Archives quotidiennes :

saltlaketemple

 HISTOIRE DE LA SECTE

L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, ou mormonisme, est une Église chrétienne restaurationniste née dans l’État de New York, aux États-Unis, en 1830 et dont le siège mondial se trouve à Salt Lake City dans l’Utah. Elle revendique 14 millions de membres, dont 36 000 en France métropolitaine et 22 000 en France d’outre-mer.

Joseph Smith, fils (23 décembre 1805 – 27 juin 1844) est le fondateur du Mormonisme. C’est une personnalité de la vie religieuse et politique des États-Unis dans les années 1830 et 1840.

À partir de 1820, à 14 ans, il aurait été témoin d’une série de manifestations spirituelles, telle que la Première Vision (1). En 1830, Joseph Smith publie le Livre de Mormon (2), qu’il affirme être la traduction d’un récit ancien gravé sur des plaques d’or qu’un ange lui aurait confiées. La même année, il fonde l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours qui, selon lui, serait le rétablissement de l’Église originelle de Jésus-Christ et dont il devient le premier président.

De nombreux nouveaux convertis le considèrent comme un « prophète de Dieu ». Ceux-ci, venant des États-Unis, du Canada et d’Europe, se rassemblent à Kirtland (Ohio) et ensuite au Missouri.

Outre l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, une quinzaine de micro-mouvements issus du mormonisme se réclament de ses doctrines.

Première Vision de Joseph Smith.

Les membres de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours croient que leur Église a été rétablie par Jésus de Nazareth lui-même, par l’intermédiaire du « prophète » Joseph Smith, et qu’elle a été organisée comme l’Église primitive, celle du Nouveau Testament, après une période de 18 siècles de changements et de pertes appelée la Grande apostasie.

Dieu le Père et son Fils Jésus-Christ

Selon ses dires, Joseph Smith, alors âgé de 14 ans, aurait prié dans un bosquet près de chez lui en 1820, pour savoir à quelle Église il devait se joindre. Il raconte que deux personnages lui apparurent (Première Vision) : Dieu le Père et son Fils Jésus-Christ. Il ajoute que Jésus-Christ lui déclara alors que la vraie Église avait été transformée et perdue par les hommes, et que, s’il restait fidèle, il serait plus tard celui par qui elle serait rétablie.

Moroni

Joseph Smith affirme que trois ans plus tard, en septembre 1823, il reçut « la visite d’un ancien prophète nommé Moroni » qui lui révéla l’emplacement de saintes Écritures (colline de Cumorah), écrites en égyptien réformé sur des plaques métalliques et aujourd’hui parues sous le titre de Livre de Mormon. Selon Joseph Smith, ces écrits étaient l’œuvre de prophètes d’origine juive ayant vécu sur le continent américain entre 600 ans av. J.-C. et 420 ap. J.-C..(3)

Pierre, Jacques et Jean

Joseph Smith raconte également que son secrétaire Oliver Cowdery et lui-même, travaillant en 1829 à la traduction du Livre de Mormon, y lurent le récit de la visite du Messie aux habitants de l’Amérique ancienne et ses enseignements sur le baptême. Selon leur récit, le 15 mai, ils allèrent prier sur les bords de la rivière Susquehanna, près de la maison de Joseph, à Harmony. Ils racontent qu’un être céleste leur apparut, « se présentant comme étant Jean-Baptiste » ; que ce personnage leur conféra la prêtrise d’Aaron et leur commanda de se baptiser et de s’ordonner mutuellement. Ils racontent que plus tard dans le mois, « les apôtres d’autrefois Pierre, Jacques et Jean » leur apparurent aussi et leur conférèrent la prêtrise de Melchisédek et les ordonnèrent apôtres.

Moïse, Élias et Élie

Le 27 mars 1836, Joseph Smith consacra le temple de Kirtland. Joseph Smith raconte qu’une semaine plus tard, le 3 avril 1836, Jésus-Christ apparut à lui et à Oliver Cowdery dans le temple, en déclarant : « J’ai accepté cette maison, et mon nom sera ici ; et je me manifesterai avec miséricorde à mon peuple dans cette maison » (Doctrine et Alliances 110:7). Il ajoute que trois messagers de l’époque de l’Ancien Testament, Moïse, Élias et Élie, apparurent également et rétablirent des clés et l’autorité de la prêtrise qui avaient été perdues depuis longtemps sur la terre. Toujours selon Joseph Smith, l’autorité de rassembler Israël des extrémités de la terre et de sceller ensemble les familles pour le temps et toute l’éternité furent rétablies (Doctrine et Alliances 110:11-16).

Livre de Mormon

Le Livre de Mormon est un ouvrage publié en 1830 et présenté par Joseph Smith comme la traduction de plaques trouvées selon lui dans la Colline de Cumorah dont l’endroit lui aurait été indiqué par l’ange Moroni. Le livre relaterait, de 600 ans avant Jésus-Christ à 421 ans après Jésus-Christ, 1000 ans de l’histoire de Léhi, prophète d’origine juive, fuyant par la mer avec sa famille juste avant la destruction de Jérusalem, et de sa descendance, les Néphites et les Lamanites, peuples de l’Amérique ancienne, avec pour point culminant, la visite que Jésus-Christ aurait rendue au peuple néphite trois jours après « sa soit disant crucifixion ». L’ouvrage tire son nom d’un de ses personnages, Mormon, qui aurait vécu de 311 à 385 environ après Jésus-Christ. Ce dernier aurait rassemblé les annales de ses prédécesseurs pour en faire une compilation religieuse et historique. C’est en référence à cette compilation que sont utilisés les termes « mormon » et « mormonisme ».

Joseph Smith affirme avoir traduit ce document à l’aide de l’ourim et thoummim. Selon lui, il s’agissait d’instruments qui étaient en usage parmi les prophètes de l’Ancien Testament (se référant à Esdras 2:63) et qui se trouvaient avec les plaques. L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours considère l’ouvrage comme historiquement authentique et affirme qu’il est possible d’obtenir le témoignage de la véracité du Livre de Mormon au travers de la prière. Ce livre constitue pour les mormons la « clef de voûte de [leur] religion ».

Les historiens rejettent les aspects surnaturels du récit de Joseph Smith et estiment que celui-ci a rédigé le livre lui-même, seul ou avec l’aide d’associés plus instruits, en se servant vraisemblablement d’autres ouvrages. Ils rejettent la véracité historique du Livre de Mormon en soulignant les incohérences anachroniques du récit.

Point de vue sur Jésus-Christ

Les saints des derniers jours affirment que Jésus-Christ est le Premier-né du Père en esprit et le Fils unique du Père dans la chair. Qu’il est l’« Oint » (Christ en grec, Messie en hébreu). Qu’il est le Dieu de l’Ancien Testament, à savoir Jéhovah, préordonné à ce grand appel avant la création du monde. Qu’il a, sous la direction du Père, créé la terre et tout ce qui s’y trouve. Qu’il est né de Marie à Bethlehem, qu’il a mené une vie sans péché et accompli l’Expiation parfaite des péchés de toute l’humanité en versant son sang et en donnant sa vie sur la croix. Qu’il est ressuscité des morts, garantissant ainsi la résurrection finale de toute l’humanité. Que par son expiation et sa résurrection, ceux qui se repentent de leurs péchés et obéissent aux commandements de Dieu peuvent vivre éternellement avec lui et avec le Père. Qu’il est l’être le plus important qui soit venu au monde, que sa vie est l’exemple parfait de la façon dont l’humanité doit vivre. Que toutes les prières, bénédictions et sacrements de la prêtrise doivent se faire en son nom. Qu’il est le Créateur, le Sauveur et le Dieu de toute la terre, qu’il reviendra avec puissance et gloire régner sur la terre pendant le millénium et qu’au dernier jour, il jugera toute l’humanité.(4)

 

3) JOSEPH SMITH CHEZ LES SATANIQUE FRANC-MACON

Mormons-et--Satanisme-8-copie-1

 

Voici les preuves Historique, quand l’imposteur Joseph Smith créa sa secte, la Franc-maçonnerie existé déjà. En 1827 Hyrum Smith qui est le frère de Joseph Smith, rejoindra les Franc-maçon ainsi que beaucoup des premiers Mormons (1) 1838, les Mormons formèrent une bande secrète unie par des serments de mort secrets pour défendre les mormons de leurs ennemis et pour faire sortir les apostates d’entre eux. (2) Le 15 mars 1842, Joseph Smith est devenu membre de la loge franc-maçonnique au Nauvoo en Illinois. Le lendemain, il est élevé au 32ème degré de la franc-maçonnerie. (3)

« Le soir, j’ai reçu le premier degré dans la franc-maçonnerie à la loge de Nauvoo, assemblée dans mon bureau ». (Joseph Smith, History of the Church, vol. 4, page 551.)

« J’étais à la loge maçonnique et je fus élevé au degré suprême ». (Joseph Smith, History of the Church, vol. 4, page 552.)

