Voilà la carte au temps de Moïse

Des princes asiatiques franchissent le « mur du prince » et, profitant des techniques militaires empruntées aux Indo-Européens, en particulier le char attelé à deux chevaux, ils ruinent le Moyen Empire, s’avancent jusqu’en Moyenne Égypte, et ne laissent guère aux Pharaons que la haute vallée du Nil.
Dans le nord de la Mésopotamie s’impose pour quelques années un chef de bandes qui réunit sous son autorité l’Assyrie et la Babylonie septentrionale. Là encore, la tentative est de courte durée : au bout de 50 ans, Hammourabi, prince amorite — de ces nomades qui, sortant des terres désertiques, déferlaient sur les pays civilisés du Proche-Orient depuis le début du 2ème millénaire — fonde le premier empire babylonien.
C’est alors qu’apparaît en Anatolie une troisième grande puissance, l’Ancien Empire hittite, né d’une fusion entre les indigènes et les Indo-Européens présents dans la région depuis le début de ce 2ème millénaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.