Archives pour la catégorie Expériences sur les humains

dimanche 6 mars 2016
Le « National Health Service » (NHS) américain veut récupérer plus de fœtus mort-nés, ou ayant des malformations fatales, pour récolter leurs organes
 
* Ces prélèvements d’organes sur des enfants condamnés à mourir, selon l’avis de médecins, peuvent peut-être sembler s’inscrire dans un élan de compassion puisque ces organes pourront permettre à d’autres bébés de survivre, mais nous savons de source sûre qu’il existe des réseaux de trafic d’organes de bébés, dont certains opérés par le Planned Parenthood (organisme gouvernemental qui gère les cliniques d’avortement aux États-Unis). Sans compter l’industrie alimentaire, pharmaceutique et cosmétique qui ajoutent des tissus et fluides de fœtus dans certains produits. Oui, c’est un fait et oui c’est une abomination!

 

Des fonctionnaires de l’organisation américaine de planification familiale Planned Parenthood, qui prône l’avortement, et de l’industrie de l’avortement disent clairement devant une caméra cachée que des organes « frais » de bébés avortés, dont les yeux, le coeur et les testicules, sont vendus sur le marché noir
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2015/09/des-fonctionnaires-de-lorganisation.html

 

Une responsable du planning familial américain, piégée en caméra cachée, s’est vantée de pouvoir fournir à la demande des organes de fœtus issus d’avortements tardifs
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2015/07/une-responsable-du-planning-familial.html

 

Produits, vaccins et traitements médicaux qui contiennent du matériel provenant de bébés avortés
http://www.cogforlife.org/fetalproductsall.pdf

 

Des bébés avortés dans notre alimentation!
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2011/11/des-bebes-avortes-dans-notre.html

 

L’administration Obama approuve l’utilisation de cerveaux de bébés avortés pour des tests de laboratoire
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2012/03/ladministration-obama-approuve.html

 

Des bébés avortés incinérés comme « déchet chimique » pour chauffer certains hôpitaux
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2014/03/des-bebes-avortes-incineres-comme.html

 

Bébé avortés recherchés pour la greffe d’organes… 
 
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2015/01/bebe-avortes-recherches-pour-la-greffe.html

 

Le mouvement de récupération d’organes de fœtus ou de bébés n’ayant pas de chance de survie a été révélé lors d’une conférence médicale où les chirurgiens de transplantation du NHS ont dit qu’ils voulaient prendre plus d’organes de bébés à l’échelle nationale pour faire face à une pénurie d’organes dite catastrophique.

 

Les mamans qui le veulent, [ou qui seront fortement incitées par ce puissant système de cueillette d’organes], seront «pris en charge» pour avoir le bébé à neuf mois pour que les organes vitaux de l’enfant puissent être prélevés pour une transplantation.

 

Dans certains cas, où le don a été convenu, les bébés seraient certifiés en mort cérébrale et leurs corps seraient maintenus en vie par ventilation artificielle. Les chirurgiens pourraient alors retirer les organes de ces bébés pendant qu’ils sont frais, ce qui maximise ce qui peut être utilisé et les chances de greffe réussie.

 

Au cours des deux dernières années, seulement 11 bébés de moins de deux mois sont devenus des donneurs d’organes. Mais les médecins croient qu’ils pourraient augmenter ce chiffre à environ 100 par an.

 

Source:
http://www.dailymail.co.uk/news/article-3478477/NHS-harvest-babies-organs-Bombshell-new-proposal-mums-pregnant-damaged-babies.html#ixzz428bKCdis 

L’hybride mi-homme mi-animal : une catastrophe génétique

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201403301022777659-l-hybride-mi-homme-mi-animal-une-catastrophe-genetique-suite/

 

 

L’hybride mi-homme mi-animal : une catastrophe génétique (suite)

Les produits alimentaires génétiquement modifiés n’étonnent plus personne aujourd’hui. La situation est différente avec les hommes et les animaux génétiquement modifiés qui sont seulement en train d’émerger des laboratoires biologiques. Ces créatures risquent de modifier complètement le monde dans lequel nous vivons. De quoi sont capables ces chimères et présentent-elles une menace pour l’humanité ?

Pourquoi les scientifiques sont-ils en train se s’ingérer dans le code génétique des êtres vivants et le modifier ? Le zoologiste Dmitri Issonkine livre son point de vue sur cette question dans un entretien accordé à La Voix de la Russie. « Il peut y avoir plusieurs réponses à cette question