Constatez vous-même pour rappel :

31e degré : Parodie avilissante de la Justice.
32e degré : Parodie avilissante de la Légalité.
33e degré : Glorification de Satan. (4)

« Les 3 derniers degrés (31, 32, 33) sont les degrés les plus élevés de l’Illumination luciférienne qui permettent de rejoindre les rangs des Illuminati. » (5)

Que dit Albert Pike le gros Satanique : « …A toi, Souverain Grand Instructeur Général, nous disons ceci, que tu peux répéter aux Frères des 32°, 31° et 30° ème degré : “ La Religion maçonnique devrait être maintenue, par nous tous initiés de hauts degrés, dans la pureté de la doctrine luciférienne… » (6)

Après quelques mois, les franc-maçons d’autres loges d’Illinois rejetèrent la loge de la ville appelée Nauvoo parce qu’elle introduisait beaucoup de changements dans les cérémonies. (7)

Pour se défendre contre les accusations disant qu’il avait copié les cérémonies de la franc-maçonnerie pour les mettre dans les cérémonies secrètes du temple mormon, Joseph Smith déclara que la franc-maçonnerie était une apostasie de la religion vraie, et qu’il l’avait restaurée par « révélation de Dieu ». (8) Cependant, au moment de leur mort, son frère et lui étaient membres à part entière de la franc-maçonnerie. (9) Quand ils furent attaqués en prison par la foule, Joseph appela ses frères francs-maçons à l’aide : « ô Seigneur, mon Dieu, Est-ce qu’il n’y a pas d’aide pour le fils de la veuve ? » (10)

Les serments de mort, de la même nature que ceux de la franc-maçonnerie, ont continué dans les cérémonies des temples mormons jusqu’au 10 avril 1990. Après cette date, à cause des protestations de beaucoup d’organisations chrétiennes, les mormons abandonnèrent cette pratique. (11) Les preuves de leurs liens historiques avec la franc-maçonnerie restent dans les symboles du compas, du carré et de la règle sur les vêtements intérieurs sacrés que porte tout missionnaire mormon. (12)

Cependant en regardant de plus prêt, les symboles sataniques et mythologique mythomane pullule le Temple des Mormons. Il ne fait aucun doute qu’il y a une étroite collaboration entre ces groupes obscurs.

Note:

(1) Kenneth W. Godfrey. Journal of the Illinois State Historical Society, Spring, 1971, p.81-82.

(2) Harold Schindler. Drrin Porter Rockwell: Man of God, Son of Thunder, 1966, p. 44.

(3) Joseph Smith, History of the Church, tome 4, pages 551-552.

(4) Paul Rosen dans « Satan & Cie »

(5) Jerry Golden. Extrait des Livre de Ribaat, LE LIVRE 6  : « La Cour suprême d’Israël Bâtiment Occulte » Ribaat 1433H-1434H / 1er Edition Janvier 2011 / 2ème Edition Avril 2012 / 3ème Edition Mai 2013 

(6) Albert Pike Grand Pontife de la Franc-Maçonnerie universelle ; Franc-Maçon du 33e degré ; Grand Prêtre de l’Église Satanique déclara le 14 juillet 1889 en France et adressé aux hauts degrés de la maçonnerie de « Rite Palladique », publié par la revue anglaise « The Freemason » dans son numéro du 19 janvier 1935 (cf. Epiphanius in « Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l’histoire », pp. 508-509)  

(7) E. Cecil McGavin, Mormonism and Masonry, 1956, pages 89-92. 

(8) McGavin, page 199.

(9) Historyofthe Church, tome 7, page 188.

(10) McGavin, page 17.

(11) Jerald and Sandra Tanner, Evolution of the Mormon Temple Ceremony, 1842-1990, pages 6-8.

(12) Tanner, page 108.

 

4) LES SYMBOLES SATANIQUE ET MYTHOLOGIQUE AU TEMPLE DES MORMONS

 

Mormons-et--Satanisme-1


Vue aérienne du Temple des Mormons, Salt Lake City, Utah, au États-Unis.

 

La communauté mécréante n’a pas abandonné les rites Satanique et l’idolâtrie mythologique, à travers les symboles dans les bâtiments et monuments sur Terre. L’un d’eux et celui du Temple des Mormons à Salt Lake City, Utah, aux États-Unis. Chez les Sataniques ambulants, Satan est toujours représenté, par au moins 3 symboles suivant : Baphomet ou tête de bouc, L’Hexagramme avec à l’Intérieur le Pentagramme.

 

Les sectes adorateur de Satan ont aussi leurs propres symboles pour ce distingués telles les variétés de rats : L’O.T.O, Les Illuminati et la Franc-maçonnerie qui exécutent les plans de la secte Jésuite Luciférienne. Enfin quelques symboles de la Mythologie ou l’idolâtrie concernant les astres adoré dans l’antiquité dépravée.

 

Vous les trouverez TOUS dans ce maudit Temple mère des Mormons :

 

Mormons-et---Satanisme-2

Vue de face du Temple Mormon, vous pouvez constater l’ensemble des Symboles Satanique et Mythologique Mythomane.

Mormons-et---Satanisme-4

Par prétention le symbole de « l’œil qui voit tout » de la secte Illuminati au Temple Mormon. Et les autres symboles de la secte de l’O.T.O d’Aleister Crowley le satanique.

Mormons-et---Satanisme-6

Symboles Mythologique Mythomane, et Satanique au Temple Mormon.

 

Mormons-et---Satanisme-3

Deux Symboles Franc-maçonnique Satanique : l’Oeil patétique et la Poignée de main maçonnique au Temple Mormon.

Mormons-et---Satanisme-5

Le Symbole Satanique de l’Héxagramme et dans son intérieur le Pentagramme directement attribués à SATAN au Temple Mormon.

Mormons-et--Satanisme-7

Les Symboles Mythologique Mythomane, de la Lune et le Soleil au Temple des Mormon.

 

Ses Symboles ésotériques continu dans les entrailles de la bête ainsi que dans d’autre bâtiments et monuments occulte sur Terre !

 

Comme ont dit, il n’y a pas photo, n’est ce pas !!

 

5) FIN MISERABLE DU FAUX-PROPHETE JOSEPH SMITH !

 

En 1839, après avoir été chassés de lieu en lieu au Missouri, les saints des derniers jours (mormons), fondent la ville de Nauvoo (Illinois) dont Joseph Smith, deviendra le maire. En janvier 1844, Joseph Smith annonce sa candidature à la présidence des États-Unis.

Ses détracteurs, inquiets de l’accroissement de la population mormone et craignant de perdre les élections, veulent éliminer le fléau mormon. Après avoir reçu des menaces de mort, Joseph Smith fait détruire la presse du Nauvoo Expositor, journal antimormon.

Dans l’Illinois, la secte des Mormons prend de l’ampleur, tandis que le fondateur Joseph Smith sombre dans un délire théocratique et autoritaire. Ayant proclamé le royaume indépendant de Nauvoo et fait expulser tous les « mécréants », Emprisonné à Carthage (Illinois), il est assassiné à l’âge de 38 ans le 27 juin 1844 ainsi que son frère Hyrum par une foule en colère qui réclame l’expulsion des Mormons. Le 16 septembre 1846, un millier d’hommes de la Milice entreprennent le siège de la ville de Nauvoo. Après une semaine de bombardements, les Mormons négocient une reddition contre la promesse que leurs vies et leurs fermes seront préservées. Le commandant Brockman accepte, mais les membres de la Milice s’emparent de la ville et la pillent, violant et tuant un grand nombre de membres de la secte. Les survivants décident alors de fuir vers l’Ouest, dans le désert, où ils fonderont Salt Lake City et le Temple Maudit Décrypté.

Note importante :

(1) « Première Vision » : 18ème siècle, Joseph Smith n’est pas le seul faux prophète à avoir déclaré avoir eu une vision ou une visite, il en va de même pour Aleister Crowley père du Satanisme Idolâtre et pour Claude Vorilhon dit Raël, l’adorateur des extra-terrestres ou djinn démoniaque du mouvement Raélien, au 19ème siècle. Tous d’eux ont prétendues révéler des écrits ou un livre (feuilles de choux serait plus descriptif) par l’intermédiaire de visiteur très certainement des djinns démoniaque, à moins qu’ils aient tout inventé.

Que pensez du mouvement adventiste ?

PUBLIÉ LE MIS À JOUR LE 

Les Adventistes du Septième Jour revendique aujourd’ hui près de 13 millions d’adeptes dans le monde entier (1). Ils mettent l’accent sur une diététique saine et sur l’éducation.

Basée sur les enseignements et les philosophies de sa fondatrice au 19ème siècle, Ellen G. White, considérée comme une prohète. ce mouvement exerce une influence énorme dans le monde entier. Maintenant, avec des milliers d’ Églises localisées dans plus de 200 pays différents, le revenu de l’ organisation dépasse 1,3 milliard de dollars par an.

David Snyder a passé 22 ans en tant que pasteur Adventiste. Sa découverte d’un certain nombre de contradictions historiques dans la doctrine Adventiste a abouti à son licenciement.

En plus de ses Églises, les propriétés des Adventistes comprennent un grand nombre d’ écoles, de librairies, de magasins d’aliments diététiques, de studios de télévision, d’universités et d’ infrastructures médicales, telles que le Centre Médical de l’Université de Loma Linda en Californie, célèbre dans le monde entier.

Ce mouvement produit aussi tous les ans un grand nombre d’ émissions spéciales de haute qualité pour la radio et la télévision afin de diffuser son message et d’ attirer de nouveaux membres. Bien qu’elle soit inscrite à la fédération des églises protestantes, ce mouvement diffère du christianisme dans un certain nombre de domaines essentiels théologiques. Afin de déterminer l’ importance de ces différences, il faut examiner les enseignements de la défunte fondatrice Ellen G. White.

Ellen G. White

Née le 26 Novembre 1827 à Gorham, Maine, Ellen a été frappée à la tête par une pierre alors qu’ elle avait neuf ans. Elle resta sans connaissance pendant trois semaines, incapable d’ aller à l’ école après l’ incident. L’ éducation d’ Ellen s’ arrêta au niveau de la classe de CE 2. Sa santé et ses émotions sont toutes les deux restées fragiles au fur et à mesure qu’ elle grandissait.

Son nom de jeune fille était Ellen Gould Harmon. Elle a été élevée dans un foyer Méthodiste fervent. Sa famille Méthodiste tomba sous l’ influence de William Miller, un grand prédicateur. Il a enseigné que le Christ reviendrait, d’ abord en 1843, puis le 22 Octobre1844, censé être le jour de l’ expiation juive pour cette année-là. Cependant, en utilisant les informations de l’ Encyclopédie Universelle Juive, vous trouvez qu’ en 1844, le jour de l’ expiation a commencé après le coucher du soleil, le 23 Septembre, et non le 22 Octobre.

Ainsi, dès le début, cette date cruciale était défectueuse, incorrecte. Les réunions de William Miller ont été marquées par beaucoup de sentimentalisme et d’hystérie sur le retour imminent du Christ .

