Tous les articles par hl68297-ovh

Dans un rapport jamais rendu public depuis mars, des scientifiques pointent les risques induits par la présence d’aluminium dans les vaccins.

On y lit des échanges cordiaux mais surtout un débat âpre et passionné. Ces documents que nous nous sommes procurés, c’est l’avis du conseil scientifique de l’ANSM, le gendarme du médicament, et l’ensemble des discussions que les spécialistes ont mené sur l’étude de l’équipe du professeur Gherardi, chef du service neuromusculaire à l’hôpital Henri Mondor de Créteil, évaluant la neurotoxicité de l’aluminium présent dans les vaccins.

[…]

Bien que financé par l’ANSM – avec donc des deniers publics –, en plein débat mouvementé sur l’extension de l’obligation vaccinale à onze vaccins infantiles, et à la « stupéfaction » des associations de patients, ce rapport n’a pas été rendu public. « Les avis consultatifs du conseil scientifique n’ont pas vocation a être publiés. Cela ne veut pas dire qu’on cherche à les cacher », défend de son côté l’ANSM. Voici ce qu’on y découvre.

« La dose ne fait pas le poison »

Même injecté à « faible dose » dans des muscles de souris, l’adjuvant aluminique « peut induire une accumulation d’alumium à long-terme et des effets neurotoxiques », note l’équipe de Gherardi. En clair, contrairement à ce qui est communémement admis, même une faible dose pourrait provoquer des complications. « La dose ne fait pas le poison », résument-ils.

[…]

Vers une « prédisposition génétique » ?

« Pour la première fois », lit-on, dans la littérature sur les vaccins, cette étude met en évidence des facteurs génétiques de prédisposition à développer une myofasciite à macrophages (une lésion provoquant fatigue, douleurs musculaires, voire troubles neurologiques) après la vaccination. Sept gènes sont en effet « surrepresentés » chez les patients affectés. Aurions-nous une susceptibilité génétique nous faisant réagir à l’aluminium des vaccins ? Cette voie de recherche, jugée « extraordinaire » par l’un des membres du Conseil fait actuellement l’objet d’un dépôt de brevet de la part des chercheurs.

Lire l’article entier sur leparisien.fr

Le sujet qui va nous occuper à ses charmes, mais aussi ses périls.
Le voile du mystère dont il est couvert fait son attrait. Le péril
auquel on s’expose en le traitant, c’est de se confier, sur ce terrain
qui fait partie du domaine sacré, à un guide non suffisamment
qualifié, l’imagination.
Pour éviter autant que possible cet écueil, nous demanderons à
la nature les inductions, à l’histoire les analogies qu’elles peuvent
nous fournir ; puis mettant ces données en rapport avec celles que
contient le livre des révélations, nous chercherons à éclairer ces
éléments divers par leur rapprochement mutuel. Puissé-je réussir
à tirer ce sujet intéressant de l’obscurité où il reste plongé pour un
si grand nombre d’esprits ! C’est un rôle secondaire, sans doute,
mais important encore, que celui que jouent, dans le grand drame
de l’oeuvre de Dieu sur la terre, ces êtres qui vont nous occuper.
Quatre points fixeront notre attention :

1. L’existence et la nature des anges.

2. Le mode et leur développement. 

3. Les relations qu’ils ont entre eux. 

4. Celles qu’ils soutiennent avec nous.

1 / Leur existence et leur nature.
L’existence des anges ne saurait être mise en doute par celui
qui adhère au contenu des enseignements bibliques. Pour celui qui
rejette ces révélations ou qui hésite à s’en approprier le contenu
sur tous les points, n’existerait-il aucune raison propre à lui faire
admettre la réalité d’un ordre d’êtres à certains égards supérieurs à
l’homme ?
Nous connaissons sur la terre trois ordres d’être vivants, la
plante, l’animal, l’homme. Si nous venions à reconnaître que ces
trois classes de créatures sont les premiers échelons d’un système
des êtres, dans lequel un quatrième et dernier degré, tout en manquant
de fait ici-bas, n’en est pas moins impérieusement réclamé
de droit par la pensée, ne résulterait-il pas de là avec une certaine
vraisemblance que cet ordre supérieur, indispensable à l’harmonie
de l’ensemble, existe réellement quelque part, dans un domaine de
la création inaccessible à nos organes actuels ? C’est précisément là
le fait que nous allons constater.