.
D’abord, les chercheurs poursuivent leur intérêt scientifique pour mieux comprendre le processus de formation des embryons et des cellules, ainsi que la possibilité de lier deux codes génétiques différents entre eux.
Deuxièmement, l’aspect médical n’est pas négligeable. Les chercheurs désirent trouver un moyen de lutter contre les maladies incurables à l’aide des codes ADN des organismes étrangers qui sont résistants à telle ou telle maladie.
Enfin, ce genre d’expériences pourrait être rentable du point de vue commercial à l’avenir, car les organes des animaux pourraient en principe être greffés et transplantés sur l’homme. » Cependant, comme c’est le cas pour les produits issus des OGM, les organismes vivants génétiquement modifiés pourraient présenter une menace pour l’humanité.
Toutes ces expériences menées dans l’ingénierie génétique devraient être soumises à des tests très longs pour comprendre les réactions de l’organisme d’un être vivant à la présence de cellules étrangères. Et si toutes les expériences sont menées actuellement sur des souris en laboratoire, dont l’espérance de vie n’est pas très longue et sur lesquelles on peut observer des changements qualitatifs sur leur organisme pendant plusieurs générations, il est plus difficile d’effectuer ce genre d’observations sur des humains, dont l’espérance de vie est plus importante.
Selon la législation, toutes les « chimères hybrides » doivent être détruites au bout de deux semaines après leur naissance. Mais comment pourra-t-on comprendre l’influence qu’ont les gènes modifiés sur les générations suivantes ?
Le gouvernement interdit donc délibérément de mener des études de fond sur le croisement entre les humains et les animaux. Cela n’existe probablement que sur le papier.
Qu’en est-il en réalité ? On ne peut que faire des suppositions sur la manière de fonctionner des laboratoires fermés. Mais cela ne fait aucun doute que si ces laboratoires créent des hybrides issus du croisement de gènes, ils ne les détruisent pas au bout de deux semaines. Pour les chercheurs, la partie intéressante des observations commence à la puberté, lorsque les caractéristiques de ces organismes changent. C’est à ce moment là qu’on peut observer le comportement de gènes à l’âge plus mûr, et tenter d’entreprendre un croisement entre deux hybrides. Ces expériences de croisement des gènes sont aussi illégales que le clonage des êtres humains.
Et ce genre d’expériences peut en effet aller très loin. Ainsi, le magazine Cell Research, publié par l’Institut de la biologie cellulaire de Shanghai et l’Académie des sciences de la Chine, a évoqué récemment un croisement réussi entre les gènes d’un homme et d’un lapin. Pour réaliser cette expérience, les chercheurs ont libéré les ovules d’une femelle lapin de leur ADN en y introduisant le code génétique d’un humain. En tout, 400 embryons ont été obtenus de cette expérience, et les chercheurs ont extrait de ces embryons des cellules souches pour des expériences ultérieures. Les embryons ont été détruits par la suite.

Les chercheurs prévoient de construire à nouveau à l’avenir une série d’hybrides sur la base de l’ADN de l’homme et d’autres animaux. On ignore quel sera le résultat de ces expériences. On ignore aussi combien de temps durera l’interdiction sur ce genre de manipulations avec le code génétique des êtres vivants. Car si ces expériences sont légalisées et que les créatures issues de ces expériences vivent parmi nous, notre monde changera de manière radicale. Et dans le bus que vous prendrez pour aller au travail, vous pourrez voir un homme-cochon, un homme-chèvre ou un homme-âne.

http://www.telestar.fr/2015/photos/les-pires-experiences-faites-par-la-cia-sur-des-humains-145582

L'affaire du "pain maudit" de Pont-Saint-Esprit débute le 17 août 1951. Pendant une semaine, ce bourg entier du Gard, Pont-Saint-Esprit, est pris de folie. Ce qui commence comme une banale intoxication alimentaire collective, culmine quelques jours plus tard en des jours de pure folie et des scènes d'hallucinations. Bilan : une dizaine de morts, plus de 300 malades, dont une soixantaine furent internés dans des hôpitaux psychiatriques.  En 2009, la publication du livre d'un journaliste américain, Hank Albarelli, qui s'intéresse aux expérimentations secrètes de la CIA américaine sur des populations innocentes, met en lumière une théorie que bon nombre d'ex-agents des services secrets accréditent aujourd'hui : le village aurait été victime d'une expérience sur les effets du LSD, menée conjointement par l'armée américaine et la CIA, en pleine guerre froide. Réalisation : Olivier PIGHETTI Diffusion le : 2015/0708
L’affaire du « pain maudit » de Pont-Saint-Esprit débute le 17 août 1951. Pendant une semaine, ce bourg entier du Gard, Pont-Saint-Esprit, est pris de folie. Ce qui commence comme une banale intoxication alimentaire collective, culmine quelques jours plus tard en des jours de pure folie et des scènes d’hallucinations. Bilan : une dizaine de morts, plus de 300 malades, dont une soixantaine furent internés dans des hôpitaux psychiatriques.
En 2009, la publication du livre d’un journaliste américain, Hank Albarelli, qui s’intéresse aux expérimentations secrètes de la CIA américaine sur des populations innocentes, met en lumière une théorie que bon nombre d’ex-agents des services secrets accréditent aujourd’hui : le village aurait été victime d’une expérience sur les effets du LSD, menée conjointement par l’armée américaine et la CIA, en pleine guerre froide.
Réalisation : Olivier PIGHETTI
Diffusion le : 2015/0708