Ellen Harmon était une participante enthousiaste, mais lorsque le Christ n’ est pas revenu selon la prédiction de Miller, elle fondit en larmes, et en prières, et resta selon ses dires dans cet état désespéré pendant des mois.

Ellen White ne pouvait tout simplement pas accepter le fait que le Christ ne soit pas revenu en 1843 ou en 1844. Elle ne pouvait pas reconnaître son erreur alors que , chose intéressante, William Miller le fit . Au lieu de cela, elle affirma avoir eu une vision de Dieu, la première de beaucoup d’ autres.

« J’ai vu que le tableau de 1843 a été dirigé par la main du Seigneur, et qu’ il ne devrait pas être changé. Que les chiffres étaient comme Il les a voulu, que Sa main était sur celles-ci et cachait une erreur dans certains des chiffres ».

Au lieu de reconnaître qu’ elle était dans l’ erreur, Ellen Harmon déclara que c’ était Dieu qui avait commis l’ erreur, et l’ avait Lui-même dissimulée. La vision controversée d’ Ellen a forcé le rajustement de beaucoup de dates et de doctrines Adventistes. Bien que la date de 1843 ait été maintenant ajustée à 1844, elle restait toujours erronée. Néanmoins la date de 1844 est devenue la base de nombreuses doctrines et croyances Adventistes principales, qu’ on continue à garder jusqu’ à ce jour.

Elle devint Ellen White en 1846 après son mariage avec James White, un autre ancien adepte de Miller. Puisqu’ elle affirmait avoir l’ esprit de prophétie, elle devint la figure d’ autorité visible et absolue pour le groupe de croyants Adventistes qui était petit au début. Elle affirma :

« Je vous présente ce que le Seigneur m’ a présenté. Je n’ écris pas sur le papier un article exprimant simplement mes propres idées. Elles sont ce que Dieu a ouvert devant moi en vision, les précieux rayons de la lumière resplendissant du trône. »

Ses écrits

Ses écrits se multiplièrent pour atteindre 17 fois le volume de la Bible entière. Ses partisans devaient se référer à ces 5000 articles, aux 49 livres, au manuscrit de plus de 55.000 pages qu’ elle affirmait avoir écrits, et les considérer comme étant aussi inspirés que la Bible à travers la plume de l’ inspiration d’ Ellen White.

À ce jour, les publications officielles de l’ Église adventiste ont utilisé ses écrits comme le dernier mot sur la doctrine. Les 27 points des croyances fondamentales déclarent que la Bible est la source de toute autorité, mais ils disent également que ses écrits sont une source permanente faisant autorité en matière de vérité. Ils ont cependant refusé l’ accès à ses écrits plus embarrassants, en les enfermant en sécurité dans la chambre forte de White Estate.

Une inspiration spirite

Mme White a écrit sur presque chaque domaine de la vie chrétienne. C’ est-à-dire la doctrine, le régime alimentaire, la santé, les loisirs et le mariage. Un grand nombre de ses écrits ont été faits à Elmshaven, sa demeure en Californie. Elle a déclaré qu’ un ange se tenait près de cette chaise dans sa chambre à coucher. Ils croient en outre que les trois anges, mentionnés dans la Bible au livre de l’ Apocalypse, portent trois messages uniques.

  • Le jugement d’ investigation,
  • le sabbat du Samedi
  • et le culte du Dimanche qui est la marque de la bête.

Les prophéties

Sidney Cleveland était un pasteur ordonné dans l’ Église Adventiste du Septième Jour qui a eu sous sa responsabilité 13 Églises entre 1979 et 1990. Au cours des recherches qu’ il a effectuées pour un livre prévu, validant l’ inspiration divine d’ Ellen G. White, Cleveland découvrit tant de fausses prophéties qu’ il en fut désillusionné. Par la suite il a édité les résultats de ses recherches dans un livre intitulé Whitewashed, Uncovering The Myths of Ellen G. White,  à traduire sans rendre le jeux de mot de Whitewashed par : Blanchi, Mise à nu des mythes d’ Ellen G. White.

L’ Église Adventiste du Septième Jour a été fondée sur des prophéties concernant la seconde venue de Jésus-Christ. Ce n’ est pas par coïncidence que la Bible contienne de nombreux avertissements sur les faux prophètes. Le test d’ un faux prophète dans la Bible, aux chapitres 13 et 18 de Deutéronome est simplement, si oui ou non la prophétie se réalise. Il est prouvé historiquement que les prophéties suivantes d’ Ellen G. White ne se sont pas réalisées.

Jérusalem

On m’ a ensuite montré certaines personnes qui sont dans la grande erreur de croire que c’ est leur devoir d’ aller à la vieille Jérusalem, et de penser qu’ ils ont du travail à faire là-bas avant que le Seigneur ne vienne. J’ ai vu que Satan avait énormément trompé certains sur ce point. J’ ai également vu que la vieille Jérusalem ne serait jamais rebâtie.

Exactement le contraire de la prédiction d’ Ellen White s’ est produit. La vieille Jérusalem a été prodigieusement construite depuis 1948 lorsqu’ Israël est devenu une nation. Elle s’ était totalement trompée.

L’ enlèlevement

A nouveau, Mme White a prédit dans ses premiers écrits qu’ elle serait parmi les saints vivants quand Jésus reviendrait

« Bientôt nos yeux furent attirés vers l’ Est, car un petit nuage noir était apparu, à peu près de la taille d’ une main d’ homme, que nous savions tous comme étant le signe du Fils de l’ homme. Les tombes se sont ouvertes, et à ce même moment nous avons été changés et enlevés avec eux pour rencontrer le Seigneur dans les airs. » (Ellen G. White)

Mme White n’était pas parmi les saints vivants compris dans sa vision. Cet événement ne s’ est pas produit de son vivant. Nous sommes toujours dans l’ attente du retour glorieux de notre Seigneur Jésus-Christ. Au lieu d’ être enlevée avec les saints vivants au retour de Jésus, Mme White est morte le 16 Juillet 1915 et a été enterrée près de son mari James. Encore une de ses prophéties qui ne s’ est pas réalisée.

La fin imminente

Comme d’ autres personnes de son temps, Mme White a enseigné la fin imminente du monde, pour stimuler ses ouvriers. Dans ses premiers écrits, dans les années 1850, elle encourageait vivement les nouveaux convertis, leur disant qu’ ils n’ avaient que quelques mois à attendre.

« Mais le temps est maintenant presque fini, et ce que nous avons appris pendant des années , ils devront l’ apprendre en quelques mois. » (Ellen G. White)

Ce n’ étaient pas des prophéties isolées, mais réaffirmées à plusieurs reprises. En Mai 1856, lors d’ une réunion d’ Église à Battle Creek, Michigan, Mme White avait hardiment déclaré :

« J’ai vu que certains des participants serviraient de nourriture aux vers, certains seraient exposés aux sept derniers fléaux, et d’ autres seraient transférés au ciel à l’ avènement du Christ sans voir la mort. »

Aux temps de l’ ancienne alliance, elle aurait été lapidée à mort pour avoir été un faux prophète. Mme White n’ a pas limité ses prophéties aux événements entourant la venue du Seigneur mais elle a prédit la manière dont des gouvernements étrangers agiraient contre les Etats-Unis. En 1862, Ellen White a prédit la chute des Etats-Unis, suite à une grande guerre impliquant beaucoup de nations. Pendant la Guerre Civile, elle a prédit que l’ Angleterre déclarerait la guerre aux états du Nord, et les mortifierait dans la poussière.

« L’ ange a dit, lorsque l’ Angleterre déclarera la guerre, toutes les nations auront leur propre intérêt à servir, et il y aura une guerre générale. Une confusion générale et cette nation sera encore humiliée dans la poussière. »  (Ellen G. White)

L’ histoire prouve l’ erreur totale de cette prophétie. L’ Angleterre n’ a pas déclaré la guerre aux états du Nord. D’ autres nations ne s’ y sont pas associées. Les Etats-Unis d’ Amérique n’ ont pas été humiliés dans la poussière dans la défaite. Un esprit objectif reconnaîtra que Mme White a manifestement fait de nouveau une fausse prophétie.

Propéthies extravagantes et racistes

Dans une vision, Mme White a également déclaré avoir complètement parcouru avec des ailes diverses planètes qui étaient pleines d’habitants. Elle a rapporté qu’ elle a rencontré Hénoch sur une planète éloignée au cours d’ un de ses voyages. Dès fois, elle a vu des anges utiliser des laissez-passer de la porte d’ or pour entrer et sortir du ciel. Certaines de ses prétendues visions reflétaient ses propres vues les plus racistes, par exemple :

Elle croyait que certaines races humaines étaient le résultat de relations sexuelles entre l’ homme et l’ animal,
auxquels elle faisait allusion comme étant une amalgamation.

« Même les espèces animales que Dieu avait créées ont été préservées dans l’ arche. Les espèces fusionnées que Dieu n’ a pas créées, qui ont été le résultat de l’ amalgamation ont été détruites par le déluge. Depuis le déluge, il y a eu amalgamation de l’ homme et de la bête, comme on peut le voir dans les variétés presque infinies d’ espèces animales, et dans certaines races humaines. »   (Ellen G. White)

En dépit de la nature non biblique de ses visions, ses adeptes ont continué à l’ accepter comme messagère de Dieu, et ses écrits comme étant aussi inspirés que la Bible. Dale Rapslap était de la quatrième génération de la religion Adventiste du Septième Jour, il a servi comme pasteur et enseignant de la Bible. Il a été éduqué dans leur système scolaire du CP1 jusqu’ au séminaire. Sa connaissance étendue et approfondie des écrits d’ Ellen G. White l’ a amené par la suite à écrire deux livres :

  • La Doctrine du Culte des Adventistes du Septième Jour (The Cultic Doctrine of Seventh-day Adventists)
  • Le Sabbat en Pleine Crise (Sabbath In Crisis.)