Observons le rapport de l’individu à l’espèce dans les trois
ordres d’êtres vivants que nous présente la nature, et nous verrons
si ce rapport ne nous conduit pas à supposer l’ordre supérieur dont
nous parlons.
Dans le monde végétal, ce qui existe proprement, c’est l’espèce,
l’espèce seule ; l’individu n’en est que la représentation ; rien au
delà, rien au-dessus. Placez une rose dans le milieu propre à son développement,
elle n’y sera pas autre chose que ce qu’aurait, été tout
autre rose placée dans les mêmes conditions. La langue applique
aux individus, dans le monde des plantes, le terme d’exemplaires.
C’est qu’ils sont à l’espèce, ce que les exemplaires d’une photographie
sont au cliché qu’ils reproduisent identiquement. Il n’y a
réellement qu’une rose, le genre rose, qui vit et renaît sans cesse dans
les apparitions passagères dans lesquelles nous le contemplons. La
plante est semblable à une hoirie indivise où chaque ayant-part
vit uniquement sur la masse et pour la masse. Dans le monde des
plantes, l’individu n’existe pas comme tel ; l’espèce seule est.
Chez l’animal, l’espèce est encore l’essentiel ; mais l’individu
est déjà quelque chose à côté et au-dessus d’elle. L’individualité
commence à poindre. Cependant l’animal est dominé par l’instinct.
Or, qu’est-ce que l’instinct, sinon le pouvoir de l’espèce dans
l’individu ? Soumis à cette loi irréfléchie et irrésistible, l’individu
est incapable de tirer une détermination de son propre fonds, de
prendre une résolution qui soit véritablement la sienne. De là l’absence
de responsabilité ; de là aussi le manque de progrès. Le lion d’aujourd’hui fait exactement ce qu’ont fait ses ancêtres, ce que
feront ses descendants les plus reculés. A moins que l’homme ne
lui tende la main par la dressure, l’animal tourne et retourne sans
cesse dans le cercle que lui trace l’instinct. L’individu vit, mais
comme un captif de l’espèce. Son geôlier lui permet bien de faire
quelques pas à sa fantaisie dans le préau de la prison, jamais d’en
franchir la muraille.
Le passage de l’animal à l’homme est marqué par un renversement
complet du rapport de l’individu à l’espèce. Celle-ci existe
encore chez l’homme, sans doute. Nous parlons, non sans raison,
d’une espèce humaine. Chaque homme doit l’existence à des parents ;
et c’est là le trait qui constitue l’espèce. Chez l’homme, aussi bien
que chez l’animal, l’espèce est le fond primordial, obscur, mystérieux,
sur lequel se détache chaque existence individuelle. Mais, et
voici en quoi consiste le renversement du rapport, la loi de l’instinct,
tout en exerçant sur l’homme sa puissance, ne le domine
point fatalement. L’instinct est son premier maître, mais nullement
son éternel tyran. L’homme peut lutter contre les appétits naturels ;
il peut même, à l’aide de la conscience et de la réflexion, surmonter
la sollicitation des désirs et les immoler sur l’autel de l’obligation
morale. Le captif peut forcer la porte du préau et sortir de sa prison.
Et, puisqu’il le peut, il le doit. L’individu ne devient vraiment
homme que dans la mesure où il exerce cette glorieuse prérogative.
S’il néglige d’en faire usage, il reste au niveau de l’animal et finit
même par le dépasser en brutalité. Il tombe pour son châtiment audessous de ces instincts naturels qu’il aurait dû dompter.

