Archives de catégorie : Science et scientifique

Des chercheurs sont parvenus à transporter un virus informatique dans de l’ADN, mettant ainsi le domaine de la bio-informatique sur le devant de la scène.

On pourrait facilement croire à un scénario tiré d’un James Bond dans lequel un scientifique démoniaque tenterai de dominer le monde grâce à un virus informatique implanté dans notre ADN, mouahahahaha ! Pourtant cette recherche, supportée par l’université de Washington, a permis de démontrer qu’il est possible d’exécuter un logiciel informatique malveillant contenu dans un brin d’ADN pour prendre le contrôle d’un ordinateur.

Un virus informatique dans notre corps ?

Ce n’est pas tout à fait de cette façon que les chercheurs ont procédé. Ils ont implanté le virus informatique dans l’ADN qu’ils ont ensuite analysé à l’aide d’un séquenceur. C’est à ce moment là que le virus a pu se déployer en exploitant une faille de sécurité.

D’ailleurs, les scientifiques avaient comme objectif avec cette recherche d’informer la communauté que des failles importantes existaient dans les logiciels de séquençage, et ce afin d’éviter qu’elles soient utilisées à mauvais escient.

L’ADN comme moyen de stockage

Cela fait longtemps maintenant que des scientifiques travaillent sur le sujet du stockage de

données dans l’ADN. Fait notable à ce propos, Microsoft avait, en 2016, converti 200 Mo de données en ADN. Le grand avantage de l’ADN en tant que stockage, c’est indéniablement le gain de place qu’il permet.

Pour faire simple, un gramme d’ADN peut contenir jusqu’à 215 Pétaoctets de données compressées. Fait intéressant, les données stockées sous forme d’ADN peuvent être lues 1015, ou un Quatrillion, de fois avant d’être endommagées. Autant dire que c’est une façon plutôt sûre de stocker des données.

D’un autre côté, le matériel nécessaire à la création et la lecture des données est tel que ce n’est pas demain la veille que nous verrons apparaître des « clé USB ADN » de 500 000 To pour 20€ au supermarché du coin.

N’hésitez pas à laisser votre avis dans les commentaires ! Pour le PDF de 15 pages, en Anglais, contenant tous les détails de la recherche, c’est par ici.

Cet article L’ADN humain peut véhiculer des virus informatiques est apparu en premier sur Ere Numérique.

Publicités

Certes, le cerveau des femmes est plus petit que celui des hommes ; mais il serait également plus efficace ! C’est du moins ce que révèle une étude menée par les universités de Californie et de Madrid. Malgré un cerveau plus petit de 8%, les femmes sont tout aussi intelligentes que les hommes. Une constatation qui a longtemps laissé les scientifiques perplexes :

Selon leur étude publiée dans le journal Intelligence, les femmes utilisent tout simplement leur cerveau, et plus particulièrement leur cortex préfrontal, plus efficacement que les hommes. Ceci leur permet alors de compenser la différence de taille. Pour arriver à cette conclusion, les neuroscientifiques de l’Université de Californie, en collaboration avec des confrères espagnols ont mené des tests sur 59 femmes et 45 hommes, âgés de 18 à 27 ans. Ils se sont plus précisément concentrés sur l’hippocampe, la partie du cerveau qui gère les fonctions liées à l’émotion et à la mémoire. Conclusion : si les hommes ont une meilleure logique spatiale que les femmes, ces dernières possèdent une meilleure capacité à analyser et à raisonner, ainsi que certaines compétences supérieures en informatique et en chiffres, rapporte le Telegraph.

Une concentration plus dense de cellules nerveuses Pour autant, le cerveau féminin utilise moins de matière grise que le cerveau masculin pour arriver aux mêmes résultats. En effet, comme l’expliquent les chercheurs, les hommes possèdent plus de cellules cérébrales mais les femmes, elles possèdent davantage de connections entre leurs moins nombreuses cellules. Ceci permet une transmission plus rapide des informations à travers le cerveau. Ainsi, si un hippocampe plus grand (et donc une plus grande quantité de neurones) résulte à une intelligence supérieure chez les hommes, plus un hippocampe est petit chez les femmes, plus elles l’utilisent efficacement. « À ce niveau structurel, les femmes montreraient une plus grande efficacité nécessitant moins de neurones pour parvenir à des résultats comportementaux au même niveau que ceux des hommes », ont conclu les chercheurs.

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/cerveau/le-cerveau-des-femmes-serait-plus-efficace-que-celui-des-hommes_art28817.html
Copyright © Gentside Découverte

 

Afficher l'image d'origine

C’est pourquoi j’en parle beaucoup moins sur le Blog, nous redescendons vers le minimum solaire . Mais attention, ce sont dans ces phases de descente après un maximum qu’on a les éruptions les plus puissantes (une seule éruption peut mettre à terre notre civilisation)

Au delà, certain scientifiques craignent que le calme de plus en plus excessif du soleil (l’activité maximale solaire a culminé lors du dernier maximum en Avril 2014 à un niveau exceptionnellement bas) nous mène vers un mini age glaciaire de manière imminente. C’est ce que suggèrent aussi les données sur le soleil, que je présente dans ce papier : un grand refroidissement étonnamment similaire au « mini age glaciaire » (minimum de Dalton) d’il y a 200 ans . Z 

La NASA a publié des images montrant un soleil étrangement calme et impeccable ce mois-ci. Avec seulement quelques taches repérées par-ci par-là, le Soleil semble être au plus bas de son activité depuis 2011.