La doctrine du jugement d’ investigation

La doctrine du jugement d’ investigation à laquelle les Adventistes du Septième Jour s’ accrochent toujours est venue d’ une réinterprétation de la prophétie non réalisée de William Miller affirmant que le Christ reviendrait sur la terre le 22 Octobre 1844. Les Adventistes ont d’ abord cru que la porte de la miséricorde a été fermée à cette date. Ellen G. White avec l’ autorité prophétique, a soutenu à la fois cette date et la fermeture de la porte de la foi.

Sa première vision contenait un jugement effrayant sur les Adventistes ayant abandonné le message de l’ année 1844, appelé le Cri de Minuit. Elle a dit qu’ ils ont déserté le chemin conduisant au ciel.

« Il leur était simplement impossible de revenir sur le chemin et d’ aller à la cité, comme tout le monde des méchants que Dieu avait rejeté. »   (Ellen G. White)

Des années plus tard, quand sa première vision a été réimprimée, bien que la préface ait déclaré qu’ aucun changement n’ ait été effectué dans l’ idée ou le sentiment, la partie de sa vision comportant l’ enseignement sur la fermeture de la porte du salut a seulement été omise.

Après 1851, les autres passages sur la fermeture de la porte ont été soit supprimés soit réinterprétés. Il fallait trouver une explication pour la déception de 1844. Deux adeptes de Miller, Hiram Edison et M. Crosier, introduisirent une nouvelle théologie sur le sanctuaire qui enseignait qu’ au lieu de venir visiblement sur la terre en 1844, Christ est entré pour la première fois au ciel dans le lieu Saint des Saints. Ce nouvel enseignement fût un échapatoire, leur permettant d’ ésquiver leur erreur.

Ellen G. White a tout de suite porté l’ approbation de Dieu sur cette nouvelle explication en ce qui concerne la date du 22 octobre 1844.

« Le Seigneur m’ a montré dans une vision : Voilà à peu près plus d’un an que le Frère Crosier a eu l’ éclairage réel sur la purification du sanctuaire. »   (Ellen G. White)

Les doctrines résultantes

Toutes les doctrines ont été aussitôt adaptées à 1844 comme étant la purification du sanctuaire, et le commencement du jugement investigateur. La porte fermée a dû être ouverte pour permettre le salut de leurs propres enfants qui étaient nés après 1844, et pour évangéliser d’ autres dans la religion Adventiste. Il a fallu conditionner le salut pour tous, même pour ceux qui ont vécu aux temps de la Bible par ce jugement, et ainsi la doctrine sur le sommeil de l’ âme a été introduit.

Les prophéties de Daniel et de l’ Apocalypse ont dû être réinterprétées pour s’ adapter au jugement d’ investigation. Ce fut un moment de confusion et de revirement doctrinal, mais la doctrine du jugement d’ investigation a survécu grâce au cachet d’ approbation d’ Ellen White.

Au moment désigné pour le jugement, la fin des 2300 jours en 1844, le travail d’ investigation et d’ effacement des péchés a commencé. Tous ce qui n’ ont jamais accepté le Nom du Christ doivent passer par Son examen minutieux de recherche.

Les conditions de cette nouvelle doctrine du jugement d’ investigation ou de doctrine du sanctuaire, comme on est venu à la connaître, étaient dures. Elle enseignait qu’ un ange notait maintenant et suivait tous les mouvements, jusqu’ à même enregistrer les moments perdus, pendant lesquels une personne pourrait désirer quelque moment de loisir.

Le travail de chaque homme passe en revue devant Dieu, et est enregistré pour la fidélité ou pour l’ infidélité. En face de chaque nom, on inscrit dans les livres du ciel avec une précision terrible : chaque parole incorrecte, chaque acte égoïste, chaque devoir non accompli, et chaque péché secret avec chaque dissimulation astucieuse, chaque avertissement ou réprobation envoyée du ciel, les moments négligés et gaspillés, les occasions au cours desquelles on ne s’ est pas amélioré, l’ influence exercée pour le bien ou le mal avec ses résultats portant loin, tous sont des chroniques pour l’ ange qui note.   (Ellen G. White)

En vérité, cette doctrine du jugement investigateur, unique aux Adventistes du Septième Jour, a coloré toute autre doctrine dans le mouvement. Il y a eu beaucoup de polémique et de discussion puisqu’ on ne peut pas la justifier par l’ Écriture Sainte.

Dans son livre, le Mouvement du Destin, le remarquable historien et théologien Adventiste LeRoy Froom déclare que tout affaiblissement ou démenti ou submersion de la vérité du sanctuaire n’ est pas seulement une question sérieuse mais cruciale. Par conséquent toute déviation ou manquement frappe la religion Adventiste au coeur et défie son intégrité même. Cette doctrine principale de la religion Adventiste, qui affirme que le jugement des oeuvres des croyants déterminera leur salut est d’ une manière flagrante non biblique et n’ est enseignée par aucune dénomination chrétienne légitime.

Cette doctrine enseigne, qu’ à un certain moment dans le temps, entre 1844 et la deuxième venue du Christ, le nom de chaque croyant viendra en jugement. À ce moment dans le temps, si quelqu’ un a des péchés non confessés, même des péchés oubliés, ou s’ il ne fait pas preuve d’ une obéissance parfaite aux Dix commandements, en particulier le quatrième, il sera perdu. Cet enseignement est diamétralement opposé à l’ évangile de la grâce du Nouveau Testament.

Clear Word : Une bible adventiste?

Dans toutes les religions créées par l’ homme, l’ autorité de l’ Écriture Sainte de Dieu et de la Parole immuable est mise au défi. Les Adventistes du Septième Jour ne font pas exception. Ils ont [eu] aussi une propre version de la Bible, connue d’abord* le nom de Clear Word bible(2) (Paroles Claires), maintenant sous le nom (Clear Word) Voir note!, qui insère les mots et les idées d’ Ellen G. White directement dans le texte de la Bible.

Par exemple, dans le chapitre 9 du livre de Daniel, 300 mots ont été ajoutés aux Écritures Saintes. On peut voir un exemple flagrant de ce type de changement dans Daniel chapitre 8, verset 14 , qui dans la version Louis Segond dit simplement,

« Et il me dit: Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié »

Dans la Version Clear Word, ce passage a été considérablement changé:

« Après deux mille trois cents jours prophétiques, ou deux mille trois cents ans , Dieu interviendra, proclamera la vérité sur Lui-même, et restaurera le ministère du sanctuaire au ciel à sa place légitime. Ceci quand le jugement commencera, dont le purification du sanctuaire terrestre était un type. »   (Clear Word)

On peut voir jusqu’ où certains* Adventistes du Septième Jour sont disposés à aller pour soutenir leur prophétesse, même jusqu’ à la manipulation de l’ Écriture. La Clear Word , publiée en 1994, qui a une paraphrase étendue pour édifier la foi et la croissance, n’ est rien d’ autre qu’une des déformations ajoutées à la Parole de Dieu, pour soutenir la théologie Adventiste. Ils ont également édité leur Bible d’ étude comprenant les citations d’ Ellen G. White comme commentaire inspiré.

D’ autres doctrines hérétiques Adventistes comprennent l’ enseignement que l’ expiation de Christ pour les péchés sur la croix était incomplète. Que ce Jésus-Christ est l’ archange Michel, et que l’ enfer n’ existe pas.

Au cours du 19ème siècle, en l’ espace de quelques années les uns et les autres, les Mormons, les Témoins de Jéhovah, les Scientistes Chrétiens, et les Adventistes du Septième Jour ont tous présenté des doctrines contraires à celles gardées par les croyants traditionnels de la Bible.

Leslie Martin était un adepte dévoué de la troisième génération de la religion Adventiste du Septième Jour, qui a cru que les écrits d’ Ellen White étaient inspirés par Dieu. L’ éducation qu’ elle avait reçue dans leur système scolaire commença cependant à se désagréger quand elle s’ est mise à étudier la Bible.

« Plusieurs doctrines des Témoins de Jéhovah et des Adventistes du Septième Jour sont semblables. Ceci en raison de leurs racines communes. Le fondateur des Témoins de Jéhovah, Charles Taze Russell a même été le co-auteur d’ un livre appelé Les Trois Mondes, avec N. H. Barber, un des tout premiers Adventistes. Les Témoins de Jéhovah sont seulement une des nombreuses sectes qui se sont séparées du mouvement Adventiste. Les Adventistes et les Témoins de Jéhovah s’accrochent toujours tous les deux aux hérésies du sommeil de l’ âme, et de Michel l’ archange comme étant Jésus.
Les premiers Adventistes éminents, dont James White et Uriah Smith , ont nié la divinité de Jésus-Christ comme font les Témoins de Jéhovah. Les Témoins de Jéhovah et les Adventistes du Septième Jour ont tous produit leurs propres versions modifiées de la Bible pour créer leurs propres doctrines. Tous les deux ont fixé de fausses dates pour le retour de Jésus-Christ, et ont échoué dans l’ exactitude de la prophétie. Tous les deux ont couvert leurs erreurs et prétendu être la seule Église restante dans le monde. Tous les deux ont été coupables de plagiat des tout premiers travaux sans reconnaître le mérite des auteurs précédents. »

Le plagiat

En 1982, un pasteur Adventiste, Walter T. Rae, a sorti ce livre appelé, The White Lie (Le Mensonge Blanc). Il a été dédicacé à tous ceux qui préfèreraient croire en une vérité amère qu’ en un mensonge doux. Il a aimé les écrits de Mme White, et pensé devoir lire ce qu’ elle a lu. Il a ainsi découvert des quantités énormes de plagiat dans ses écrits.

Par des recherches minutieuses, on a découvert que sa prétendue inspiration venant de Dieu avait été empruntée à d’ autres auteurs sans qu’ aucune mention des sources originales ne soit faite. Ses principaux livres, dont Patriarches et Prophètes, Le Désir des Ages, L’ Esprit de la Prophétie, La Grande Controverse, Messages Choisis, Les Actes des Apôtres, Les Leçons sur l’ Objet du Christ, les Conseils sur la Gérance des Ressources, l’ Evangélisation, les Principes Fondamentaux de l’ Education Chrétienne, les Ouvriers de l’ Evangile, les Messages aux Jeunes, le Ministère de Guérison, Ma Vie Aujourd’ hui, Les Prophètes et Les Rois, Fils et Filles de Dieu, Pas vers Christ, Témoignages pour l’ Église, Pensées de la Montagne des Béatitudes et d’ autres, contiennent du matériel plagié volé à des auteurs anciens.