De cette faculté de s’affranchir résulte chez l’homme celle de progresser.
L’instinct, berceau et sauvegarde temporaire de l’individu, n’est
que le point de départ de son développement. Dès qu’il a rompu
cette barrière par un acte de volonté réfléchie, l’homme voit s’ouvrir
devant lui la carrière de tous les perfectionnements individuels
et sociaux.
L’espèce existe donc encore dans l’humanité ; mais l’individu
n’est pas absolument subjugué par son étreinte. La noble mission
de l’homme est d’arriver à être lui, en subordonnant librement les
instincts aveugles de sa nature à l’obligation morale. L’homme n’est
ni un exemplaire, ni uniquement un individu ; c’est une personne.
Du rapprochement de ces trois formes d’existence qu’offre à nos
yeux la nature terrestre, ressort avec évidence une loi qui paraît être
celle de la création : c’est la prépondérance croissante de l’individu
relativement à l’espèce. Au premier degré, l’individu n’est pas ; au
second, il est, mais à l’état d’esclave ; au troisième, il apparaît libre
et maître de ce qui constitue en lui la vie de l’espèce. N’existeraitil
point un quatrième état, un ordre d’êtres supérieur même au
troisième et complétant tout le système ?
Dans toute série mathématique, on peut, connaissant trois
termes, calculer avec certitude le quatrième. Les deux termes
moyens connus permettent de déduire du premier extrême connu
le second encore inconnu. L’animal et l’homme ne seraient-ils pas
dans le système de la vie ces deux termes moyens par lesquels la
pensée peut s’élever de l’idée de la plante, le premier extrême, à celle du second, encore inconnu, l’ange ?

Nous avons constaté ici-bas trois formes d’existence : l’espèce
sans l’individu, l’individu assujetti à l’espèce, l’espèce domptée
par l’individu ; il reste une quatrième forme possible, complément
et antipode de la première : l’individu sans l’espèce. Cette formule
un peu étrange indique, si l’on y pense bien, un mode d’existence
extrêmement simple et beaucoup moins compliqué que le nôtre :
un ordre d’êtres chez lequel, l’espèce n’existant pas, chaque individu
doit son existence, non à des parents semblables à lui, mais
immédiatement à la volonté créatrice. Ne serait-ce point là l’ange,
dont l’existence compléterait ainsi le système de la création ?
Le mode d’existence que nous venons de décrire est précisément
celui que l’Ecriture sainte attribue à ces êtres mystérieux
qu’elle désigne de ce nom. Tandis qu’en parlant de nous elle emploie
fréquemment l’expression de fils d’homme, elle appelle les
anges fils de Dieu, jamais fils d’ange. Pourquoi, sinon parce qu’ils
sont arrivés à l’existence par voie de création directe, non de procréation
? Dans la déclaration la plus explicite que nous trouvions
dans l’Ecriture sur la nature des anges, Jésus établit un rapprochement
remarquable entre les anges et les fidèles glorifiés :

Les enfants de ce siècle, dit-il, épousent des femmes, et les femmes
des maris ; mais ceux qui seront jugés dignes d’avoir part au siècle
à venir et à la résurrection des morts ne se marieront point et ne
seront point donnés en mariage ; car aussi ils ne pourront plus
mourir, vu qu’ils seront semblables aux anges et qu’ils seront fils de Dieu, étant fils de la résurrection. (.Luc.20.34-36).

Cette déclaration
renferme quatre données remarquables sur la nature des anges :
1. Ces êtres ont un corps, puisque le corps des ressuscités doit
être semblable au leur.
2. Ce corps ne doit point l’existence à un procédé de filiation,
mais à une création immédiate, puisque son origine est semblable
à celle du corps dont les fidèles seront revêtus par le
fait de leur résurrection. Aussi dans l’existence à venir les
fidèles glorifiés seront-ils, aussi bien que les anges, dignes
de porter le nom de fils de Dieu ; ils (les fidèles) seront fils de
Dieu, en tant que fils de la résurrection.
3. Les relations conjugales n’existeront pas plus chez les
hommes glorifiés qu’elles n’existent chez les anges.
4. Cet affranchissement des relations conjugales correspondra
dans ces deux ordres d’êtres à l’exemption de la mort.

