Archives de catégorie : Catholique Romain Séduction

Pourquoi Satan aime Noël

Beaucoup de gens feignent d’ignorer l’aspect mercantile, l’influence païenne ou l’impossibilité que le Christ soit né un 25 décembre pour se conforter dans des slogans comme « Remettre le Christ au centre de Noël ». Mais, comment de véritables chrétiens pourraient-ils être à l’aise en observant Noël, s’ils comprennent qu’il est impossible de « remettre le Christ au centre de Noël » car Noël est basé sur l’adoration de Satan ?

Il ne s’agit pas d’une nouvelle vérité ! Mais les Églises du monde cachent ou ignorent cette vérité ! Voici ce que révèle la Catholic Encyclopedia : « Noël ne faisait pas partie des fêtes originelles de l’Église […] Irénée et Tertullien ne la mentionnèrent pas dans leur liste des fêtes » (Volume 3, pages 724, 728. Sauf mention contraire, c’est nous qui traduisons tout au long de ce commentaire). Noël fut même brièvement proscrit dans le Massachusetts, en 1659, et en Angleterre, au milieu du 17ème siècle, au motif que cette fête n’était pas biblique.

Comprenez bien la chose suivante : avant l’existence Noël, il y avait les Saturnales romaines, et Noël tire ses origines de ces fêtes. Tertullien, qui est considéré comme un des pères de l’Église Catholique, écrivit – vers 200-206 apr. J.-C. – que pendant les Saturnales, les gens échangeaient des présents et il n’y avait « pas une pompe de Satan qui ne soit fréquentée » (Œuvres de Tertullien, Tome II, “De l’idolâtrie”, page 229, Ed. Vivès. Traduit par Eugène-Antoine de Genoude).

Cependant, les Saturnales étaient déjà l’adaptation d’une tradition plus ancienne – le mithraïsme, ou culte de Mithra, chez les Perses. Comme le rapporte la Catholic Encyclopedia : « Dans le mithraïsme, le plus grand dieu était Aiôn, aussi appelé Cronos ou Saturne. Et ce Saturne, dont le nom a été popularisé par le monde romain, n’est autre que l’ancien dieu iranien [perse] Zervan » (article “Mithraism”).

Les Romains adoptèrent le mithraïsme à bras ouverts, sous la forme des Saturnales. L’empereur Dioclétien bâtit un temple à Mithra à Carnuntum et « le 25 décembre fut observé comme étant son anniversaire de naissance, le natalis invicti, la renaissance du soleil après le solstice d’hiver » (Catholic Encyclopedia, article “Mithraism”).

Dans le mithraïsme, les festivités hivernales commençaient par l’adoration de Zervan, et ces célébrations s’achevaient le 24 décembre. Elles étaient suivies par le culte de la renaissance de Zervan et de la naissance de Mithra, le nouveau Saturne, né le 25 décembre, qui ramenait le soleil après chaque solstice d’hiver (Mithras, the Secret God, M.J. Vermaseren).

Les descriptions du dieu païen Zervan le représentent avec des ailes et avec un visage ressemblant pour partie à un homme, pour partie à un lion. Nous pouvons voir que Zervan est décrit avec les mêmes caractéristiques que les chérubins (2 Chroniques 3 :13 ; Ézéchiel 10 :14). De plus, Zervan était habituellement accompagné par des serpents qui montaient le long de ses jambes, de ses bras ou de son corps (The Mysteries of Mithra, Franz Cumont, 1903, page 93). Les Écritures nous révèlent que Satan (autrefois Lucifer) est un chérubin déchu (Ézéchiel 28 :14-16) et il est associé à l’image du serpent (Genèse 3 :1-14 ; Apocalypse 20 :2).

Un ange de justice ne permettrait pas qu’on l’adore (Apocalypse 19 :10, 22 :9). Et Apocalypse 9 :20 nous avertit que les idolâtres adorent en réalité des démons. Assurément, un chérubin demandant qu’on l’adore pendant le solstice d’hiver n’est pas un ange de justice. Qu’il s’attribue les noms de Zervan, Saturne ou encore d’autres pseudonymes, cette divinité n’est autre qu’une représentation de Satan, le chérubin déchu !

Mais, les Saturnales romaines et le mithraïsme perse étaient eux-mêmes des adaptations d’une religion à mystères encore plus ancienne – leculte des mystères de Babylone. Les Babyloniens célébraient la renaissance de Nimrod et la naissance de Tammuz en adorant un arbre à feuillage persistant (devenu de nos jours l’arbre de Noël). Les Babyloniens célébraient également cette renaissance pendant le solstice d’hiver. Jérémie condamna l’ancien Israël car ils avaient copié ces croyances païennes et il mentionne même spécifiquement un « arbre vert » dans Jérémie 3 :13.

Un véritable chrétien devrait rejeter Noël – sans se trouver d’excuses, comme le fait passer un bon moment ou de « faire comme tout le monde » – non seulement à cause de son mercantilisme, de son influence païenne et de l’impossibilité que le Christ soit né en hiver, mais surtout parce que le Christ refuse d’avoir part à toute forme d’idolâtrie (2 Corinthiens 6 :15-16). Le Christ n’a jamais eu de lien avec Noël et Il ne peut pas être « remis au centre » de Noël.

Dieu nous commande de « ne pas imiter la voie des nations » (Jérémie 10 :2). Il nous révèle que les célébrations païennes sont une abomination devant lui (Jérémie 10 :3-4 ; Ézéchiel 8 :13-14) et Il nous dit de ne pas changer ce qui a été enseigné par le Christ et les Apôtres (2 Thessaloniciens 2 :15). Une fois cette vérité comprise, un véritable chrétien rejettera l’idée de célébrer Noël, réalisant que ces célébrations du solstice d’hiver ne sont, en fait, que des célébrations de Satan.

Publicités
Le palais du Vatican est construit sur un ancien cimetière païen, que les fouilles de Rome ont identifié comme un ensemble de mausolées constituant une vaste nécropole. Dans ce cimetière, on pratiquait le culte des morts et la divination. C’est sur des ossements tranformés en reliques que les papes ont construit leur palais. Le mot Vatis signifiait devin. Et le mot Can signifiait serpent. La traduction du mot Vatican est Vatican = serpent devin.
La Cité du Vatican est un état indépendant placé sous la souveraineté du Saint Siège à travers l’autorité du Pape de l’Église catholique, qui y règne comme monarque absolu.
C’est un État reconnu mais non membre de l’ONU où il a le statut d’observateur.
Avec une superficie d’à peine de 0.44 km ², englobé dans la ville de Rome, le Vatican (l’État de la Cité du Vatican, ou Città del Vaticano pour être exact) est le plus petit état indépendant du monde, aussi bien en superficie qu’en population avec 824 habitants en 2008.
Cependant les territoires possédé par le Saint-Siège – sans sa souveraineté – sont nettement plus étendus, plus de 10 km ² (cinq fois la Principauté de Monaco), avec beaucoup de zones extra-territoriales.
La création officielle de l’état de la Cité du Vatican remonte au 11 février 1929 par la signature des accords du Latran.carte-vatican
La langue véhiculaire est l’italien et non le latin, langue de l’Église catholique romaine qui reste cependant la langue juridique du Vatican. Le français est la langue diplomatique, le Vatican se fait enregistrer comme État francophone auprès des organismes internationaux. La langue officielle de l’armée du Vatican, la Garde suisse, est l’allemand.

vaticanoegiardini_1512vatican-drapeau