Un livre, intitulé Esquisses de la Vie de Paul, a été plagié dans son intégralité par Ellen G. White.
Conséquences : un procès! et le livre a été rapidement retiré de l’ impression.

En dépit de la preuve irréfutable, l’ Église Adventiste du Septième Jour a choisi de lutter contre ces accusations avec un livre intitulé, The White Truth (La Vérité Blanche). Dans ce livre, la ligne principale de leur défense était que puisqu’ il n’ y avait aucune loi sur les droits d’ auteur à l’époque, Ellen G. White n’ avait en fait pas violé la loi, ce qui naturellement esquive la question.

Le livre a davantage essayé de renforcer solidement la position de Mme White, en tant que prophétesse divinement inspirée. Et en affirmant à la page 61 que …

« ce que nous sommes en tant qu’ Église est une réflexion de notre foi dans l’ autorité divine évidente des écrits d’ Ellen G. White. » (Ellen G. White)

Cependant, la hiérarchie Adventiste n’a pas été su relever le défi de prouver que même 20% de ses écrits étaient originaux. Les visions qu’ elle a prétendu recevoir de Dieu étaient également aussi précaires. Il s’ est avéré que certaines de ces visions n’ étaient rien d’ autre que des descriptions verbales de peintures et de dessins qu’ elle avait vus dans des livres précédemment édités par d’ autres auteurs.

L’ Alimentation

Dan Snyder, a suivi les pas de son père, en devenant un pasteur Adventiste du Septième Jour. Son examen des enseignements d’ Ellen G. White l’ a finalement amené à quitter ce mouvement. Les chercheurs examinant les premiers documents contenant les conseils d’ Ellen G. White sur le régime alimentaire et la santé sont généralement choqués. Nous devons concéder qu’ elle aurait voulu être une dame Victorienne ayant des idées très réservées sur le sexe opposé. La majeure partie de ses conseils en matière de santé traitaient de la manière de maîtriser les appétits sexuels des hommes qu’ elle considérait excessifs.  Ses conseils à ce sujet sont pleins de longueur, mais sa conviction était que ces appétits sexuels pourraient être contrôlés par un régime. Elle a d’ abord donné une liste de nourritures à éviter.

Les tartelettes fourrées aux raisins secs, les gâteaux, les conserves et les viandes fortement assaisonnées de sauces créent un état fébrile dans le système, et enflamment les passions animales. Se passer des viandes, et utiliser les céréales, les légumes et les fruits comme produits de régime. (Ellen G. White)

On a recommandé instamment aux adeptes de ne plus siroter de la boisson de Chine, ou des alcools de Java.

Notre Père céleste a envoyé la lumière de la réforme en matière de santé pour protéger contre les maux qui résultent de l’ indulgence effrénée de l’ appétit.   (Ellen G. White)

Beaucoup de gens croient que le style de vie végétarien de la religion Adventiste du Septième Jour est une alternative saine, et beaucoup de gens sont attirés par la religion Adventiste en raison de leur message sur la santé. On nous a enseigné en tant qu’ Adventistes que nous avions un message spécial pour le monde avec notre message sur la santé, et que notre prophétesse Ellen White était de beaucoup d’ années en avance sur son temps.

Pour maîtriser les appétits sexuels des hommes, en plus du fait d’ être végétariens, Ellen White a conseillé qu’ ils ne doivent pas manger du tout le soir.

L’ habillement

Les femmes non plus n’ ont pas échappé aux conseils d’ Ellen G. White en matière de santé, et elle a davantage contrôlé ses partisans du sexe féminin en publiant des directives concernant leurs styles de coiffure et leur manière de s’ habiller. En parlant des perruques et d’ autres pièces pour les cheveux , elle a dit :

Les faux cheveux et les garnitures couvrant la base du cerveau chauffent et excitent les nerfs spinaux se centrant dans le cerveau, en conséquence, beaucoup ont perdu leur raison et deviennent désespérément fous en suivant cette mode déplorable. Pourtant les esclaves de la mode continueront à habiller leur tête de la sorte et à souffrir de maladie atroce et de mort prématurée.  (Ellen G. White)

Une fois que le péril mortel du port des perruques a été traité, Ellen G. White essaya d’ imposer un style d’ habillement étrange chaud, et peu confortable à ses adeptes féminines. Elle a prétendu que cela a été créé par Dieu, et c’ était en fait un pantalon avec une longue robe épaisse par-dessus.

Dieu préférait maintenant faire adopter à Son peuple l’ habit de la réforme. Non seulement pour les distinguer du monde comme étant Son peuple particulier, mais parce qu’ une réforme dans l’ habillement est essentielle à la santé physique et mentale.

Les soeurs fidèles ont lutté avec la robe encombrante jusqu’ à ce que Ellen White cessa discrètement de porter la sienne quelques années plus tard, sans donner d’ explication. Quand quelques femmes Adventistes zélées essayèrent de rétablir le port du vêtement, convaincues que c’ était la volonté de Dieu, Ellen G. White les réprimanda.

Pendant cette période, le contrôle d’ Ellen G. White sur ses adeptes a continué de croître énormément, en particulier quand elle a annoncé que ceux qui ne suivaient pas ses ordres en matière de diététique seraient laissés au deuxième avènement de Jésus-Christ.

Ellen G. White a enseigné que nous devrions être végétariens, particulièrement en considération du retour proche de Jésus-Christ, parce que si nous ne sommes pas végétariens quand Jésus reviendra, nous n’ irons pas avec Lui, quand Il viendra rassembler Son peuple.

Le Salut Adventiste

Mark Martin est actuellement pasteur à l’ Église de la Communauté du Calvaire à Phoenix, Arizona. C’ est un ancien pasteur Adventiste du Septième Jour qui a démissionné après avoir été forcé par les autorités Adventistes à choisir entre les enseignements d’ Ellen G. White et ceux de la Bible.

Ellen G. White a insisté sur l’ observance stricte de la loi ainsi que beaucoup de règles supplémentaires pour amener quelqu’ un sur le chemin du salut. Elle n’ a eu aucune patience avec les chrétiens osant dire : « je suis sauvé. »

Nous ne devons jamais rester dans une condition de satisfaction en disant « Je suis sauvé », ils pervertissent la vérité, ils déclarent qu’ il nous faut seulement croire en Jésus-Christ, et que la foi est entièrement suffisante. Que la justice du Christ doit être la référence du pécheur. Cette classe prétend que Christ est venu pour sauver les pécheurs, et qu’ Il les a sauvés, mais sont-ils sauvés ? Non.   (Ellen G. White)

La perception du salut par les Adventistes est que Jésus a payé l’ acompte pour notre salut à la croix. Mais une fois que vous avez accepté Son offre de salut, vous devez continuer à verser des acomptes mensuels. Ainsi comme ils ne comptent pas vraiment sur la grâce seule de Dieu pour les sauver, les Adventistes s’ efforcent d’ obéir rigoureusement, ce qui fait qu’ ils ont un style de vie inflexible, accablé de remords, légaliste. Malgré les tentatives modernes Adventistes pour radoucir cette hérésie, les enseignements écrits d’ Ellen White sont trés claires.

Quiconque a transgressé la loi de Dieu n’ est pas sauvé.   (Ellen G. White)

Pourtant la Bible enseigne que nous sommes sous une nouvelle alliance, et que l’ ancienne alliance est désuette. Le Christ est l’ aboutissement de la loi. Le Nouveau Testament enseigne que la loi donnée par Dieu, fût un tuteur ou pédagogue, nous conduisant à Christ. Écoutez Galates 3:25b :

« … nous ne sommes plus sous ce pédagogue. »

Les chrétiens doivent grandir dans la grâce et obéir aux commandements de Dieu par amour pour Lui, non par contrainte. En fait, être sous la loi mène au péché. I Corinthiens 15:56b dit,

« … et la puissance du péché, c’ est la loi. »

En revanche, être sous la grâce mène à la sainteté. J’ aime Tites 2, versets 11 et 12 :

« Car la gràce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à rerenoncer à l’ impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété »

Le salut par la grâce par le biais de la foi seule est le coeur de l’ évangile. Mais la doctrine Adventiste du jugement investigateur de 1844 colore toutes leurs doctrines principales.

C’ était en raison de cet enseignement faux, connu également sous le nom de jugement pré- avènement, qui n’ équivaut à rien de plus qu’ à un jugement des oeuvres qui détermine le salut, que la doctrine non biblique du sommeil de l’ âme a été introduite. Manifestement vous ne pourrez pas avoir des croyants allant au ciel à leur mort, avant que leurs vies n’ aient pas été soi-disant jugées. Et s’ ils n’ ont pas été suffisamment bons, ils devront quitter le ciel, n’ est-ce pas ?

la non-existence après la mort

Ainsi les Adventistes enseignent que lorsqu’ une personne meurt, elle entre dans la tombe, dans la non-existence. Mais cet enseignement s’ effondre en face des Écritures :

« nous sommes pleins de confiance, et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur.  »
II Corinthiens 5:8.

Quand un croyant meurt, il part et se trouve avec le Christ, Philipiens 1:23.

Je suis pressé des deux côtés: j’ ai le désir de m’ en aller et d’ être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur;

Le Sabbat  : Avant ou après le crépuscule?

Une des principales caractéristiques de l’ Adventisme du Septième Jour est de célébrer le sabbat du samedi.

L’ observance du septième jour est perçue comme une marque de vraie fidélité à Dieu. L’ idée du sabbat du septième jour n’ était pas une nouveauté au temps d’  Ellen White. Elle a  en fait été initiée par un Baptiste du Septième Jour et Joseph Bates, qui ont plus tard parlé de l’ idée à James et à Ellen White en 1846.