Ce contenu si net de la déclaration du Seigneur concorde aussi
exactement que possible avec le résultat auquel nous a conduits
l’observation des êtres vivants que nous présente la nature.
Pour peu donc que nos inductions soient fondées et que Jésus
ait parlé en homme qui connaît le sujet sur lequel il se prononce
nous pouvons considérer la question de la réalité et de la nature des
anges comme résolue et les envisager comme des êtres qui doivent
chacun son existence à Dieu seul ; qui ont un corps d’une nature
supérieure à notre corps actuel ; chez lesquels, enfin, n’existent ni
la distinction des sexes, ni la déperdition de la vie qui aboutit à la mort. Nous pouvons maintenant faire un second pas dans note
étude et rechercher quel doit être le mode de développement de
ces êtres.

La suite, prochainement…….

Docteur en théologie du 19éme siécle Frédéric Godet.

 

 

 

Il est intéressant de consulter certains rapports officiels, non diffusés en France par la presse subventionnée.

Par exemple celui rédigé par M. Driencourt, ambassadeur de France en Algérie.

Il signale que l’ambassade à Alger est submergée par les nouvelles demandes de visas de ressortissants algériens souhaitant se rendre en France : plus de 130.000 de ces demandes de rendez-vous sont actuellement bloquées jusqu’au 31 janvier 2018.

Des mesures d’urgence ont dû être prises et les délais pour ces rendez-vous atteignent plus de quinze jours.

L’ambassadeur en personne souligne que ce « système sera pérennisé » et que des créneaux supplémentaires seront ouverts pour permettre à de nouveaux demandeurs de visas, environ 30.000, d’obtenir des rendez-vous avant fin 2017.

L’ambassadeur précise qu’en 2016, 410.522 visas avaient été délivrés alors que pour 2017, à fin août, les 417.000 demandes sont déjà dépassées.

Il estime que si cette tendance se poursuit (et il n’y a aucune raison pour qu’elle diminue) ce sera un total de 626.000 visas accordés à la fin de 2017.

À ce total il est nécessaire d’ajouter les « visas de circulation » qui permettent aux bénéficiaires d’effectuer plusieurs séjours en France sans se présenter au consulat : 92.000 délivrés en 2016.

Les statistiques de l’ambassade prouvent qu’entre 2012 et 2016 le nombre de demandes de visas a doublé, ainsi que le nombre de visas accordés, soulignant que le pourcentage d’acceptations de ces demandes de visas se stabilise entre 75 et 78%, en fonction des années.

Concernant les visas accordés aux étudiants algériens, désirant poursuivre leurs études en France, l’ambassadeur a souligné qu’ils étaient « en augmentation constante ». Le consulat en reçoit environ 80 chaque jour.

En 2016, 7431 visas long séjour pour études avaient été délivrés, soit une augmentation de 31% par rapport à 2015 et de 113% de plus qu’en 2014.

Plus de 23.000 étudiants algériens poursuivent actuellement leurs études en France.

Ces chiffres « officiels » signifient que l’invasion légale de notre pays est en progression constante, elle a doublé en quatre années et cela sans tenir compte des détenteurs de visas de courts séjours, non tenus de se présenter au consulat, et qui restent en situation clandestine.

En tenant compte du nombre de visas accordés, soit 80%, la France a accueilli en 2016 et accueillera en 2017 plus de 600.000 Algériens et cela en toute légalité.

Si ce n’était que 600.000 ! Encore faut-il ajouter les dizaines de milliers de visas accordés aux autres pays du Maghreb (Tunisie et Maroc) et d’Afrique (francophone ou non), également les dizaines de milliers de « migrants » clandestins, plus les demandeurs d’asile des pays en guerre.

Mais ces chiffres-là, aucun organisme officiel ne les présentera, ni aucun média ne les diffusera, tant il est vrai qu’ils feraient peur à ceux qui ferment les yeux, et font peur à ceux qui les ouvrent !

