’action et renvoyé, entre autres, au discours capital du professeur Podbielski à propos des six publications. Le demandeur a interjeté appel du jugement du Haut Tribunal devant la Cour suprême. Il a justifié sa position en exposant sa perception subjective, mais objectivement fausse, sur le cours du procès à la cour de Stuttgart et l’affirmation selon laquelle notre dénomination des faits sur la rougeole pose une menace pour la santé publique. La position du demandeur a été rejetée par la Cour suprême en termes clairs. Ainsi, la Cour suprême a confirmé l’arrêt du Haut Tribunal de Stuttgart du 16 février 2016.

Conclusions

Les six publications soumises au procès sont les principales publications ad hoc concernant le « virus de la rougeole ». Comme à part ces six publications il n’en existe pas d’autres qui tenteraient de prouver l’existence du virus de la rougeole par des méthodes scientifiques, le jugement de la Cour suprême sur le virus de la rougeole et les résultats des tests génétiques ont des conséquences : Toute déclaration nationale et internationale sur le présumé virus de la rougeole, sur le caractère infectieux de la rougeole et les avantages et l’innocuité de la vaccination contre la rougeole, est dénuée de tout fondement légitime.

Lors d’enquêtes déclenchées par la contestation du virus de la rougeole, la directrice de l’Institut national de référence pour la rougeole de l’Institut Robert Koch, le professeur Annette Mankertz, a admis un fait important. Cet aveu peut expliquer la montée du taux de handicaps induits par la vaccination contre la rougeole, et pourquoi et comment, en particulier ce type de vaccin, semble déclencher de plus en plus d’autisme.

Le professeur Mankertz a admis que le « virus de la rougeole » contient des composantes cellulaires naturelles typiques (des ribosomes ou fabriques de protéines cellulaires). Puisque la vaccination contre la rougeole contient le « virus de la rougeole entier », ce vaccin contient des structures propres à la cellule. Cela explique pourquoi la vaccination contre la rougeole provoque de fréquentes allergies et des réactions auto-immunes plus sévères que les autres types de vaccins. L’expert de la cour, le professeur Podbielski, a dit à plusieurs reprises que, du fait de l’aveu de Mme Annette Mankertz sur les ribosomes dans le virus de la rougeole, la thèse de l’existence du virus de la rougeole a été réfutée.

En savoir plus sur http://reseauinternational.net/la-cour-supreme-federale-allemande-le-virus-de-la-rougeole-nexiste-pas/#jhbcF4XJwr2hlQEp.99

== PUCES RFID ET LIBERTÉS PUBLIQUES == Malgré les sarcasmes du journal Le Monde pendant la campagne présidentielle, les événements donnent encore une fois raison à l’UPR.

Télécharger en PDF
Lecture : 11 min

 

Comme le savent les adhérents et sympathisants qui me suivent depuis plusieurs années, j’ai fait figurer dans mon programme présidentiel – dès le mois de décembre 2011 – une proposition claire, nette et précise : que la France prenne l’initiative planétaire, dans le cadre de l’ONU, d’interdire au niveau mondial l’implantation de puces RFID dans le corps humain. Et cela au nom du principe suprême de la liberté de l’Homme et de la menace terrifiante d’une planète où nos enfants et petits-enfants pourraient être suivis, reconnus, et espionnés dans la moindre de leurs activités et de leurs opinions.

Ayant repris à l’identique cette proposition lors de ma campagne pour l’élection présidentielle de ce printemps, cela m’a valu un article spécial sur le site en ligne du journal Le Monde, dans sa rubrique intitulée « Les Décodeurs – Venons -en aux faits ». Selon le journal, cette rubrique vise à mettre en garde ses lecteurs contre les fausses rumeurs propagées sur les réseaux sociaux et, pour cela, à adopter une démarche rationnelle en en « venant aux faits ».

L’article en question, publié le 18 avril 2017, avait pour titre : « François Asselineau sur les puces électroniques : fantasmes et réalité »

 

 

À bien y regarder, l’article était moins virulent contre moi que ne le laissait penser ce titre agressif et provocateur. Il avait d’ailleurs été rédigé par un journaliste dont on découvrait au passage qu’il avait écouté attentivement mes derniers entretiens d’actualité en date où j’avais abordé la question.

Son article commençait par préciser un fait parfaitement exact : « Interdire le puçage des êtres humains : le candidat à l’élection présidentielle est le seul à l’évoquer, et il en fait un point important de son programme. » Puis il citait quelques faits allant dans mon sens.

Néanmoins, le titre de l’article, comme le parti pris de son contenu, visait à me faire passer pour un candidat mettant un accent exagéré sur quelques faits, lesquels étaient décrits comme étant, somme toute, très localisés et d’une importance bien mineure.