Ellen introduisit les enseignements aux adeptes à partir de visions.

J’ ai vu que le saint sabbat, est et sera, la barrière entre l’ Israël de Dieu et les incroyants. (Ellen G. White)

Dans les premières années, quand l’ observance du sabbat était respectée, on le commencait toujours le Vendredi à 18 h. C’ était avant le coucher du soleil en été, et après le coucher du soleil en hiver. Cela a duré pendant plus de neuf ans. Puisque la Bible indique que le sabbat devait être observé du coucher du soleil au prochain coucher du soleil, une division a surgi. La question a été étudiée et présentée à la conférence des Adventistes en 1855. Finalement ils ont voté pour respecter le sabbat du crépuscule du Vendredi au crépuscule du Samedi.

Il y avait cependant encore un désaccord parmi les adeptes Adventistes. Mme White a décidé d’ avoir une autre vision pour régler la question. Un délégué à la conférence a rapporté qu’ après la conférence, le 20 Novembre, la vision a été donnée, affermissant les indécis sur le temps du coucher du soleil.

Malgré la vision bien opportune sensée resoudre ce point, les Adventistes ont continué à poser des questions. Pourquoi n’ auraient-ils pas le droit de croire les premières visions de Mme White au sujet du sabbat de 18 h.? Pourquoi ce changement maintenant, après neuf ans de pratique? N’ avaient-ils pas été eux aussi, pendant les neuf premières années, des transgresseurs de sabbat, et non pas des observateurs fidèles? Elle promît de questionner l’ ange et d’ obtenir une explication par une vision afin d’ apaiser la polémique.

Je me suis renseignée pourquoi se fait-il que nous devions changer le début du sabbat à cette date tardive. L’ ange a répondu, Vous comprendrez, mais pas maintenant, pas maintenant. (Ellen G. White)

Mme White est morte sans jamais donner l’ explication promise par Dieu. Cependant, l’ observance du sabbat du crépuscule du Vendredi au crépuscule de Samedi est devenue d’ une importance primordiale dans la détermination de ceux qui devaient être sauvés en recevant le sceau de Dieu, et de ceux quine le seraient pas .

Le sabbat sera le test solennel de la loyauté. Quand le test final sera amené pour s’ appliquer aux hommes, alors la ligne de distinction sera tracée entre ceux qui servent Dieu et ceux qui ne Le servent pas. L’ observance du vrai sabbat est une preuve de loyauté. Une classe a reçu la marque de la bête, l’ autre qui a choisi la marque de l’ allégeance à l’ autorité divine, a reçu le sceau de Dieu. (Ellen G. White)

Ainsi, la non observance du sabbat entraîne la réception de la marque de la bête, et la perte de la vie éternelle. De nos jours, cette perception est restée aussi dure. À la page 167 de la publication des 27 Doctrines fondamentales Adventistes, il est indiqué :

« Quand cette question sera clairement amenée devant le monde, ceux qui rejettent le mémorial de Dieu et Sa position de créateur, le sabbat de la Bible, choisissant de célébrer et d’ honorer le Dimanche, en sachant parfaitement que ce n’ est pas le jour désigné par Dieu pour l’ adoration, recevront la marque de la bête. Cette marque est une marque de rébellion.

Ainsi même de nos jours, les Adventistes du Septième Jour ont finalement rendu le salut finalement dépendant du jour de la semaine où une personne voue un culte. Plusieurs versets du Nouveau Testament identifient clairement le sceau de Dieu comme étant un travail de l’ Esprit Saint, et non de l’ observance du jour du sabbat. Par exemple, Ephésiens 4:30 indique clairement :

« N’ attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption »

Mme White n’ a aucun appui du tout pour associer le sceau de Dieu à  l’ observance du sabbat. Les disciples de Christ se sont réunis le jour du Seigneur, jour de la résurrection, pour leur culte et le partage du pain. Pas pendant le sabbat juif.

Satan : Le porteur de nos péchés

Les Adventistes persévèrent dans leur dénaturation du salut bilique, en rajoutant que Satan devient finalement le porteur des nos péchés! Ils enseignent qu’ il ôte les péchés du monde! Comme le prêtre, en enlevant les péchés du sanctuaire, les confesse sur la tête du bouc émissaire, ainsi le Christ placera tous ces péchés sur Satan, qui est l’ initiateur et l’ instigateur du péché.

Combien cela est différent du message clair de l’ Écriture Sainte qui dit de Jésus que :

Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois … (1 Pierre 2:24a)

L’ apôtre Jean s’ est exclamé :  »

… Voici l’ Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. ( Jean 1:29b)

En vérité, le salut doit être centré sur Christ seul.

Adventisme et secte ?

Steve Canon, Directeur de Personal Freedom Outreach région Sud ouest, un ministère d’ étude des sectes, extrêmement respecté, a examiné la question de savoir si la religion Adventiste du Septième Jour devrait être classé comme une secte.

Aujourd’ hui, les Adventistes du Septième Jour du monde entier s’ efforcent d’ être reconnus comme étant une branche principale des Chrétiens protestants évangéliques. (2) En France, les deux fédérations (nord et sud) adventistes ont réçu l’ approbation d’ adhésion à la Fédération protestante de France le 29 novembre 2003. Et elles ont été officiellement admises en Janvier 2004.

Et pour cette raison ils protestent très vivement contre toute allusions au fait que leurs doctrines sont sectaires. *

Un pasteur Adventiste a donné les cinq marques suivantes pour caractériser une secte. Vous êtes à même de juger si oui ou non sa dénomination cadre avec sa propre définition d’ une secte.

  • Premier point, les sectes sont des religions fausses et ont d’ habitude un seul chef humain puissant qui devient le « messie » de la secte.

Qui peut nier la dépendance totale du groupe sur les enseignements d’ Ellen G. White ? On ne l’ appelle peut-être pas leur messie, mais elle est certainement pour eux la messagère de Dieu vénérée de tous.

  • Deuxième point, les paroles des chefs de secte, ou les enseignements de la secte, deviennent la vérité absolue, éclipsant les enseignements de la Bible.

Aucun Adventiste du Septième Jour n’ oserait nier que les commentaires d’ Ellen G. White sur une certaine partie de l’ Écriture Sainte déterminent l’ acceptation ou le rejet par les groupes des points de vue historiques gardées sur ces versets. Ses interprétations prédominent et deviennent la doctrine Adventiste. Même aujourd’ hui ses écrits sont considérés d’ inspiration égale à l’ Écriture Sainte.

  • Troisième point. Toute secte utilise la tactique de la pression pour contraindre les membres à la soumission.

Ellen G. White su comment exercer des pressions pour les amener ses brebis à la soumission. Elle prétendait d’ abord recevoir une réprobation de Dieu pour la personne, et l’ exposait publiquement lors de son témoignage. En général la personne obéissait sous la pression.

J’ai lancé des réprobations parce que le Seigneur m’ a donné des paroles de réprobation pour l’ Église.  (Ellen G. White)

Cette tactique n’ est peut-être pas si flagrante aujourd’ hui, mais les croyants sont encore aujourd’ hui soumis à la pression de se conformer au groupe. On refuse très souvent l’ amour, l’ acceptation et la camaraderie à quiconque remet en cause les enseignements officiels de l’ Église.

  • Quatrième point. Toute secte nie la vérité centrale de l’ évangile, que Jésus est le fils divin de Dieu, sans commencement ni fin. Ils nient que Sa mort a donné le salut à la race humaine entière. En conséquence, le salut est gagné par adhésion aux enseignements de la secte plutôt que par le fait d’ accepter Christ et de Le suivre.

Nous voudrions faire remarquer qu’ à l’ origine le groupe a nié le fait que Jésus Christ soit Dieu. Aujourd’ hui ils croient que Jésus Christ est éternel, mais ils sont coincés au niveau de l’ ancienne doctrine affirmant que Jésus est l’ archange Michael. Il leur faut établir fermement une doctrine et abandonner l’ autre. Ils ne peuvent cependant pas renoncer à cette doctrine contredisant Hébreux 1:13 sans devoir reconnaître que Mme White s’ est trompée ! Ils essaient plutôt de concilier ces deux doctrines contradictoires. C’ est insoutenable! Quant au salut par la foi en Christ seul, au moyen de la grâce, les Adventistes y ont rajouté des conditions salutaires comme le jugement d’ investigation, le respect du sabbat et l’ obéissance aux Dix commandements, ainsi que d’ autres lois de l’ Ancien Testament. En outre, ils croient que les péchés du monde ont été placés sur Satan plutôt que sur Christ, et que les chrétiens doivent se tenir devant Dieu sans Christ comme médiateur en leur faveur.

Ceux qui vivent sur terre quand l’ intervention du Christ cessera dans le sanctuaire d’ en haut, doivent se tenir devant un Dieu Saint sans médiateur. (Ellen G. White)

Voyez le contraste avec la simplicité de la déclaration biblique au sujet de Christ.

« C’ est aussi pour cela qu’ il peut sauver parfaitement ceux qui s’ approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. »   Heb. 7:25

En vérité, en déposant le péché sur Satan, le salut des Adventistes du Septième-jour, n’ est pas le salut de la Bible.

  • Cinquième point. Les cultes invitent souvent leurs convertis à quitter leurs familles.

Enfin, nous pouvons leur laisser au moins un point. Les Adventistes ne recommandent pas à leurs convertis de quitter leurs familles, ce qui veut dire que sur les cinq points, caractérisant le groupe comme secte, quatre d’ entre eux s’ appliquent aux Adventistes du Septième Jour.

Assoupissement chez les uns, réveil chez les autres

Pendant les années 50, certains ministères évangéliques chrétiens bien connus ont contacté la hiérarchie Adventiste du Septième Jour, dans un effort de découvrir la vraie nature de leur croyance doctrinale. Dans un geste semblable à celui des Mormons, les dirigeants Adventistes désirant l’ approbation de la communauté chrétienne dans son ensemble, ont trompeusement épousé la vue évangélique du salut par la seule grâce.