Manuel Gomez

« Claude Ignerski « a déclaré que cela pouvait » être  » l’enlèvement le 23 /09/ 2017

Pierre Gilbert a fait quasiment la même déclaration.

« Yoann Renou », quant à lui, a déclaré que tu faisais le pêché contre le Saint Esprit si tu n’y croyais pas, Wouah….!!!!!  c’est le nouveau éphèbe des faux prophètes ,normal qu’il ai un zèle excessif ,ne s’étant lui même encore jamais trompé comme les deux autres.

Bref,  à la veille  » de l’enlèvement  » et « du commencement de la tribultion de Jacob »,  étant sur le mois de septembre ou l’on célèbre les fêtes des trompettes annonçant le Roi des rois, ces chrétiens suivant ces faux docteurs sont recroquevillés dans de petits groupes sur facebook, priant pour que les vierges folles soient touchées par l’esprit. En effet, si celles ci ne croient pas, qu’une date est nécessaire pour être enlevée, alors vous êtes une folle qui ne discerne pas les temps à l’image des pharisiens au temps de Jésus Christ.

Je me pose cette question, comprenant cette dépendance dans lequel mes frères et soeurs sont, c’est a dire entre les mains de ceux qui ne recherchent que la gloire des hommes au lieu de celle de Jésus Christ,  qu’au bout de la troisième année et des dates multiples qui ont été annoncées, que les vierges sages sont les vierges folles ?????

Pourtant Jésus Christ avait bien prévenu ses brebies…….

Vous avez été rachetéà un grand prix; ne devenez pas esclaves des hommes.
Comment se fait il que les commentaires sur les vidéos de Claude Ignerski soient désactivés sur Youtube ???  N’est ce pas là une disctinction du faux prophète ???
Quoiqu’il en soit, même si la plupart de ces faux enseignants et prophètes ont beaucoup diminué en côte de popularité, le monde chrétien est en alerte constant, non à cause de ceux qui se sont trompés, car finallement tout le monde peut se tromper, et peut aussi demander pardon à l’occasion pour la forme, mais surtout à cause, de ces faux  enseignements .
-Le premier enseignement est celui de l’interprétation des fêtes des trompettes de l’Eternel  du fait que l’enlèvement se fait à la dernière trompette. 
Ce serait un enseignement pour l’église alors que cela à été donné pour Israel.
-Secondo, c’est la compréhension de la parabole des dix vierges ou nous aurions des chrétiens fous et des chrétiens sages…..Même si tous ceux qui se disent chrétiens et qui n’ont que le nom et non, l’approbation de L’Eternel, il n’y a pas de divisions dans le corps de Christ. Nous sommes tous un en Jésus Christ uni au Seigneur Jésus par la foi en son oeuvre rédemptrice à la croix pour l’humanité.
–Comment donc ?, parmi ceux qui ont l’Esprit, qui nous enseigne toutes choses, n’ayant besoin que personne ne nous enseigne, les chrétiens seraient- ils divisés ???
—Il est vrai que le spectacle des églises, ne nous privent pas de différences d’opinions sur les choses de l’Eternel.
Le combat pour réveiller les vierges folles tournera t’il en défaveur des vierges sages ???
 On le saura bientôt une novelle fois, et, si ceux qui se sont trompés  ne se mettent pas en règles. Ils ne pourront communier à la table de la Sainte Cène.
Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi24 laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande.
—Alors, sachez mes frères et soeurs  que j’ai quelque chose à vous reprocher tant que vous n’aurez pas fait le nécessaire pour comprendre que vous vous égarez en vous couvrant  d’opprobe, et je serais là pour vous le rapeller.
—Je ne vous condamne pas  comme  » Patrick Galarneau » qui aiment  enterrer les chrétiens qui se trompent  croyant qu’il a grimpé une marche, dans l’estime de l’Eternel, mais je vous soumettrais en face de vos responsabilités avec la Parole de l’Eternel.