Un cycle solaire est une période pendant laquelle l’activité du Soleil varie en reproduisant les mêmes phénomènes que pendant la période de même durée précédente. Dans l’absolu, l’activité est réglée par un cycle solaire d’une période moyenne de 11,2 ans — d’un maximum au suivant — mais la durée peut varier entre 8 et 15 ans. Le cycle actuel a commencé en 2008, mais les chercheurs observent aujourd’hui le plus petit nombre de taches à la surface du Soleil depuis le cycle 14 qui avait atteint son maximum en février 1906.
 

Le fait que notre étoile soit si calme n’est pas dérangeant en soi, mais le prochain niveau minimum solaire ne devrait cependant pas se produire avant cinq ans, en 2021. Pourquoi le Soleil est-il alors en avance ? Le soi-disant minimum solaire a ses particularités. L’absence de taches sur la surface du Soleil peut durer pendant des semaines. A contrario, le maximum solaire reflète une activité intense. Les grandes taches solaires sont alors quotidiennes et indiquent les zones où le champ magnétique est très fort — des milliers de fois plus fort que le champ magnétique terrestre.

Toute cette énergie magnétique est ensuite libérée sous forme de puissantes éruptions solaires qui, comme vous le savez, peuvent interrompre les communications radio et provoquer des aurores spectaculaires au niveau des pôles. C’est d’ailleurs ce qui nous est arrivé en octobre dernier. Mais pour depuis lors, le Soleil est étrangement calme, en témoignent ces images du Solar Dynamics Observatory de la NASA prises du 14 au 18 novembre dernier montrant une étoile quasi impeccable ressemblant à une gigantesque bille blanche .

Rappelons qu’en Juin dernier, la NASA révélait que le soleil était entré dans sa période la plus calme depuis plus d’un siècle. Le dernier record enregistré le fut entre 1645 et 1715. Ce minimum aura coïncidé avec l’époque connue sous le nom de Petit âge glaciaire marqué par des hivers extrêmement froids dans l’hémisphère nord. Beaucoup de chercheurs considèrent que le minimum solaire avait joué un rôle important à cette époque. Serions-nous alors, nous aussi, à l’aube d’un mini âge glaciaire ?

En attendant, je vous laisse apprécier la pureté de notre étoile :

https://resistanceauthentique.net/2016/12/07/le-soleil-est-etrangement-calme-en-ce-moment/

UNE ÉCLIPSE LE JOUR DE LA CRUCIFIXION DE JÉSUS

Il y eut une éclipse de lune, partielle, en soirée, en plus de l’éclipse normale de soleil, de 12 h à 15 heures, le vendredi 14 Nisan, 3 avril de l’an 33 jour de la crucifixion de JÉSUS.

Jour de pleine lune, cette éclipse commença vers 15h40 UT (Temps Universel) et fut visible à Jérusalem de 17h50 à 18h30 le vendredi 3 avril 33. Selon les calculs astronomiques de la NASA, le point maximum de l’éclipse à été relevé à 14h47 UT (Temps Universel) et son début 86 minutes avant, soit pour Jérusalem 14h47 – 86 + 2h20 = 15h41.

C’est la seule éclipse qui tombe un vendredi1 entre l’an 26 et l’an 36 période de la légation de Pilate en Judée. Cette éclipse partielle de lune donnait à l’astre un effet rougeâtre.

Luc ne s’y trompait donc pas lorsqu’il déclare dans Actes 2:20, citant Joël : « Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang, avant que vienne le Jour du Seigneur, ce grand Jour. »

Une comète en forme d’épée

Selon l’historien juif Flavius Josèphe dans son « Histoire des Juifs » peu avant la destruction du temple, une comète qui ressemblait à une épée (ou une croix) fut visible des habitants de Jérusalem et probablement par d’autres pendant une année entière. Cette vision fut interprétée par Flavius Josèphe comme un signe de malheurs auxquels, selon l’auteur, les Juifs ne portèrent pas attention.

Pourtant, longtemps avant Flavius Josèphe, les prophètes d’Israël avaient annoncé le signe de cette fameuse épée. Ils avaient annoncé que Le berger d’Israël (YÉCHOUA) serait frappé ainsi que Son compagnon (Jean Baptiste) et qu’Israël serait dispersé !

Zacharie 13:7 « Épée, lève-toi sur mon berger et sur l’homme qui est mon compagnon, dit L’ÉTERNEL des armées; frappe le berger, et les brebis se dispersent … »

Ce qui malheureusement arriva avec la précision biblique et la confirmation astronomique.

Sources historiques :

Flavius Josèphe, historien juif du 1er siècle « Histoire des Juifs »

Thallus, historien samaritain du 1er siècle, déclare dans le 3e livre de ses Histoires (rapporté par Jules l’Africain, vers 220 de notre ère) :

« Dans le monde entier, une obscurité effrayante, par l’obscurcissement d’une éclipse de soleil, se répandit et, par l’effet d’un tremblement de terre, des rochers se fendirent et de nombreux bouleversements se produisirent en Judée et dans le reste de la terre. »

Phlégon de Tralles donne une date précise, rapportée par Eusèbe :

« En la quatrième année de la CCIIe olympiade, il y eut une éclipse de soleil, la plus grande que l’on eut jamais vue, et la nuit se fit à la sixième heure du jour [midi], au point que les étoiles furent visibles dans le ciel. Et un grand tremblement de terre, ressenti en Bithynie, causa de nombreux bouleversements à Nicée. »

Phlégon de Tralles est l’auteur des Olympiades, dans lequel il recense les vainqueurs des épreuves et les évènements de l’époque (de la première à la 229e olympiade, soit de – 776 à + 137 après JC)

1 (J.P. Parisot, F. Suagher – Calendriers et chronologie Paris 1996 Éd. Masson pp. 164-166)

Pierre Desbordes