De la présentation générale de cet article de « décodage », le lecteur pressé ne pouvait retenir que l’impression d’un candidat un peu farfelu, « fantasmant » sur le danger imaginaire de voir se développer à toute allure l’implantation de puces RFID sous-cutanées chez les êtres humains.

Bref, Le Monde laissait entendre de façon insidieuse que je n’aurais pas été un candidat aussi sérieux que tous les autres candidats – Macron en tête, bien entendu –, qui se gardaient bien de parler de cette question.

 

Quoi qu’écrivent les « Décodeurs » du Monde, le puçage des humains continue à se développer de façon inquiétante

Seulement voilà : un article du journal Le Figaro du 26 juillet 2017 vient apporter de nouveau de l’eau à mon moulin.

Après la Suède, la Belgique, la France et l’Australie, c’est désormais des États-Unis que nous parvient une nouvelle information, selon laquelle «  l’entreprise américaine Three Square Market, spécialisée dans les logiciels de distributeurs automatiques, va proposer à ses employés la possibilité de se faire implanter une puce électronique dans la main. »

 

Le Figaro a l’honnêteté de reconnaître que « C’est une première aux États-Unis et elle fait froid dans le dos », avant de poursuivre : « Si la démarche est une première aux États-Unis, elle avait déjà été initiée dans certaines entreprises en Europe. […] La technologie employée par la firme américaine est similaire à celle utilisée pour les cartes de paiement sans contact ou l’identification des animaux de compagnie. Ainsi, pour franchir les portes de cette entreprise, située dans le Wisconsin, se connecter à leur poste de travail, utiliser la photocopieuse ou payer à la cafétéria, les employés n’auront plus qu’à tendre le bras. Sur les 85 employés de l’entreprise, une cinquantaine a déjà accepté l’expérience. »

Soit dit en passant, notons qu’une majorité des employés a donc accepté servilement ce que leur patron leur demandait…

Après avoir précisé que « le coût de la puce, dont la taille est similaire à celle d’un grain de riz, s’élève à 300 dollars » et que « les frais sont intégralement pris en charge par l’entreprise », le Figaro précise que, selon le directeur de cette entreprise, « l’implantation de puces électroniques sous la peau humaine [est] la prochaine grande avancée inévitable qui se produira ».

Enfin, le Figaro conclut son article d’une façon qui donne rétrospectivement parfaitement raison aux analyses de l’UPR, en donnant la parole à un microbiologiste de l’Institut Karolinska, en Suède, qui dénonce les risques que font peser les puces électroniques sur la liberté des usagers. Selon lui, ces puces électroniques « peuvent collecter des données sur votre santé, sur votre localisation, sur vos horaires de travail, sur le temps que vous passez aux toilettes » et il ajoute : « Toutes ces données pourraient logiquement être collectées. Mais que se passe-t-il ensuite? Pour quoi sont-elles utilisées ? Qui peut y avoir accès ? »

La vérité, c’est que, comme n’importe quelle autre technologie de sécurité, les puces RFID, censées améliorer la traçabilité des produits ou le contrôle d’accès des individus, lutter contre la fraude ou encore sécuriser les passeports électroniques, peuvent parfaitement faire l’objet d’un piratage. Même le ministère de l’intérieur américain a déconseillé l’utilisation des puces RFID en matière d’identification des êtres humains, et même Verichip, l’entreprise à la pointe du marché des implants sous-cutanés, reconnaît qu’il ne faut pas accorder trop de confiance à sa puce.

 

Les rayons X permettent de voir que ces deux mains – gauche et droite – portent chacune une puce RFID implantée en sous-cutané entre le pouce et l’index. Ces mains sont celles de Amal Graafstra, auteur d’un livre intitulé RFID Toys.

 

Commentaires  : Oui au « décodage » de l’actualité, Non à l’esprit de soumission et d’abandon

S’il y a bien quelqu’un de favorable au « décodage » – pour le grand public – des événements et de la réalité dans tous les domaines, c’est quand même moi. N’en ai-je pas fait la preuve, depuis plus d’une décennie, en créant l’UPR et en mettant ainsi de côté ma carrière professionnelle ?

Il se trouve que je me suis beaucoup intéressé aux techniques utilisées en prospective et futurologie et que j’ai même donné des cours à des étudiants, il y a une quinzaine d’années, sur cette discipline. Je sais qu’il existe des techniques sérieuses, qui permettent d’anticiper avec un bon degré de probabilité, les scénarios d’évolution dans différents domaines, notamment en matière de démographie ou de géopolitique.