Tandis que cela a temporairement pssivisé de nombreuses dénominations chrétiennes, cela a semé la dévastation au sein de la religion Adventiste du Septième Jour. Beaucoup d’ adeptes se sont sentis trahis et ont commencé à faire des recherches sur les enseignements d’ Ellen White par eux-mêmes, en chercher la vérité. Ceux qui ont fait cela ont été choqués par ce qu’ ils ont trouvé.

Ce qui a commença chez beaucoup comme une recherche de validation de leur religion Adventiste, s’ est ensuite transformé en une découverte effroyable : Les plagiats, des fausses prophéties, et les enseignements hérétiques d’ Ellen G. White!

Les témoignages

« Je suis né et j’  ai été élevé dans une famille adventiste de la quatrième génération, prenant nos racines familiales dans la famille Kellogg. J’ ai reçu une éducation dans le système élémentaire de l’ ASJ (Adventisme du Septième Jour), j’ ai été baptisé dès mon jeune âge, et en vérité, j’ ai été engagé dans ce que j’ ai cru être la seule vraie Église.

Le moment décisif fut lorsque je fût invité par plusieurs personnes différentes dans une Église dont le pasteur était un ancien pasteur de l’ A7J. J’ acceptai de le rencontrer, sans penser qu’ il avait l’ intention de me montrer quoi que ce soit. Mais il l’ a fait, et je me suis rendu compte que l’ Église Adventiste m’ avait trompé.

Don et moi sommes tous les deux de la troisième génération des Adventistes du Septième Jour. Nous avons été éduqués dans les lycées et les universités Adventistes. Plus tard nous étions, tous les deux, membres du corps enseignant au College Pacific Union. Nous étions des Adventistes du Septième Jour loyaux, croyant totalement qu’ Ellen White était vraiment inspirée de Dieu et égale à la Bible.

Je me suis donné de tout coeur à la foi Adventiste, et j’ ai donné chaque seconde de mon temps disponible aux réunions et au partage de ma foi. J’ ai économisé de l’ argent en tondant les pelouses quand j’ étais enfant pour acheter et étudier les livres écrits par Ellen G. White.

Personne n’ a été fidèle autant que je l’ ai été. J’ aurais donné ma vie pour l’ Église Adventiste du Septième Jour. J’ ai vraiment cru à la notion d’ Église du reste et en Ellen G. White.

Quand je découvris ce que l’ Église sait sur les écrits d’ Ellen G., notamment comment elle a obtenu son matériel, je n’ avais jamais été confronté à cela lors de mon éducation. Je n’ avais jamais, jamais entendu parler de tous ces écrits qu’ elle avait copiés, des plagiats qu’ elle a faits, et quand j’ ai vu cela, juste cela, cela m’ a fait très mal, et j’ ai senti qu’ on m’ avait menti.

 

 

Clear Word [Bible] : Une bible addventiste?

C’ est une paraphrase de la Bible venant des états unies faites par un adventiste zélé. Les adventistes français ne l’ utilisent pas, ou ne connaissent pas de traduction équivoques. Certains adventistes américains ont reconnu que cet ouvrage ne peut être appelée « Bible », l’ ouvrage s’ intitule donc aujourd’ hui « Clear Word ». Et ne porte plus le titre Bible. On ne peut pas le considérer comme une « bible adventiste » issue d’une fédération adventiste.

Cela dit !

  • « Clear Word » est en vente sur internet en autre, et est annoncé comme une bible encore aujourd’hui (en 2004 et encore en sept. 2005)
  • Nombres d’ adventistes américains l’ utilisent comme une bible, pour eux ou leurs enfants.
    Le internet adventiste « SDA net »  (un guide  pour trouver du matériel adventiste sur internet) déclare : »Cette introduction suggère que cet ouvrage n’est pas approprié a une lecture publique dans les églises ( du 7ème jour), mais ce que nous entendons suggère que l’ouvrage a grandement pris place dans l’église, dans les cours du Sabat, dans les cours bibliques, on en a déjà fait la publicité 2 fois sur la dernière page de « Adventist Review », avec l’approbation du Président Général   – Richard Davisson de l’ Andrews University, et d’autres. » J. David Newman un éditeur adventiste, déplore en Juin  1994 que cet ouvrage est appelé une Bible et soit lu lors de l’école du Sabat.
  • France : Lors du colloques « Christianisme & Prophétisme, 3ème colloque international de la Faculté adventiste de théologie du Campus adventiste du Salève » – ( 1er au 3 mai 2003), Denis Fortin, conférencier et enseignant adventiste (Andrews University) dénonça et déplora lui-même ouvertement cette initiative malheureuse de bible adventiste. Même si les principaux dirigeant adventistes français s’en défendent, c’ est donc en des termes adventistes, que cet ouvrage est qualifié de Bible adventiste.

Certains adventistes désapprouvent à juste titre cette paragraphe, quoique restant toujours fidèles à EGW. Cet ouvrage, qu’il soit appelé Bible ou pas, est néfaste, nous n’avons nullement besoin de versets rajoutés, commentaires, ou mensonges d’une fausse prophétesse. Sachons aussi que plus d’une édition de la « bible » est réprouvable, pas seulement dans le monde adventiste mais aussi du côté protestant-évangélique.

 Réflexions au sujet de « Que pensez du mouvement adventiste ? »

Jean-Baptiste a dit: 1 juillet 2016 à 09:56

J’ai été élevé dans l’Adventisme et je peux certifier que c’est une véritable secte trés imbue de son statut via sa prédication « d’Eglise du Reste », en réalité elle n’est le Reste de rien du tout si ce n’est de celui du compte en banque de ses adeptes.
Il y a une forte spoliation financière au sein de cette secte chrétienne avec la Dîme et une trés forte dépendance intellectuelle des adeptes à cause des Fables, Mythes et Légendes bibliques (Création,Déluge Universel,Retour de Jésus,…) ce qui fait que les membres pour la plupart ne s’interessent à pas grand chose à part la Bible, certains ne lisent même que cet ouvrage vieillot bourré de préceptes sanguinaires dans l’Ancien Testament et de prosélytisme fanatique dans le Nouveau Testament.

La prophètesse E.G.White ou plutôt la « Messagère du Seigneur » comme ils aiment à le dire pour éviter d’être accusés de la Déifier, ce qui dans les faits est le cas, a eu des tas de fausses visions comme celle d’avoir vu des habitants sur Saturne et Jupiter ou d’affirmer que le Thé est un dangereux poison et encore des tas d’autres inepties scientifiques ou morales.

Je ne recommande donc à personne de se laisser avoir, vous aller y laisser beaucoup d’argent, comme toutes les sectes, l’église Adventiste du septième jour adore l’argent qu’elle spolie aux adeptes pour entretenir une élite Adventiste qui vit mieux que quiconque là dedans je peux vous le garantir.
C’est un système pyramidal de contrôle des adeptes qu’elle compte entretenir durablement jusqu’au Mythe le plus absolu : le Retour de Jésus, qui pour la secte aurait déjà du revenir en 1844, mais on l’attend encore….. 🙂

Et ils vont l’attendre encore longtemps…..Et pour cause puisque rien ne reviendra jamais les sauver…

Résultat de recherche d'images pour "la secte des adventistes"

Entretien entre le Führer et le Grand Mufti de Jérusalem le 28 novembre 1941 à Berlin

Berlin le 30 novembre 1941

Entretien entre le Führer et le Grand Mufti de Jérusalem le 28 novembre 1941 à Berlin en présence du Ministre des Affaires Etrangères du Reich et du Chef de Légation, Grobba.1

Entretien entre le Führer et le Grand Mufti de Jérusalem le 28 novembre 1941 à Berlin en présence du Ministre des Affaires Etrangères du Reich et du Chef de Légation, GrobbaLe Grand Mufti commence par remercier le Führer pour le grand honneur qu’il lui fait en le recevant. Il souhaite saisir cette opportunité pour exprimer au Führer du Grand Reich allemand, admiré de tout le monde arabe, ses remerciements pour la sympathie qu’il a toujours témoigné à l’égard de la cause arabe et tout particulièrement de la cause palestinienne et dont il a donné une claire expression lors de ses discours publics.

Les pays arabes sont convaincus que l’Allemagne gagnera la guerre, ce qui sera favorable à la cause arabe. Les Arabes sont les amis naturels de l’Allemagne puisqu’ils ont les mêmes ennemis, les Anglais, les Juifs et les communistes. Ils sont donc disposés à coopérer avec l’Allemagne de tout leur cœur et sont prêts à participer à la guerre, non seulement d’une manière que l’on pourrait considérer de « négative » en commettant des actes de sabotage ou en suscitant des mouvements insurrectionnels, mais aussi de manière positive par la formation d’une Légion arabe. Comme alliés, les Arabes peuvent être plus utiles à l’Allemagne qu’il ne le paraît à première vue autant pour des raisons géographiques qu’à cause des souffrances que leurs infligent les Anglais et les Juifs. De plus les Arabes ont noué avec toutes les nations musulmanes des relations qui pourront être utilisées au bénéfice de la cause commune. La Légion arabe pourra être levée tout à fait facilement. Un appel du Mufti aux pays arabes ainsi qu’aux prisonniers de nationalités algériennes, tunisiennes et marocaines pourrait provoquer un afflux en grand nombre de volontaires, impatients de combattre.

Le monde arabe est fermement convaincu de la victoire allemande, non seulement parce que le Reich possède une grande armée, de braves soldats et des chefs militaires de génie, mais aussi parce que le Tout-Puissant n’accorde jamais la victoire à une cause injuste.

Dans ce combat les Arabes luttent pour l’indépendance et l’unité de la Palestine, de la Syrie et de l’Iraq2. Ils ont la plus grande confiance dans le Führer et considèrent sa main comme le baume de leurs blessures, infligées par les ennemis de l’Allemagne.

Le Mufti mentionne alors la lettre3 qu’il a reçue et qui spécifie que l’Allemagne n’entend pas occuper de territoires arabes et qu’elle comprend et reconnaît les aspirations arabes à l’indépendance et à la liberté, tout comme elle soutient la disparition d’un Foyer national juif.

