« Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu.Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, ET SE MIRENT A PARLER EN D’AUTRES LANGUES, selon que l’Esprit LEUR DONNAIT DE S’EXPRIMER (donc l’Esprit ne favorise pas que l’hebreux). Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Judéens, hommes pieux,                         DE TOUTES LES NATIONS qui sont sous le ciel. Au bruit qui eut lieu, la multitude accourut, et elle fut confondue parce que chacun les entendait parler DANS SA PROPRE LANGUE. Ils étaient tous dans l’étonnement et la surprise, et ils se disaient les uns aux autres: Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens (donc judéens parlant l’hebreux)? Et comment les entendons-nous DANS NOTRE PROPRE LANGUE à chacun, DANS NOTRE LANGUE MATERNELLE ?
9 Parthes, Mèdes, Élamites, ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont, l’Asie, la Phrygie, la Pamphylie, l’Égypte, le territoire de la Libye voisine de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome, Judéens et prosélytes,Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler DANS NOS LANGUES DES MERVEILLES DE DIEU « 

ACTES 2.1-11

CONCLUSION :

Si l’hébreux était si important que cela, comme le profèrent les « hébraïsants » égarés, pourquoi les nations entendirent ils leurs langues maternelles, proclamés par des judéens parlant hébreux, baptisés du St-Esprit ? Pourquoi entendirent-ils parler des « merveilles de Dieu » ? Pourquoi le St-Esprit ne s’était Il pas contenter de les faire parler en hébreux, au lieu des langues des nations ? C’est ce qui prouve que les langues, hébreux ou pas, ne compte pas. Ce qui compte c’est la Foi dans le « Nom des merveilles de Dieu « . Ce n’est pas le Nom hébraïque de « Yashua Ha Maschia » qui va sauver, mais bien LA FOI en ce Nom, traduit en plusieurs langues, pour que nous puissions comprendre et entendre parler des « merveilles de Dieu », DANS NOTRE LANGUE MATERNELLE. la grécisation de « Jésus-Christ», est la même chose que « Yashua Ha Maschia » . Que ce soit Yashua/Jésus/Yessou/Iessou, etc, quiconque invoquera et croira en ce Nom dans sa langue maternelle, sera sauvé.
Si il y a des hommes de satan, des hommes des ténèbres, moi je n’en suis pas un…
On pourra dire ce qu’on veut malgré tout…

De plus, on peut apprendre l’HEBREUX et le GREC par cœur, on ne comprendra pas mieux la Bible pour autant. Par contre, on peut même être un ILLETTRÉ comme Pierre et avoir une pluie de révélations sans précédent. Eh oui….la manière de faire de Dieu, NE SERA JAMAIS la manière de faire des hommes. JAMAIS !

Tous les « Hébraïsants » » crachent sur la traduction grec de « Jésus » , et qui de plus frisent même le blasphème contre le st-Esprit, en contestant ou en remettant en cause, les guérisons et miracles faits par ce nom grécisé.
Dieu est le Dieu des langues. Il ne se trouve pas dans une langue, fut-ce t-elle hébraïque, mais DANS UN NOM traduit en plusieurs langues. Dieu n’agrée pas une langue quelconque, IL AGREE LA FOI EN UN NOM TRADUIT EN PLUSIEURS LANGUES. Nuance ! Et je doute fort que tous les peuples SAUVÉS issus de toutes langues selon (APOCALYPSE 7.9), invoquaient le Nom hébraïque de « YAHSUA HA MASCHIA » pour opérer des miracles en ce Nom, selon (MARC 16.16).

Alors qu’on arrête s’il vous plait, avec ces « hebraïcités » à deux balles. Timothée qui était grec, invoquait il le Nom hébraïque ou selon sa langue maternelle ? Paul qui était israélite, invoquait il le Nom grécisé ou selon sa langue maternelle ? Moi je crois que chacun l’invoquait dans sa langue maternelle respective, et que Dieu exauçait autant l’un que l’autre, quel que soit la formulation linguistique. Alors qu’on arrête avec ces futilités de « Babel » à l’emporte pièce.

Laisser un commentaire