L’une des clés des recherches sur l’anticipation consiste à savoir déceler les « faits porteurs d’avenir ».

Il y entre bien entendu une part de subjectivité, mais pas seulement : lorsqu’un événement nouveau apparaît, qu’il se fonde sur une technologie ou un mouvement d’opinion en plein essor, et qu’on le voit sourdre spontanément un peu partout, il y a alors de fortes chances qu’il s’agisse d’un « fait porteur d’avenir » que tout sociologue ou futurologue doit suivre attentivement. Tout responsable politique et tout journaliste se devrait de le faire aussi.

Je suis bien sûr tout-à-fait d’accord avec l’idée qu’un grand média – notamment un grand journal – doive se fixer pour objectif de « décoder les événements » pour le grand public. C’est-à-dire d‘informer de la réalité d’une situation, de ses tenants et aboutissants, mais aussi de ses évolutions possibles, voire probables. C’est non seulement le droit des journalistes de se livrer à cet exercice, mais c’est aussi leur devoir s’ils veulent exercer pleinement ce très beau et très exigeant métier qui est le leur.

Le problème du journal Le Monde, c’est que son « décodage », – qui est parfois judicieux, il faut être juste -, a cependant tendance à fonctionner dans le sens du vent dominant. En confortant l’ordre établi – c’est-à-dire l’opinion des propriétaires du journal -, et en jetant un discrédit plus ou moins subtil sur quiconque ne partage pas l’opinion des euro-atlantistes et des ultra-libéraux.

Parmi d’autres, le blogueur Olivier Berruyer a ainsi répertorié plusieurs cas où les « Décodeurs » du Monde ont été sévèrement démentis par les faits.

Dans le cas de l’implantation de puces RFID sous-cutanées, Le Monde a « décodé » que je « fantasmais » en y voyant un risque majeur pour l’humanité. Mais les journalistes qui ont écrit et publié ce jugement – sans d’ailleurs se donner la peine de m’interroger et de publier mon point de vue, ce qui est contraire à toute déontologie – se rendent-ils bien compte de la responsabilité morale qu’ils prennent en laissant entendre cela ?

En réduisant à des « fantasmes » la perspective de voir l’humanité pucée et surveillée comme jamais depuis l’apparition de la vie sur Terre, les « décodeurs » du Monde ont en réalité fait preuve de cette superficialité si typiquement française, qui consiste à se croire plus malin que tout le monde en ricanant devant les mises en garde.

C’est ce même mélange d’insouciance et de suffisance qui a été souvent à l’origine des pires désastres de notre histoire. Il fait penser à cet « esprit d’abandon » – maintes fois dénoncé par de Gaulle – qui conduisit par exemple les Français, en 1935, à chanter avec l’orchestre de Ray Ventura que « Tout va très bien, madame la marquise », au moment même où Hitler décidait du réarmement de l’Allemagne et du rétablissement du service militaire obligatoire, en violation du traité de Versailles et sans qu’aucun pays ne proteste.

 

Conclusion : « Gouverner, c’est prévoir »

Plutôt que de me chercher grief – bien à tort ! – sur ma dénonciation des puces sous-cutanées, les « décodeurs » du Monde auraient mieux fait de s’intéresser aux promesses mirobolantes des autres candidats à l’élection présidentielle. Ils auraient pu notamment « décoder » leurs promesses de « changer d’Europe » ou « décoder » le contenu des traités européens article par article, comme je le fais moi-même pour le grand public depuis plus d’une décennie. Mais, de ces « décodages »-là, bien entendu, il ne fut pas question.

Comme le disait le journaliste et homme politique du 19e siècle Émile de Girardin – qui avait été l’inventeur de la presse grand public et qui avait largement contribué, avec Thiers et Gambetta, à installer la Troisième République en France après 1870 – « Gouverner, c’est prévoir ».

En réalité, le journal Le Monde m’a tout simplement reproché de « prévoir » ce qui risque d’arriver dans les décennies qui viennent, si aucune conscience politique ou morale ne vient mettre le holà au puçage généralisé des êtres humains.

C’est l’une de mes fiertés d’avoir été le seul candidat à l’élection présidentielle de 2017 à mettre cette question essentielle sur le devant de la scène, en pensant à la liberté et au bonheur de nos descendants.

François Asselineau
29 juillet 2017

Photo d’une scène du film britannique « 1984 », réalisé par Michael Radford d’après le roman de George Orwell, et sorti en 1984. La plus noble ambition d’un dirigeant politique de notre époque doit être de tout faire pour empêcher que nos descendants ne vivent dans un pareil enfer.

%d blogueurs aiment cette page :