Une déclaration publique en ce sens4 pourrait être très utile par ses effets sur les peuples arabes en ce moment. Cela pourrait réveiller les Arabes de leur léthargie momentanée et leur donner un nouveau courage. Cela faciliterait aussi l’action du Mufti pour organiser secrètement l’action des Arabes en prévision du moment où ils pourront frapper.

En contrepartie, il peut donner l’assurance que les Arabes attendront dans une stricte discipline le moment opportun et ne frapperont que sur l’ordre de Berlin.

Au vu des évènements en Iraq 5, le Mufti remarque que jamais l’Allemagne n’a incité les Arabes a attaquer dans cette région l’Angleterre mais qu’ils n’ont fait que réagir à une agression directe de l’Angleterre contre leur honneur.

Les Turcs, estime-t-il, accueilleront favorablement l’établissement d’un gouvernement arabe dans des territoires voisins, parce qu’ils préfèrent avoir dans leur voisinage des gouvernements arabes faibles plutôt que des gouvernements européens forts. Étant une nation de 7 millions d’habitants, ils n’ont d’autant plus rien à craindre des 1,7 millions d’arabes habitant en Syrie, en Transjordanie, en Iraq et en Palestine.

De même la France n’a pas d’objection à ce plan d’unification puisqu’elle a concédé à la Syrie son indépendance en 1936 et a donné son approbation à l’unification de l’ Iraq et de la Syrie sous la couronne du roi Fayçal 6 en 1933.

Dans ces circonstances, le Mufti renouvelle sa requête d’une déclaration publique du Führer comme quoi les Arabes ne doivent pas perdre l’espoir de constituer une force puissante dans la vie des nations. Avec un tel espoir dans le cœur, les Arabes, poursuit-il, consentiront à attendre. Ils ne sont pas pressés de voir la réalisation immédiate de leurs aspirations et ils peuvent très bien attendre six mois ou un an. Mais s’ils n’étaient pas inspirés par un tel espoir au travers d’une telle déclaration, cela pourrait être interprété comme un succès pour les Anglais.

Le Führer répond que l’attitude fondamentale de l’Allemagne sur ces question, comme le Mufti l’a déjà déclaré, est claire. L’ Allemagne soutient une guerre sans compromis contre les Juifs. Cela inclut naturellement une opposition active à un Foyer national juif en Palestine, qui ne serait rien d’autre que le centre, sous la forme d’un État, de l’exercice de l’influence destructrice des intérêts juifs. L’ Allemagne est consciente que la revendication par les Juifs de leur rôle pionnier en Palestine dans le domaine économique est un mensonge. Le travail y est fait par les Arabes seuls et non par les Juifs.

L’ Allemagne est déterminée, étape par étape, à appeler les nations européennes, l’une après l’autre, à résoudre le problème juif et en temps voulu à adresser un appel similaire aux nations non-européennes.

L’ Allemagne est à présent engagée dans un combat, à la vie et à la mort, avec deux citadelles du pouvoir juif : la Grande-Bretagne et la Russie soviétique. Il y a théoriquement une différence entre le capitalisme anglais et le communisme de la Russie soviétique, mais actuellement les Juifs dans ces deux pays poursuivent un but identique. C’est le combat décisif ; il se présente principalement comme un conflit entre l’Allemagne et l’Angleterre, mais idéologiquement, c’est un combat entre le national-socialisme et les Juifs. Cela va sans dire que l’Allemagne fournira une aide déterminée et pratique aux Arabes engagés dans le même combat, car les promesses platoniques sont inutiles dans une guerre dont l’alternative est le succès ou la destruction et où les Juifs sont capables de mobiliser toute la puissance de l’Angleterre à leurs fins. L’aide aux Arabes doit être matérielle. Les seules marques de sympathie sont d’un faible secours dans un tel combat et cela a été pleinement démontré par les évènements en Iraq, où les circonstances7 n’ont pas permis de rendre pleinement effective une aide pratique. En dépit de tous nos témoignages de sympathie, l’aide allemande a été insuffisante et l’ Iraq a été vaincue par la puissance anglaise, qui est le protecteur des Juifs.

Le Mufti se dit conscient que l’issue de cette guerre décidera aussi du destin du monde arabe.

Par conséquent, le Führer doit penser et parler avec calme et réflexion, comme un homme de raison mais principalement comme soldat et comme chef des Armées allemandes et alliées.

Tout ce qui est de nature dans ce combat titanesque à soutenir la cause commune doit être fait, y compris pour les Arabes. Au contraire tout ce qui pourrait contribuer à affaiblir la situation militaire doit être écarté, et peu importe que cela puisse être impopulaire. L’ Allemagne est engagée actuellement dans de très sévères combats pour forcer la porte nord du Caucase. Les difficultés rencontrées concernent principalement le maintien de l’approvisionnement qui est très difficile compte tenu de la destruction des voies ferrées et des axes routiers et de l’arrivée de l’hiver.

Si à un tel moment le Führer soulevait dans une déclaration la question de la Syrie, les éléments qui en France sont sous l’influence de de Gaulle recevraient de nouveaux appuis. Ils interprèteraient la déclaration du Führer comme une volonté de briser l’Empire colonial français et appelleraient leurs compatriotes à faire cause commune avec les Anglais pour essayer de sauver ce qui pourrait l’être encore. Une déclaration concernant la Syrie serait comprise en France comme faisant référence aux colonies françaises en général et serait, en ce moment, source de nouveaux troubles en Europe de l’ouest, ce qui se traduirait par l’immobilisation d’une partie des Forces armées allemandes à l’ouest, qui ne seraient plus disponibles pour la campagne à l’est.

Le Führer fait alors la déclaration suivante au Mufti, lui demandant de l’enfermer dans les profondeurs de son cœur :

1) Le Führer veut conduire cette bataille jusqu’à la destruction totale de l’Empire judéo-communiste8 en Europe.

2) A un certain moment qu’il n’est pas possible de fixer exactement aujourd’hui mais qui en tout cas n’est pas très éloigné, les armées allemandes atteindront au cours de ce combat la porte sud du Caucase.

3) Aussitôt que cela arrivera, le Führer donnera en personne au monde arabe l’assurance que l’heure de sa libération est arrivée. L’objectif de l’Allemagne sera alors, solennellement, la destruction des éléments juifs demeurant dans la sphère arabe sous la protection de la puissance britannique. A cette heure, le Mufti sera le porte-parole le plus autorisé du monde arabe. Sa mission sera alors de déclencher les opérations arabes qu’il aura secrètement préparées. A ce moment, la réaction de la France à cette déclaration sera tout à fait indifférente à l’Allemagne.

Une fois que l’Allemagne aura ouvert la porte de l’Iran et de l’Iraq par Rostov, ce sera la fin de l’Empire britannique dans le monde.

Le Führer souhaite que l’année prochaine il soit possible à l’Allemagne d’enfoncer la porte du Caucase qui donne sur le Moyen-Orient.

Dans l’intérêt de leur cause commune, il serait préférable que la déclaration arabe soit différée de quelques mois supplémentaires plutôt que de créer des difficultés à l’Allemagne sans qu’elle soit capable, de ce fait, de venir en aide aux Arabes.

Le Führer apprécie pleinement l’impatience manifestée par les Arabes pour une telle déclaration demandée par le Mufti. Mais il le prie de considérer qu’il a été le Führer du Reich allemand pendant cinq longues années durant lesquelles il lui a été impossible d’annoncer à son propre pays sa libération. Pour faire cette annonce le Führer a du attendre les conditions favorables, provoquées par la force des armes, qui ont permis la réalisation de l’Anschluss 9.

Au moment où les divisions blindées allemandes et les escadrilles de la Luftwaffe atteindront le sud du Caucase, la déclaration publique demandée par le Grand mufti pourra être portée à la connaissance du monde arabe.

Le Grand Mufti répond que son avis est que tout se passe comme le Führer l’a indiqué.

Le grand Mufti se déclare tout à fait rassuré et satisfait par les propos qu’il a entendu du Führer. Il demande, cependant, s’il ne serait pas possible, tout au moins secrètement, de conclure un accord dans le sens de ce qui a été esquissé par le Führer.

Le Führer répond que la déclaration qu’il vient de faire au Grand Mufti est une déclaration confidentielle.

Le Grand Mufti le remercie et déclare en conclusion qu’il prend congé du Führer en toute confiance et lui réitère ses remerciements pour l’intérêt qu’il témoigne à la cause arabe.

Signé : Schmidt

1 Mémorandum du Chef de Légation Schmidt.
2 La reconnaissance d’une « Grande Arabie », formée par les trois pays mentionnés, fut demandé par Al-Husseini dans une lettre adressée à Hitler en date du 20 janvier 1941.
3 Il fait référence, sans doute, au document du Secrétaire d’Etat von Weizsäcker, en date du 8 avril 1941.
4 Al-Husseini insista longuement auprès de Hitler pour obtenir cette déclaration, mais celui-ci refusa de la faire, en grande partie à cause de la position de la France en tant que mandataire de la Syrie et du Liban.
5 C’est à dire le soulèvement de l’Iraq du 2 au 31 mai 1941.
6 En réalité, il s’agit du contraire. Le Gouvernement de Vichy considéra d’une grande importance de conserver son mandat, même après l’occupation de la Syrie par les Anglais et les Gaullistes en juin-juillet 1941.
7 Hitler ne se montra pas disposé à différer l’Opération Barbarossa à cause du soulèvement en Iraq. Pour cette raison, l’aide allemande à l’Iraq resta limitée à un minimum très en dessous des besoins de l’armée irakienne.
8 C’est à dire l’Union soviétique.
9 L’Anschluss est l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne, suite au vote du peuple autrichien, au mois de mars 1938.

cliquer pour ouvrir la version au format pdf en deux pages, pour argumentaire
142 Ko – 2 pages (version Argumentaires)

Le mufti de jérusalem hadj Amin a husseini pa&sse en revue les troupes de musulmans nazis