Chaque année, les couvertures de The Economist (dont la famille Rothschild est actionnaire et Lynn Forester de Rothschild fait partie du Conseil d’administration), donnent lieu à des interprétations diverses relativement ouvertes vu la richesse de leur contenu. Cette année, la simplicité (du moins apparente) de la nouvelle couverture tranche singulièrement avec les précédentes. Et le moins que l’on puisse dire est que ce qu’elle annonce, à tort ou à raison, ne présage rien de bon.

Reprenant le concept du tarot divinatoire revisité, la couverture commence par présenter la carte de La maison-Dieu, également appelée La Tour. Cet arcane symbolise des changements importants et soudains, des destructions et des ruptures mais aussi des reconstructions. Celle-ci semble concerner la chrétienté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.